4. QUI EST DONC CE FILS DE L’HOMME ? 

 


« Quand sera la fin de ces prodiges » ? (Dan.12 :6)
Ce sont des secrets que même les anges du ciel ne connaissent pas. Tout comme ils ignorent tout du jour et de l’heure où l’Epoux viendra chercher Son Epouse. Aussi, lorsque le Saint-Esprit est envoyé du ciel sur un prédicateur pour parler de ces choses contenues et voilées dans la prophétie, les anges aussi désirent plonger leur regard pour connaître ces mystères que Dieu a caché aux puissants et révélés à Ses enfants.
 Ecoutez et apprenez, ô vous, hommes insensés et dépourvus d’entendement ; qui se livrent au culte des anges et méprisent le Saint-Esprit. Instruisez-vous donc en ce jour, qu’aucun ange ne peut posséder, une connaissance supérieure ou égale au Saint-Esprit. Vous êtes en train de limiter l’Esprit de Dieu, par conséquent Dieu Lui-même. En élevant le ministère d’un ange au-dessus de celui du Saint-Esprit, vous placez Dieu dans une condition inférieure à celui d’un ange qui est Son serviteur.
Et vous les élus, sachez ceci une fois pour toute : en faisant la promesse du Consolateur, le Seigneur Jésus ne nous a pas promis un ange. Loin de là ! Il a promis qu’Il nous enverra le Saint-Esprit ; l’Esprit de Vérité. Or, quelque part, Lui-même affirme qu’Il est LA VERITE. Donc, à bon entendeur, le Consolateur serait Lui-même sous la forme de l’Esprit qui habite en nous. Et nous disons affirmons alors comme Paul : « C’est Christ qui vit en nous » ; pas un ange. Si vous ne croyez pas en ce témoignage, vous mourrez dans votre péché, ô idolâtres.     
Si vous avez encore de doute, ne manquez pas ceci : ni Daniel, ni les deux anges qui étaient avec lui, ne connaissaient l’époque, ni les circonstances marquées d’avance dans les prophéties de ce Livre. Un seul en détenait le secret : l’Homme vêtu de lin ! (Dan.12 :7-13). Mais alors, qui est donc cet Homme vêtu de lin ? Nous avons Sa description en Dan.10 :5,6 :
« Je levai les yeux, je regardai, et voici, il y avait un Homme vêtu de lin, et ayant sur les reins une ceinture d’or d’Uphaz. Son corps était comme de chrysolite, Son visage brillait comme l’éclair, Ses yeux étaient comme des flammes de feu, Ses bras et Ses pieds ressemblaient à de l’airain poli, et le son de Sa voix comme le bruit d’une multitude ».

Comparons maintenant ceci avec l’écriture de Apoc.1 :13-15 :

«…quelqu’un qui ressemblait à Un Fils d’homme, vêtu d’une longue robe, et ayant une ceinture d’or sur la poitrine. Sa tête et Ses cheveux étaient blancs comme de la laine blanche, comme de la neige ; Ses yeux étaient comme une flamme de feu ; Ses pieds étaient semblables à de l’airain ardent, comme s’il eut été embrasé dans une fournaise ; et Sa voix était comme le bruit de grandes eaux ».

