LE PLAGIAIRE

“Soyez mes imitateurs comme je le suis moi-même de Christ. Je vous loue de ce que vous vous  souvenez de moi à tous égards, et de ce que vous retenez mes instructions telles que je vous les  ai données”. (1 Cor 11: 1,2)


Q

ui est un plagiaire? Sinon celui qui ne possède pas une inspiration propre à lui. Un individu sans créativité; étant incapable de lui-même, de concevoir quelque chose d’original C’est un copieur qui dédie son temps essentiellement à imiter ce qu’un autre avant lui aurait fait.
Plagiaire ? Voici ce que nous sommes tous dans ce monde. Chacun de nous trichant son modèle de vie ou sa manière d’agir, de son idole préféré.
Tel politicien puise dans un tel autre qui l’a précédé, son modèle de vie ou de gouvernement ; tel musicien, joueur ou athlète faisant de même…, comme quoi : nous sommes tous plagiaire les uns des autres !
Aujourd’hui, je fais une application de ces choses à l’œuvre du ministère, en ce qui concerne la prédication de l’EVANGILE DU SALUT.
À ce jour, plusieurs prédicateurs se sont levés dans le monde, en accomplissement des prophéties bibliques (Mat.24 :4, 5 :11, 2Thes.2 :1-3, etc.), et avec eux, la séduction qui entraîne beaucoup d’âmes fréquentant des églises en enfer, par des fallacieuses promesses de liberté ou délivrance, bien-être social, bonne santé, etc.
Chaque religion a engendre un modèle d’adoration caractérisé par un mélange des éléments de la doctrine de Dieu avec les dogmes, rites, credo ou superstitions de ces peuples où l’Evangile est annoncé (Es.28:9-15).
Cette fraude a produit à son tour un EVANGILE SOCIAL ou DE SOCIÉTÉ qui traduit les intérêts singuliers de ces peuples ; ainsi que les intérêts des États et de ses gouvernants, plutôt que la volonté de Dieu révélée en Jésus-Christ : Auteur et Consommateur de notre foi pour le salut.
La recherche de cet « Evangile social » ou « de société » a nettement supplanté l’intérêt pour l’ « Evangile du salut ». Et, comme la croyance populaire ne supporte plus la saine doctrine primitive de la foi chrétienne  (1Tim.4 :1,2) ; ayant trouvé refuge dans le mensonge et dissimilation dans la fausseté, les pasteurs qui n’acceptent pas de falsifier l’Evangile du salut au profit de l’évangile populiste de leurs respectives sociétés ; ceux qui s’accrochent à la Vérité, voulant se dévier de ce mal, s’exposent au risque, non seulement d’être réprouvés par l’opinion publique, comme aussi de se voir dépouiller de leur liberté d’adorer.
Conséquence : la véritable église du Christ  (examinez les Ecritures et vous verrez que cette église-là a toujours été minoritaire dès le commencement) est humiliée, déconsidérée et regardée comme « secte » parce qu’elle ne défend, ni ne traduit dans ses enseignements les aspirations laïques et temporelles des hommes. En d’autres termes, parce qu’elle ne prêche pas l’ « Evangile de la société ».
Mais, paraphrasant l’apôtre Paul, soumis dans sa génération à la même pression, je veux affirmer à ce jour, ceci : « J’avoue bien que je sers le Dieu de mes pères, selon la voie qu’ils appellent une SECTE, CROYANT TOUT CE QUI EST ÉCRIT DANS LA LOI ET LES PROPHÈTES » (Act.24 :14).  
C’est justement ici où se pose le problème : le témoignage de ceux qui parlent aujourd’hui du salut, pour interpréter l’intérêt souverain de Dieu envers les hommes (et non les intérêts des hommes devant Dieu), ne doit en aucun cas s’éloigner des enseignements de ces témoins qui nous ont précédés à l’œuvre du Salut.
