NON ! JE NE SUIS PAS UN BRANHAMISTE!

 

« Que dis-tu de toi-même ? »... « De quelle autorité fais-tu ces choses... ».
Qui a cru a ce qui nous a été annoncé? A qui le bras de Dieu s’est-il révélé dans une génération déterminé pour que nous puissions recevoir son témoignage et croire à l’accomplissement de la volonté de Dieu au temps marqué, selon  Son conseil?
« Aucun disciple n’est plus grand que son maître, il suffit au disciple d’être traité comme son maître », nous a enseigné le Seigneur Jésus. Dans l’accomplissement de la volonté de Dieu, je me sens pressé de toute part. Au milieu des moqueurs et des vrais adorateurs, je sens littéralement monter le ton de la contestation, en même temps que je vois la volonté de Dieu s’accomplir pour la restauration de la foi de bien des saints, selon la saine doctrine qui était dès le commencement.
         Dans les milieux « évangéliques », certaines personnes, choquées par la lumière de la vérité de notre témoignage qui dévoile l’intérêt et le goût du gain de ces prédicateurs me rejettent : « c’est un branhamiste » ; alors que de leur côté, les branhamistes sont divisés à mon endroit : « c’est un imitateur… dis la vérité aux gens que le message que tu prêches ne vient pas de toi, mais plutôt de notre prophète qui est la seule bouche autorisée de Dieu en ce temps de la fin», affirment certains d’entre eux sur un ton menaçant . D’autres par contre sur un ton conciliant, essayent de me convaincre à avaler leur dogme anti-christ et m’accepter comme un de leurs à condition que je fasse constamment dans mes prédications du « prophète-majeur ».
Je revenais par exemple d’un voyage missionnaire dans la province de Benguela, lorsque mon téléphone se mit à sonner : « Vous êtes Tiago Moisés » ? « Oui, répondis-je ». « J’ai ici une prédication dont le thème est  Le livre scellé et le mystère de Dieu, vous pouvez me dire d’où vous tenez ces choses » ? « Vous avez déjà lu cette prédication, questionnai-je » ? « Non, me répondit-t-il, j’ai à peine lu quelques lignes et je veux savoir, si vous êtes un prophète majeur ou mineur ». « Ni, l’un, ni l’autre, répondis-je. Je suis à peine un témoin de Jésus en ce temps de la fin ». « Mais, vous savez que la Bible dit aussi qu’il s’élèvera parmi nous des faux prophètes et des faux docteurs au temps de la fin » ? « Oui, je le sais, et je sais aussi que la Loi de Dieu ne condamne pas quelqu’un sans l’avoir entendu. Comment pouvez-vous traiter un prédicateur de faux prophète sans l’avoir premièrement entendu, ni pris connaissance de ce qu’il prêche » ? « Vous savez que Dieu a promis qu’il enverra UN prophète... si vous ne dites pas la vérité aux gens, que ce message que vous prêchez ne viens pas de vous, alors vous êtes un faux prophète que conduisez les brebis à la boucherie ». Et il décrocha.
Tels sont là certains propos terribles qui me sont adressés directement au téléphone. Il va sans dire que j’avais affaire à un de ces « branhamiste » qui s’acharnent contre ma prédication, pour des raisons évidentes que je n’arrive pas à comprendre. Car, voyons, comment pouvez-vous affirmer que je suis un imitateur de « votre prophète-majeur » et en même temps me traiter de faux-prophète ? C’est contradictoire... pas vrai ? 
Mais la vérité à ce point est tranchante : Non ! Je ne suis pas un branhamiste !
Il est vrai que dans certaines de mes prédications, j’ai déjà rendu témoignage de l’œuvre que Dieu a accomplit par l’intermédiaire de William M. Branham. Non pour le « déifier » ou idolâtrer, mais plutôt pour le repositionner à la vraie place qu’il mérite : celui d’un serviteur (homme mortel et soumis aux mêmes passions que n’importe quel autre) qui a fidèlement servi son Dieu dans les choses qui lui ont été donnée d’annoncer.
Je ne suis pas un branhamiste, parce que je ne crois JAMAIS qu’il soit la bouche unique et obligatoire de Dieu et qu’avec sa disparition les temps se soient arrêtés pour l’église.
