3. LE LIVRE SCELLE  


« Toi, Daniel, tiens secrètes ces paroles, et SCELLE LE LIVRE jusqu’au temps de la fin. Plusieurs alors le liront, et la connaissance augmentera… J’entendis, mais ne compris pas ; et je dis : Mon Seigneur, quelle sera l’issue de ces choses ? Il répondit : Va, Daniel, car ces paroles seront tenues secrètes et SCELLEES jusqu’au temps de la fin. Plusieurs seront purifies, blanchis et épurés, les méchants feront le mal, et aucun des méchants ne comprendra, mais ceux qui auront de l’intelligence comprendront » (Dan.12 :4, 8-10).

De quel Livre s’agit-il ici ? La chose remonte à la prophétie de Daniel, considérée par beaucoup de critiques de la Bible comme l’Apocalypse de l’Ancien Testament. Ce prophète a donc reçu des visions contenant des révélations dont la compréhension dépassait l’entendement du commun des mortels ; et dont l’interprétation appartenait à Dieu Lui-même. En bon dispensateur des mystères de Dieu, il a écrit les révélations, et comme tous les autres prophètes de l’Ancienne Alliance, Daniel a dans ses recherches et investigations voulu sonder l’époque et les circonstances marquées d’avance dans la prophétie en ce qui concerne l’accomplissement de ces choses (1Pi.1 :9-12).  C’est ainsi qu’il lui fut ordonné de sceller ce livre de prophétie dont les paroles devraient être maintenues secrètes jusqu’au temps de la fin.
Notons donc ici qu’il est clairement dit au verset 10 que le livre sera ouvert et ses sceaux brisés au temps de la fin, et que la compréhension de ces choses ne serait donc rendue possible dans le jour d’accomplissement qu’a l’entendement des intelligents et non aux méchants. Qui est l’intelligent ? Sinon celui qui sort de la perversion pour chercher Dieu et marcher humblement avec Lui et sanctifier Son Saint Nom! (Rom.3 :11, Mi.4 :5 et 6 :8). Alors que le méchant est tous celui-là qui ne connaît pas le chemin de la paix et qui n’a pas la crainte de Dieu devant ses yeux ; marchant et jurant par d’autres dieux (Rom.3 :12-18). À ceux donc qui auront de l’intelligence, Dieu donnera en ce temps de la fin de l’entendement pour connaître les mystères du Royaumes des cieux (Mat.13 :11-17) ; alors que les méchants marcheront droit vers la ruine de leurs âmes, corrompus d’entendement par la fausse connaissance en présumant être ce qu’ils ne sont pas (Apoc.3 :7). Voici l’état spirituel de l’église de Laodicée ; son état d’âme : l’orgueil spirituel ! Méfiez-vous et éloignez-vous de ces gens-là.
Nous avons donc en résumé,  UN LIVRE SCELLE du temps de Daniel avec la promesse divine  qu’il sera ouvert au temps de la fin. Or, nous savons tous fort bien que Dieu veille sur Sa Parole pour accomplir toutes Ses promesses (1Sam.15 :29 ; Jer.1 :12). Donc, l’ouverture du « Livre Scellé » au temps de la fin était plus qu’une évidence ; un compromis qui engageait la fidélité de Dieu Lui-même!
Qui devait donc ouvert le Livre scellé ? Sinon Dieu Lui-même ! Pour deux raisons :
Primo : en Es.46 :10-11, Il se présente comme étant LE SEUL exécutant de Sa propre volonté en accomplissement de tous Ses arrêts et promesses.
Secundo : n’est-il pas écrit que tout ce qui est révélé est à nous et que tout ce qui est caché appartient à l’Eternel ? Qui a donc connu la pensée de Dieu pour l’instruire ? Les choses que l’œil n’a point vues, que l’oreille n’a jamais entendues et qui ne sont point montées au cœur de l’homme, Seul Dieu peut les révéler à ceux qui L’aiment (1Cor.2 :9,10).
Il était donc arrêté qu’au temps de la fin, Dieu nous apportera la révélation de ces choses par Son Esprit. Qui peut donc nous convaincre de l’erreur ?