« Il n’y a rein de nouveau sous le soleil… ce qui était c’est ce qui sera » (Eccl.1 :9-11). Savez-vous que des prophètes comme Jérémie et Michée et bien d’autres encore… on vu leur ministère et actions excessivement contrariés et opprimés par les « prophètes du roi et des peuples », ainsi que par les rois de leurs époques ? Au point de souffrir châtiments et prisons parce qu’ils annonçaient cette Vérité que, ni ces rois, ni ces peuples étaient disposés à recevoir ? Pourquoi donc ? Pour la prééminente raison que, contre leur témoignage se dressaient les homélies, prophéties et promesses d’abondance, délivrance, bien-être, succès, et que sais-je encore… dans la bouche de leurs contemporains « prophètes populaires», au service des rois et non de Dieu. Ceux-là qui, comme l’a souligné le Seigneur Jésus en Mat.23 :5-7 : aiment être vus par les hommes dont ils reçoivent les honneurs dans les lieux publiques. Sacrificateurs populistes à qui sont réservés les premières places et chaises dans les fêtes et manifestations populaires. « Ce qui était c’est ce qui sera ».
Mais à qui ressemblerons-nous donc ? Aux fameux et honorables prophètes « légalisés »… détenteur de « statut juridique », ou alors aux méprisables et déconsidérés prophètes de Dieu et leurs sectes ? Il faut faire un choix !
Souvenez-vous de ce que j’ai dit au commencement ? Nous sommes tous plagiaires ! Mais de qui ?
Plagiaire ou imitateur ? Je le suis de tous les vrais serviteurs de Dieu qui ont servi en leurs temps, et je n’en ai point honte.
Paul dit : « Soyez mes imitateurs comme je le suis moi-même du Christ ». Quoi donc ? Je m’assume dans cette génération comme un imitateur (Plagiaire) de Paul. Non pas de son « modèle de vie », mais plutôt de sa « manière de servir Dieu ». Donc, il ne s’agit pas pour mo de vivre la vie de Paul, mais plutôt de prêcher comme lui-même a prêché. LE MODELE DE FOI, voilà ce que nous devons imiter d’un véritable serviteur de Dieu. Mais, si quelqu’un suggère que je suis un « pauliste », je dirais : NON ! NON et NON !
            Je veux à peine dire que je suis imitateur de Paul DANS LA MESURE OU LUI-MEME EST IMITATEUR DU CHRIST. Ce qui veut dire que tout ce que Paul disait ou enseignait, il ne le tenait pas de lui-même, mais plutôt du Christ (Gal.1 :11, 12, 15,16, etc.). Aussi, nous faisons bien de garder ces instructions telles qu’il nous les a données. C’est ici le FONDEMENT UNIQUE de la foi pour le salut. Tout le reste est pour la ruine des âmes.
Et bien… ce n’est pas tout ! Le seigneur Jésus-Christ, Lui-même, dont Paul se dit imitateur, a affirmé plusieurs fois et de plusieurs manières, être Lui aussi un plagiaire ou imitateur de Dieu (Le Père céleste) (Jn.5 :30 ; 6 :38 ; 7 :16,17, etc.).   
            Ceci signifie pour tous ceux qui ont de l’entendement, qu’il n’existe pas un autre Evangile ; mais plutôt des ouvriers trompeurs, dont la condamnation est déjà écrite (certains d’entre eux portant très célèbres et honorés par les hommes), qui jettent la confusion sur la véritable foi chrétienne, en renversant l’Evangile du Christ (Gal.1 :6-8) : l’Unique Evangile donné aux hommes pour leur salut, et qui se résume en ces paroles : « Révélation de Jésus-Christ que Dieu Lui a donné pour monter à Ses serviteurs… » (Apoc.1 :1). C’est cet Evangile Unique qui caractérise les enseignements et instructions de la doctrine primitive de la foi.
     Aussi, en ce jour de la grande apostasie, j’exhorte les véritables élus à se souvenir en toutes choses de ces instructions, pour les garder TELLES QU’ELLES NOUS ONT ETE DONNEES DES LE COMMENCEMENT (1Jn.1 :11-4). Car, tout celui qui honore un véritable instrument de Dieu, honore Dieu Lui-même.
            Voici pour terminer un avertissement à l’Eglise des premiers-nés dont les noms sont inscrits dans le ciel : «          QUOI QU’IL ARRIVE, DEMEUREZ DANS LE FONDEMENT » ! C’est AINSI DIT LE SEIGNEUR !
            Que celui qui peut recevoir ces paroles les reçoive !
Que Dieu vous bénisse !

Dr. TIAGO MOISÉS

 

MINISTERE DU TEMPS DE LA FIN
B° Augusto N’gangula /Cacuaco
E-mail: tiagomois@hotrnaiI.com
Contacts: 912628259 / 924697616 / 912 52 37 05
LUANDA / ANGOLA

DISTRIBUTION GRATUITE
www.ministeredutempsdelafin.org