Je ne suis pas un branhamiste, parce que je suis zélé (jaloux) pour l’église du Christ du zèle (jalousie) de Dieu (car c’est une fiancée qui doit être présentée devant UN SEUL ÉPOUX ; à savoir Christ (2Cor.11 :2). Et quand cette épouse se passionne et prostitue avec un autre homme (fut-il un vrai prophète), elle perd sa virginité, trombe dans l’adultère et, selon la Loi de Dieu doit être répudiée.
Je ne suis pas un branhamiste, car je crois comme affirme les écritures qu’il n’y a de salut en AUCUN AUTRE NOM et qu’AUCUN AUTRE NOM n’a été donné sous le ciel par lequel les hommes puisse être sauvé » (Act.4 :12) ; car le Sauveur est Dieu et pas un homme. Or, IL N’EXISTE QU’UN SEUL DIEU à la lumière des écritures (Deut. 4:35,39 ; 32 :39 ; Es.43 :10 : 45 :5). Et, Dieu ne peut donner Sa gloire à un homme. Non ! Je ne croirais JAMAIS que le salut puisse être lié au fait de « croire au prophète ». Car, ce dogme défendu dans le branhamisme  contredît  le Vérité qui était dès le commencement (1Jn.1 :1-4). Or ici, l’apôtre Jean dit : « Car la vie a été manifestée, ety nous L’avons vue et nous Lui rendons témoignage, et nous vous annonçons la vie éternelle, qui était auprès du Père et qui nous a été manifestée ». Or, cette vie éternelle qui était auprès du Père, nous a été annoncée à nous aussi, afin que nous soyons en communion avec les pères de la foi primitive et membre du corps du Christ. Et, notre communion, à nous aussi, est avec le Père et avec Son Fils Jésus-Christ (Jn.3 :17). C’est ici le vrai témoignage. Et, dans ce témoignage il n’y a pas de place ni pour Paul, ni pour Pierre, ni pour Branham, moi-même… ou quelqu’un d’autre encore.    
Je ne suis pas un branhamiste et ne crois pas à ces dogmes qui enseignent et cherchent à convaincre les hommes charnels et sans esprit de discernement et de révélation dans la connaissance de ce Dieu Unique qui nous a sauvé que Branham serait l’un des « 7 esprits qui se tiennent devant le trône de Dieu » ; comme me l’a affirmé un jour un de ces docteurs des insensés, et tous ces bla-bla-bla… Je ne peux croire cela car, si vous dites qu’il est un prophète et serviteur du Christ, vous affirmez automatiquement (que vous le vouliez ou pas) qu’il est un homme comme tout autre, car la Bible dit : « Il a fait des dons aux hommes… » (Eph.4 :8b); pas aux anges, ni aux esprits. 
Je ne suis pas un branhamiste parce que je ne crois pas que le « prophète-majeur », ou l’ange de Laodicée a mis fin à l’œuvre du Saint-Esprit en prenant Sa place… je ne crois pas que l’enlèvement ait déjà eu lieu, et que nous soyons en train de vivre une prétendue période de « prolongation ». Je crois en la venue de Jésus-Christ qui n’est pas encore accomplit. Ceci implique donc, que pour moi et la vraie église du Christ, le Saint-Esprit est encore a l’œuvre pour nous conduire dans toute la vérité, en cette heure où l’apostasie bat son plein pour la séduction, selon qu’il est écrit : «Car le mystère de l‘iniquité agit déjà ; il faut seulement que celui qui le retient encore ait disparu ». Et, « Celui » qui retient le mystère de l-iniquité c’est le Saint-Esprit agissant ; pas Branham, voyons. Branham a déjà disparu, et l’homme du péché ; l’Impie ou l’Anti-christ n’a pas encore paru (2Thes.2 :6-8). Ne soyons pas si aveugle, voyons ! Car, seul un esprit d’égarement envoyé de la part de Dieu, sur ceux qui auront rejeté la vérité peut produire de telles interprétations et engendré un tel dogmatisme (2Thes.2 :11,12).
Je ne suis pas un branhamiste car, la foi branhamiste est anti-parole ! Étant basée sur des interprétations particulières et erronées de la Parole de Dieu et de Son Conseil révélé en ce temps de la fin. Si je cherche à plaire aux hommes maintenant, je ne serais plus serviteur de Dieu.