 

3.1. LE CONTENU DU LIVRE 

 


Dans les cinq premiers chapitres du Livre de Daniel nous trouvons bien d’énigmes révélées aux hommes par le Dieu de Daniel.
Nous avons premièrement le songe du roi Nabuchodonosor se rapportant à la grande statue. Le roi eu le songe, Dieu en donna l’explication à Daniel et révéla les quatre grands royaumes qui allaient se succéder sur la terre, en commençant par Babylone (la tête d’or) jusqu'à l’établissement du Millénaire, représenté par la Pierre qui remplit toute la terre, peu après la destruction du dernier empire romain (Dan.2 :31-45).  Ce songe fut entièrement interprété et rien n’a été ici scellé ou voilé ; bien au contraire !
Le second songe du livre de Daniel appartient encore au même roi. C’est celui de l’arbre qui révèle la chute, puis le relèvement du roi de Babylone, selon l’explication donnée par Daniel (Dan.4 :18-27). Et ce songe s’est totalement accomplit en ces jours-là, comme le confirme d’ailleurs les écritures (Dan.4 :28-37).
  La troisième fois, et cela s’accomplit cette fois-ci au temps de Belschatsar, fils de Nabuchodonosor et concerne l’Ecriture sur la muraille et qui consacra la chute de l’empire Babylonien (la tête d’or) et l’établissement du royaume mèdo-perse  (la poitrine et les deux bras d’argent). Cette énigme fut aussi interprétée, et la vision s’accomplit en son temps.
Les mystères scellés dans le Livre dont il est question ici commencent au Chapitre 7 avec les visions que Dieu a donné directement à Daniel. Nous avons premièrement la vision de quatre animaux  et puis celui du Bélier et du Bouc. Cette fois-ci, au contraire de ce qui est arrivé dans les cas précédents, Daniel reçut les visions, entendit les paroles, mais n’en comprit pas le sens. Dans le cas de la vision de la statue, par exemple, où l’on constate une certaine ressemblance avec celle des quatre animaux, nous noterons cependant que dans le premier cas, TOUTE l’explication fut donné au roi par Daniel, alors que dans le second cas, ce prophète dit : « Je désirai savoir la vérité sur le quatrième animal… ». Il en est de même de la deuxième vision (du Bélier et du Bouc – Dan.8). Daniel en fut étonné et personne (ni lui-même) n’en eut connaissance.
Daniel, ayant compris que la fin de la captivité babylonienne était proche, s’humilia devant Dieu et pria. C’est alors que l’ange Gabriel vint pour lui confirmer la véracité des visions qu’il a eut, et lui révéla le plan de Dieu de 70 semaines qui ont été arrêtés pour le salut d’Israël (Dan.9). Puis vint la vision de l’ange annonçant les événements derniers au chapitre 11. Ce sont ces choses (du chapitre 7 a 11) qui ont été scellées dans le Livre de la Vérité.
Regardons la chose de plus près et comprenons ceci : Daniel a reçut la révélation sur tous les royaumes qui s’élèveraient sur la terre jusqu'à l’établissement du millenium. Il lui fut révélé la mort du Messie après Son rejet par Israël, ainsi que la désolation qui allait s’abattre sur son peuple y compris la destruction du temple de Jérusalem (son sanctuaire) par l’armée romaine (J’ai déjà parlé en détails sur ces choses dans ma prédication intitulée « L’abomination de la désolation établie dans le lieu saint »). Daniel vit aussi dans la dernière semaine l’Anti-christ (le Dévastateur) se lever par le mensonge et la flatterie et consolider des alliances avec plusieurs peuples et rois, y compris Israël. Ce qui conduiraient par après le monde à l’adoration de la Bête lors de son règne totalitaire de trois ans et demie (un temps, des temps, la moitie d’un temps) engendra ainsi la grande tribulation qui s’abattra alors sur la terre entière, jusqu'à l’anéantissement total de la force ou résistance du peuple saint. Puis vint le Jour du Seigneur : le jour de la vengeance divine où le monde allait subir la colère de l’Agneau. Alors, par la jalousie de Dieu la ruine s’abattra visiblement sur le Dévastateur qui a usurpé la gloire de Dieu, ainsi que l’honneur et l’adoration ;  et sur tous ceux qui ont plié les genoux devant la Bête pour l’adorer en lieu et place du Seigneur. Souvenez-vous du plus grand de tous les commandements en Ex.20 :3-5 ! Et vous comprendrez le blasphème de l’Homme du péché (le Fils de la perdition), ainsi que la grande abomination des peuples de la terre qui suscitent la colère de Dieu.