Ses deux descriptions faites par deux prophètes ayant vécu dans des époques différentes et lointaines coïncident parfaitement, si bien qu’elles ne laissent aucun doute sur l’identité de cet Homme qui, Seul, détenait la connaissance de ces choses et qui ordonna qu’elles fussent scellées et gardées pour le temps de la fin. Si dans l’Ancien Testament on ne mentionne pas Son Nom, c’est parce que la plénitude des temps n’était pas encore accomplit, et qu’Il n’avait pas encore reçu UN NOM sous les cieux. Car,  dans la Nouvelle Alliance, Il se présente Lui-même à Jean : « Je suis le premier et le dernier, et le Vivant. J’étais mort ; et voici, Je suis vivant aux siècles des siècles. Je tiens les clefs de la mort et du séjour des morts »(Apoc.1 :17,18).  Alléluia ! L’homme vêtu de lin qui est apparu en vision à Daniel et le Fils de l’homme que Jean a vu dans la vision à Patmos sont UN ! Et ce UN,  c’est«Celui qui a été manifesté en chair, justifie par l’Esprit, vu des anges, prêché aux Gentils, cru dans le monde, élevé dans la gloire » ( 1Tim.3 :16) ; et qui reçu sous les cieux le Nom du Seigneur Jésus-Christ. Voici le mystère de la piété (de notre foi) révélé sous vos yeux.
Ô, vous qui aimez Dieu, réjouissez-vous de ces choses ; et donnez toute la gloire à Son Christ, en ce jour où la Vérité est restaurée!
En ce jour donc, où Dieu nous donne par l’Esprit de la révélation toute la connaissance du contenu du Livre scellé pour la restauration de la Vérité de Dieu, il ne reste donc plus de malentendu a ce sujet : le Fils de l’homme n’est pas un messager quelconque (qu’il soit un ange céleste ou terrestre, c’est-à-dire un prophète) : C’est JESUS-CHRIST ! Le témoin fidèle et véritable ; l’Amen de Dieu. Et tous les vrais prophètes ou prédicateurs rendent de Lui ce témoignage (Act.10 :42,43).
Libérez-vous donc des liens du faux message prophétique que des esprits séducteurs annoncent en ce temps de la fin et sauvez-vous de cette génération perverse et idolâtre !
Voyez comme ces deux visions sont poignantes et frappantes dans leur ressemblance; et laissez l’éclat de la lumière de cette Vérité illuminer votre entendement : Daniel, tout comme Jean, en voyant ce Fils de l’homme dans des circonstances différentes, tombent tous les deux par terre, morts de peur. Mais voyez comment Ce Prince Glorieux est UN CONSOLATEUR ! Il touche  chacun d’eux et répète les mêmes paroles : Ne crains rien ! Il est apparu dans le deux cas comme Le REVELATEUR des desseins de Dieu. C’est Lui, l’Esprit de la prophétie (Apoc.19 :10)! Il est là pour rendre témoignage à la Vérité ; Il est cette Vérité. Or, la Vérité c’est la Parole de Dieu. Et Lui, est La Parole de Dieu rendue manifeste. Il est là comme Porteur de la Parole : IL EST LE SEUL QUI CONNAIT LES SECRETS DE DIEU ; QUI EN DETIENT L’INTERPRETATION. Or, si nous méditons bien Mat.11 :27, nous parviendrons tous à l’inévitable conclusion : SEUL LE FILS SORTIT DU PERE CONNAIT BIEN LE PERE ET PEUT LE REVELER A QUI IL VEUT ! Amen… Amen… Amen !
Voici pourquoi au temps de Daniel comme au jour de Sa chair, il y a eu tumulte dans le monde des ténèbres, et les princes de la terre, se sont soulevés et ligués contre Lui (Dan.10 :13 ; Act.4 :25,26). Satan s’oppose à la Vérité. Or, seul la connaissance de la Vérité peut affranchir l’église du joug du diable et de toutes ses ruses dans les moyens de la séduction. Selon qu’il est écrit : « Mon peuple périt par manque de connaissance » (Os.4 :6). Le diable, qui se cache sous le mystère de l’Iniquité, s’est toujours opposé à la connaissance  de la Vérité. Or, le Fils de l’homme c’est le mystère de notre piété qui nous révèle la Semence original de la Vérité, promise depuis Eden, et qui écrase la tête du serpent, que ce soit littéralement ; que ce soit dans notre entendement.
« Quand sera la fin de ces prodiges » ? L’homme vêtu de lin leva les deux mains et jura par Celui qui vit éternellement que toutes ces choses s’accompliraient à la fin de la grande tribulation : « ce sera dans un temps, des temps, et la moitié d’un temps, et toutes ces choses finiront quand la force du peuple saint sera entièrement brisée ». J’ENTENDIS(dis Daniel), MAIS JE NE COMPRIS PAS ; et je dis : Mon Seigneur, quelle sera l’issue de ces choses ? Il répondit : Va, Daniel, car ces paroles seront tenues secrètes et scellées jusqu’au temps de la fin… »
CELUI qui détenait la connaissance de la Vérité dans Son accomplissement ; l’interprétation de toutes choses, ordonna que ces vérités soient scellées jusqu'à ce que les temps seront accomplis. Quand Il ouvre, personne ne peut fermer ; et quand Il ferme, personne ne peut ouvrir. Et Celui qui détient les clefs de tous les mystères c’est LE SEIGNEUR JESUS-CHRIST (Apoc.3 :7 ; Job 12 :14 ; Es.22 :22).
Il fallait donc attendre l’accomplissement des temps pour comprendre ces choses. Et,  le LIVRE SCELLE est de nouveau rentrer dans le secret de Dieu.