Je ne suis pas un branhamiste, car je suis un  prédicateur de l’évangile, selon l’appel de Dieu et la mesure du don de la grâce qui m’a été faite selon le Conseil de Sa volonté, et non pas un lecteur -interprète des brochures du “prophète”. Je ne fonde pas ma foi sur une seule promesse des écritures en Malachie qui ait pu paralysée la marche de l’église vers la gloire. Je crois en cette promesse-là (Mal.4) qui s’est déjà accomplie et en d’autres encore qui s’accomplissent de nos jours.
Je ne suis pas un branhamiste, parce que je ne peux adorer dans une église où la divinité est représentée en images : et plus grave encore où l’image d’un homme et des anges fait partie d’un culte et crédos. Catégoriquement, NON !  Car, il est dit dans le plus grand de tous les commandements, ceci : « Tu ne te feras point d’image taillée, ni de représentation quelconque… ». Vous connaissez la suite… pourquoi ? « Car, moi l’Eternel, ton Dieu, Je suis un Dieu Jaloux, qui punis l’iniquité des pères sur les enfants jusqu’à la troisième et quatrième génération de ceux qui me haïssent.. » (Ex.20 :4,5 ; 23 :23-25 ,32-33 Jos.24 :20). Vous comprenez maintenant ce que la Parole de Dieu appelle « iniquité » ? Les cultes des images en est une de plus grave. Adorer quelqu’un d’autre que Dieu et faire de sa représentation un objet de culte, c’est haïr Dieu Lui-même. Vous pouvez ne pas me croire aujourd’hui, mais je vous le dit en vérité : il vous sera dur de regimber les aiguillons !
Je n’ai jamais obligé les branhamistes à croire que je suis un serviteur de Dieu, ni eux, ni quelqu’un d’autre appartenant à un autre « isme » religieux. Je me limite seulement à présenter mon témoignage de la Parole de Dieu et de l’œuvre par Lui accomplit en ce temps de la fin. Et mon témoignage de l’Évangile repose sur la personne UNIQUE de Jésus-Christ. Car, C’EST LUI QUI NOUS A ÉTÉ DESTINÉ (Act. 3 :20,21). Et, c’est en parfait accord avec cette écriture et bien d’autres promesses des écritures encore que je prêche le message de la Restauration dans la foi primitive. Afin de ramener les âmes à JESUS-CHRIST, SEUL SEIGNEUR ET SEUL AUTEUR DE NOTRE SALUT. Et, dans cette voie toute tracée où la main puissante de Dieu me conduit dès le commencement, s’il y a un prédicateur qui a fortement influencé mon ministère, c’est sans aucun doute l’apôtre Paul. La pureté de son témoignage, ainsi que sa fermeté devant les contradicteurs et la contradiction elle-même. Si bien que, mon intransigeance à imiter son modèle de foi, me valut le sobriquet de « pauliste » dans le milieu pentecôtiste où j’évoluais à l’époque. Mais, je ne suis pas un « pauliste ». Paul est à peine un instrument par lequel j’ai cru en Jésus-Christ. Il est mon frère dans la foi. Car, je crois avoir moi aussi, reçu une foi du même prix que la leur. Pas plus !
Je me suis converti à Christ dans une « église de réveil » (pentecôtiste). Et lorsque dans ces milieux-là on essaya de me faire boire une autre « eau » à part celle qui jaillit de la « source intarissable ». Dieu m’accorda l’Esprit de la révélation dans Sa connaissance, et je sortis du milieu d’eux pour aller à la rencontre de l`Époux qui doit revenir bientôt ; selon la révélation que m’a été accordée pour Son Église (l’Épouse). C’est alors que, s’en tenant à une interprétation particulière de l’écriture de 1Jn.1 :19 : « Ils sont sortis du milieu de nous, mais ils n’étaient pas de nôtre : car s’ils eussent été de nôtres, ils seraient demeurés avec nous… », je fus rejeté comme un hérétique par les prédicateurs des « églises de réveil », qui enseignèrent aux membres de leurs églises de faire de même.
Or, lors de ma conversion, je n’avais fait aucun compromis avec des hommes, mais si avec Dieu et Sa Parole. C’est l’une des raisons qui me poussa (au beau milieu de la contradiction) à abandonner le quartier où je vivais, dominé par le mouvement « pentecôtiste »  et m’isola dans une espèce de « désert » pour chercher Dieu dans la solitude et marcher avec Lui, dans la voie sainte qui ramène les rachetés auprès du Père (Es.35 :8). J’écris ces choses au moment où tous les acteurs et témoins de ces choses sont encore vivants au milieu de nous, et peuvent confirmer les faits.
Donc, je ne suis pas sorti du milieu de lecteurs de brochures du « prophète » ou des « frères du Message » comme on les appelle, pour devenir aujourd’hui le porte-parole ou prophète de Branham, et répéter comme un roquet : « Branham a dit ceci… Branham a dit ou fait cela ». Je ne condamne pas non plus ceux qui le font. Chacun a reçu sa mesure pour laquelle il rendra compte. Je vous le dis en vérité et je ne mens point (QUE VOUS ME CROYIEZ OU PAS) : Celui qui a fait de moi témoin de toutes ces choses, afin de les annoncer ne m’a pas envoyé rendre témoignage à Branham ou à quelqu’un d’autre. Il m’a dit : « Vas dire  Mon peuple, Je reviens bientôt » ! Tout celui qui fait partie de ce peuple-là recevra mon témoignage, comme les enfants d’Israël reçurent le témoignage de Moise, malgré la présence de quelques contradicteurs. J’ai reçu de Lui cette confirmation et aussi la confiance que Dieu accomplit toujours Ses promesses. Car, l’incrédulité de quelques-uns ne peut annuler la fidélité de Dieu.   
Si je suis fanatique de quelqu’un, ce ne pourrait être quelqu’un d’autre que Jésus de Nazareth, l’Homme de Galilée ; Celui-là même que toute l’Écriture identifie comme étant le Christ. En quand bien même il existe des gens qui ne le crois pas, cela ne change RIEN à ma foi. J’y suis ; j’y tiens et j’y meurs. Et si vous tenez vraiment à le savoir : je suis un disciple – fanatique de Jésus-Christ, voilà ! Il n y a plus d’espace pour quelqu’un d’autre dans ma foi. Pour Lui, et à cause de Lui et de Sa Parole (doctrine) je me suis séparé de tout, y compris de la mère de mes enfants. Ne me faites donc pas de la peine. Otez vos idoles de devant moi !    
Aussi, aujourd’hui, je veux crier haut et fort sur le toit : NON ! JE NE SUIS PAS UN BRANHAMISTE !
         Maintenant, lorsque les gens viennent me dire que William Branham est un faux prophète, car il a prédit des choses qui ne se sont pas accomplis en Amérique ; ou encore, concernant la fin de l`âge de Laodicée ou encore la venue du Christ, en 1977, 1983 ou 1999, etc. Écoutez… dans ma prédication intitulée « L’œuvre de Dieu au temps de la fin », j’ai essayé de démontrer la différence qui existe entre « révélation » et « prédiction » : la REVELATION engage Dieu et elle est infaillible ; alors que la PREDICTION engage l’homme et peut faillir.
Que vous en semble ? Abraham… celui-là même qu’on regarde comme le père de la foi a prédit un jour qu’Eliezer de Damas, né dans sa maison, serait son héritier, car à l’époque il n’avait point d’enfant. Or, nous savons fort bien que cela n’est pas arrivé ainsi (Gen.15 :2,3). Ceci fait de lui un faux-prophète ? Nathan a prédit au roi David, qu’il pouvait s’il le voulait édifier une maison à l’Eternel ; or ceci était en désaccord avec le Dessein de Dieu (2Sam.7 :2-13). Ceci fait de lui un faux prophète ? L’apôtre Pierre qui a reçu du Père céleste la glorieuse révélation du Christ (Mat.16 :17-18), prédira plus tard au Seigneur Jésus qu’Il ne mourrait point ! Or, ceci était en total désaccord avec le Plan de Dieu. Au point que le Seigneur Jésus qualifia l’esprit qui parla ce jour-là en Pierre de « Satan » (Mat.16 :22,23). Ceci fait de lui un faux prophète ? Remontons encore plus loin… voulez-vous ? Moise a frappé le Rocher au lieu de Lui parler, selon la Parole de l’Éternel et il en fut punit car, sa prédication de ce jour-là ne sanctifia point l’Éternel (No.20 :7-12). Cela fait de lui un faux prophète ? On se souviendra encore de la fausse prédication d’Aaron en Ex.32 :2-6, au jour où il établit le culte du veau d’or en Israël. Ça fait de lui un faux sacrificateur et non pas un homme de Dieu ? L’Ecriture affirme et confirme pourtant qu’il a été expressément choisit par Dieu Lui-même (Heb.5 :4).