C’est ainsi que le Saint-Esprit nous conduis en Apoc.5 :1-9. Et nous retrouvons de nouveau le LIVRE SCELLE !  Où ? Dans la main droite de Celui qui est assis sur le trône et qui vit éternellement ; par Lequel l’Homme vêtu de Lin jura : « Puis je vis dans la main droite de Celui qui était assis sur le trône UN LIVRE ECRIT en dedans et en dehors, SCELLE de sept sceaux… ». Qui est digne d’ouvrir le LIVRE SCELLE et d’en rompre les sceaux ? Dans le ciel, sur la terre et sous la terre UN SEUL fut trouvée digne : Jésus-Christ,  Lion de la tribu de Juda et rejeton de David. (Notez ici que la Bible insiste même sur Sa lignage terrestre, afin qu’il ne soit pas confondu avec des prétendus « messies » africains, américains, européens ou asiatiques : Le Rédempteur est de la descendance de David, de la tribu de Juda, fils d’Israël. Vous comprenez cela ?
Notez aussi que l’ouverture du Livre n’est pas si facile qu’on peut l’imaginer. C’est ici ou Satan lutte pour sa survie. Et il défend cher sa peau. Et, Satan ne peut être vaincu par n’importe qui. Vous en connaissez un seul qui l’a fait vous ? Seul, le Lion de la Tribu de Juda l’a vaincu. Pour ouvrir le Livre, il y a un prix à payer. Et, le Fils de Dieu (la Semence promise) est venu, Il triompha du Diable, ses puissances et dominations par Sa mort sur la croix. Ressuscité, Il fut élevé dans la gloire. C’est pourquoi, lorsque Jean se retourna pour voir le vainqueur, il vit sortir du trône UN AGNEAU QUI ETAIT LA COMME IMMOLE. Voila la Vérité rétablie ! Notez que l’Agneau ne sortit pas à coté… devant ou derrière le trône. NON ! Un Seul était assis sur le trône, et du milieu de ce trône ; donc de Celui qui était assis sur le trône sortit l’Agneau. Quoi donc ? Souvenez vous que Jésus a fait cette déclaration : « Je suis sortis du Père »ou encore « Je suis dans le Père ». Apoc.5 :6 et se qui s’ensuit aux versets 8 jusqu'à 14 confirme donc cette déclaration, ainsi que la Vérité enseignée par Paul en Phil.2 :6-11. Comme quoi : « … Celui qui existait en forme de Dieu s’est dépouillé Lui-même en prenant une forme de serviteur, en devenant semblable aux hommes… Il s’est humilie Lui-même, se rendant obéissant jusqu'à la mort, même jusqu'à la mort de la croix… ».
Nous voyons cela clairement en Apoc.5 : du Lion qu’Il était (donc un Roi), Il est devenu l’Agneau immolé ; ayant payé de Sa vie, le prix de la Rédemption éternelle. Nous pouvons encore voir, comment au verset 7, Il prend le Livre de la main droite de Dieu. Et la suite est connue de tous ceux qui ont reçu l’amour de la Vérité pour être sauvé. Et Jean dit en Apoc.6 :1 : « Je regardais quand l’Agneau ouvrit un des sept sceaux… quand Il(l’Agneau) ouvritle deuxième… le troisième…ainsi de suite jusqu’au septième.
 Pas un prophète, messager, docteur, apôtre, bischop, superintendant ou que sais-je encore… mais l’Agneau. C’est ainsi que LE LIVRE SCELLE a dévoilé tour à tour tous ses secrets, révélant les événements prophétiques du temps de la fin dans leur ordre d’accomplissement.
Lorsque tout est accomplit, nous nous retrouvons en Apoc. 10 :1,2, où un ange puissant qui correspond à la description du Fils de l’homme ou de l’Homme vêtu de lin apparaît, tenant da Sa main UN LIVRE OUVERT. Dans quelle période de temps apparaît-Il ? Entre la sixième trompette et la septième ; alors que les fléaux sont en train de s’abattre sur la terre pour punir les idolâtres et les méchants (Apoc.9 confirme cela – soyez attentifs au verset 20). Nous sommes dans le Jour de la colère et de la détresse. Or, dans le Plan de Dieu, après le Grand Jour du Seigneur vient le millenium, voyez-vous ? Les pouvoirs des nations sont détruites (voir la pierre – dans le livre de Daniel – qui détruit la statue à partir des pieds). 
Dans l’ancienne alliance, lorsque ces choses furent annoncées a Daniel, une question fut posée au Fils de l’homme : Quand sera la fin de ces prodiges ?  Le livre était scellé. Il leva donc les deux mains et jura donc par Celui qui est assis sur le trône et qui règne éternellement que ça sera « dans un temps, des temps, et la moitie d’un temps ».Or, nous L’avons vu prendre le Livre de la main de Celui qui est assis sur le trône…  nous L’avons vu rompre les sceaux. Et, maintenant (n’oubliez pas qu’Il est Le Premier et Le Dernier) Il apparaît au jour de l’accomplissement de la question qui Lui a été faite en Dan.12 :6; à la fin des temps. Et cette fois-ci, au lieu de lever les deux mains vers le ciel, Il leva seulement la main droite vers le ciel, tenant le LIVRE OUVERT de la main gauche, et jura de la même manière par Celui qui est plus grand que Lui (L’Eternel) en déclarant qu’il n y aura plus de temps ; et que cependant, il fallait attendre encore un tout petit peu jusqu'à ce que la septième trompette sonnerait (nous sommes dans l’intervalle qui sépare la sixième de la septième et dernière trompette) pour voir LE MYSTERE de Dieu annonce aux prophètes s’accomplir.
De quel « Mystère »  s’agit-il ? C’est ce que nous allons voir dans la suite de la prédication.

♦♦♦♦♦♦♦♦♦