Qui es-tu toi qui juges les autres et… même les serviteurs d’autrui ? Dieu tiendra-t-Il rigueur à Son serviteur pour avoir prédit une chose qui ne se soit pas accomplit ?
Nous avons entretemps de cas où des faux prophètes et des songeurs ont annoncé des signes et des prodiges qui sont bien accomplis au vu et su du peuple de Dieu (Deut.13 :1-5). Tel est le cas de Balaam dont la prophétie concernant l’étoile de Jacob qui se lève de l’orient s’accomplirait plusieurs siècles plus tard. Et, cette étoile-là guida les mages vers Jésus. Cela fait de lui un envoyé de Dieu ? Dirait-on aussi que l’âne qu’il montait était aussi « prophète » ?
Donc, en lisant attentivement le passage de Deutéronome ci-dessus, l’élu comprendra que ce n’est pas forcément par des prédictions et des signes que l’on reconnaît un envoyé de Dieu, mais plutôt, par la doctrine qu’il enseigne. Si cette doctrine ne sanctifie pas… ne glorifie pas, et ne conduit pas vers Dieu, ALORS VOUS ÊTES EN FACE D’UN FAUX PROPHÈTE. Voici pourquoi, je ne perds pas mon temps avec ces questions folles et inutiles. Car, elles ne produisent que des querelles et discussions, mais n’avance nullement l’œuvre de Dieu dans la foi. Il est écrit dans la Parole : « Ne méprisez pas les prophéties, examinez toutes choses et retenez ce qui est bon » (1Thes.5 :20,21). Voici donc ce que je vous dis par la vérité de Dieu, lorsque vous êtes confrontés à la prédication d’un serviteur de Dieu: examinez-la à la lumière des écritures, mais ne perdez pas votre temps avec ce qui n’est ne reflète pas l’exactitude du Conseil de Dieu. Pour votre édification dans la foi : retenez ce qui est bon ! Or, ce qui est bon, c’est ce qui est EN ACCORD avec la Parole de Dieu. Ne jugez pas DUREMENT l’homme qui parle, souvenez-vous que nous connaissons en partie, et nous prophétisons en partie. S’il y a quelque chose qui est enseigné avec imperfection, Dieu au temps marqué de l’accomplissement de Ses promesses suscitera un autre instrument pour apporter la lumière de la Vérité sur ce sujet qui suscite encore le doute. Voici pourquoi je ne cesse de répéter à l’Église du Christ : Ne faites pas attention aux hommes, faites plutôt attention à la Parole de Dieu. Mais quand dans une génération, se lève parmi nous quelqu’un qui se dit serviteur de Dieu et qui centre son témoignage sur les « erreurs » contenues dans la prédication d’un autre avant lui, pour ensuite s’attaquer à sa personne (je ne dis pas « témoignage », j’insiste sur la « personne »), alors nous sommes clairement devant un esprit de division ; donc du diable, car Christ, Lui, n’est pas divisé. Tout comme l’Eglise, Son corps, n’est pas aussi divisé autour des serviteurs de Dieu, mais plutôt rattachée à Celui qui est la tête grâce à tous les liens de Son assistance. Et, ce qui rend possible la croissance de cette Eglise, c’est la force qui convient à chacune de ses parties selon le don de Dieu; à la mesure des dons que Christ Dieu accorde à chacun de Ses instruments, pour l’édification de Son corps.  
         Seule la fidélité de Dieu accomplit Son propre dessein au temps marqué, en utilisant pour ce faire, un homme appelé selon son dessein (Es.46 :9-12). Mais ne croyez pas que ces hommes de Dieu sont des super-hommes. Non et non ! Je parle ici d’Abraham, le père de la foi : un homme qui, à deux reprises, a renié sa femme et l’a envoyé dans le lit d’un autre (Gen12 :10-20 et le chap. 20). Je parle de David qui fit tuer son soldat pour prendre sa femme; de Salomon qui, malgré toute la sagesse divine qui lui a été donnée, se prosterna devant les idoles de ses concubines païennes. Je parle du juge Gédéon qui après avoir combattu l’idolâtrie en reversant l’autel de Baal, finit par faire un éphod qu’il plaça da sa ville et qui devint un piège pour lui et sa famille, et un lieu de prostitution pour Israël. Je parle d’un Paul qui faisait le mal (je ne sais lequel, seul Dieu le sait) qu’il ne voulait pas, tout en étant incapable de faire le bien qu’il voulait, etc.
La faiblesse est aussi la part de tous les serviteurs de Dieu, croyez-moi. Seul,  le don de la grâce de Dieu sur Ses serviteurs, pourvoit à leur insuffisance, en même temps qu’elle annule toute condamnation contre ces instruments.
         Je ne crois pas aux serviteurs puissants qui aident Dieu à l’œuvre; je crois plutôt en un Dieu Tout-Puissant qui se sert des hommes faibles pour accomplir Ses desseins et confondre les grands et les puissants de ce monde. Et, je rejette catégoriquement tout culte qui élève un homme mortel à côté de Dieu. Voici l’une des raisons fondamentales qui me pousse à affirmer une fois de plus: JE NE SUIS PAS UN BRANHAMISTE ! 
Qui était Elie ? Malgré tous les signe puissants qui lui ont été donné d’accomplir (jusqu’à faire descendre le feu du ciel et fermer le ciel pour que la pluie ne tombasse, jusqu’à ce qu’il l’eût demandé de nouveau), la Bible affirme qu’il était un homme « de la même nature que nous ». Mais le jour où il dit : « Je suis resté seul », Dieu dit : « Non, il y a sept mil hommes qui, comme toi, obéissent à ma doctrine et Me connaissent. Ils n’ont pas plié les genoux devant Baal ». Voyez-vous cela ?
Après tout ce qui lui a été donné de dire et accomplir au Mont Carmel, et qui ont confirmé trois choses :

  1. que sa prédication était la révélation du Dieu vivant et feu dévorant « Que tout Israël sache que tu es Dieu »;
  2. qu’il était un vrai envoyé de Dieu : «Que je suis Ton serviteur »,
  3. et que la doctrine qu’il apportait á ce jour-là était selon la Parole de Dieu : « Que je fais toute chose selon Ta Parole ».

Il est clair qu’Elie ne parle pas ici par révélation divine ; il est en train de prédire quelque chose, mais… qui n’est pas en accord avec le Conseil de Dieu. On peut donc le traiter de faux prophète ? Que non ! Il n’était pas non plus un « ange », ou un « esprit » quelconque. Ne confondez pas une « grâce divine » de la « divinité » elle-même. Je répète ce que j’ai dit en accord avec la Parole de Dieu : pour prêcher l’Évangile et révéler Son conseil aux hommes, Dieu a fait des dons aux hommes tirés du milieu de leurs frères; pas aux anges célestes (Deut.18 :15-18). Car, Il n’est pas venu secourir les anges, mais plutôt la descendance d’Abraham qui est humaine. Cette grâce divine rend ces hommes capables de devenir « ministres » par l’Esprit de Dieu AGISSANT EN EUX. L’Esprit de Dieu agit en eux pour le travail de l’Evangile, mais ne les rend pas semblables à Dieu. Ça non ! Car, dans leur nature, ces hommes demeurent aussi faillibles que ceux à qui ils transmettent le Conseil de Dieu.  Que celui qui peut comprendre cela, comprenne !
Dans leur interprétation particulière de la Parole de Dieu, les branhamistes parlent d’Elie comme s’il s’agissait d’une « incarnation de la divinité », et lorsque je me lève contre cette chose (l’interprétation particulière et non l’homme de Dieu), on dit de moi : « C’est un branhamiste reformé ou modéré » !  JE NE LE SUIS POINT!
Alors que de leur côté les branhamistes s’irritent visiblement contre ma prédication, prétextent que je suis « un imitateur » qui essaie de détourner l’attention des gens sur le « prophète-majeur » pour se les attacher à moi-même. C’est tout simplement faux ! Je ne m’attaque pas à la « personne du prophète », je dénonce plutôt l’action de ces esprits séducteurs qui se servent des « noms » des serviteurs de Dieu pour asservir le peuple de Dieu dans le mensonge. Je le fais en accord avec la promesse prophétique de cette heure de la « restauration de toute chose »; afin d’achever l’œuvre de l’Edification de l’Eglise dans la Vérité originelle et primitive. Car, l’Enlèvement est proche !  Qui peut convaincre ma prédication de l’erreur ?