Et, ce en ce temps-là (peu avant le jour de la vengeance) que le reste d’Israël (144.000) est sauvé selon l’élection. L’homme intelligent se rendra compte avec quelle exactitude la prophétie de Dan.12 :1, s’harmonise parfaitement avec l’écriture de Apoc.7 :1-8. Quoi donc ? Dan.11 :36-45 révèle le règne totalitaire de l’Anti-christ qui atteint son apogée jusqu’au verset 43, et puis la chute soudaine et la ruine (voir aussi Dan.9 :27 – la fin du verset – et Apoc.18 :2, 16, etc.).
Or, je le répète, dans le Grand Dessein de Dieu qui révèle ces événements prophétiques du temps de la fin dans leur ordre chronologique d’accomplissement (comme nous l’avons souligné ci-haut), après la grande tribulation et la chute de l’Anti-christ, vient le Grand jour de la vengeance du Seigneur. Et tout de suite en Dan.12 :1, il est dit a Daniel ceci : « En ce temps-la se lèvera Michael, le grand Chef, le défenseur des enfants de ton peuple ; et ce sera une époque de détresse, telle qu’il y en a point eu depuis que les nations existent jusqu'à cette époque. En ce temps-la(que celui qui lit fasse attention), ceux de ton peuple QUI SERONT TROUVES INSCRITS DANS LE LIVRE seront sauves ».  Il est maintenant clair ici, que la grande détresse dont parle cette écriture n’a rien à voir avec la grande tribulation qui s’abat sur la terre pendant le règne de la Bête ; car, nous nous situons maintenant après le règne de l’Anti-christ. Il s’agit plutôt du Jour du Seigneur ; de ce jour grand et terrible dont parle la prophétie de Sophonie et bien d’autres prophètes encore. Qui pourra subsister en ce jour-là ?
Le Seigneur Jésus parle aussi de ce Jour en ces termes: « Car la détresse sera si grande qu’il y en a point eu de pareille depuis le commencement du monde jusqu'à présent, et qu’il n’y en aura jamais. Et, si ces jours n’étaient abrégés, personne ne serait sauvé ; mais, a cause des élus, ces jours seront abrégés » (Mat.24 :21,22).
Ne confondez pas la détresse du Jour de la Vengeance de Dieu avec la grande tribulation qui s’abat sur la terre au temps de l’Anti-christ. Les écritures nous montrent (notamment en Apoc.12 :14-16) que quand l’abomination de la désolation assole la terre, Dieu vient au secours de certaine personnes car, c’est l’heure de la tentation qui va venir sur le monde entier pour éprouver les habitants de la terre(Apoc.3 :10). Il n’en est pas de même du Grand Jour du Seigneur, car si Dieu peut délivrer Son peuple de la main de l’ennemi (tel est le cas de cette multitude de Apoc.7 :9-17), qui peut donc délivrer de la main de Dieu ? Personne ! C’est cette vérité qui nous est confirmée à l’ouverture du sixième sceau, dans l’écriture de Apoc.6 :12-17.
Aussi la colère de l’Agneau est fulgurante mais de courte durée. Sinon… personne ne pourra se sauver, même pas les élus.
Mais, de quels élus s’agit-il dans cette prophétie? Certainement pas des élus des nations qui forment l’Eglise (Corps) du Christ. Car, ceux-ci ont été épargnés de la colère et mis à l’abri, par l’enlèvement, dans les demeures célestes que Jésus a préparé pour eux (Es.26 :20,21; Jn.14 :3) ; bien avant le règne de l’Anti-christ. Il s’agit ici plutôt du RESTE D’ISRAËL SELON L’ELECTION (Rom.11 :2-7). Ceux-là dont il est question en Dan.12 :1. Et, nous voyons clairement en Apoc.7 :1-7, avant que la colère ne s’abattent sur la terre, l’archange Michael venant au secours du peuple de Daniel, tenant le sceau du Dieu vivant, criant d’une voix forte et recommandant aux anges d’attendre jusqu'à ce que soit scellé ces élus de Dieu.
Aussi, tous ceux qui enseignent, à l’instar des témoins de Jéhovah  que les 144.000 scellés seraient les seuls héritiers de la promesse de Jn.14 :2,3 cheminent dans l’erreur. Ces élus d’Israël ne sont nullement enlevés comme ceux (élus) des nations qui forment l’Eglise : l’assemblée des premiers-nés dont les noms sont inscrits dans le ciel. Jean, l’apôtre, dit clairement qu’il a vu l’Agneau et ces 144.000 scellés sur la montagne de Sion. Où se trouve donc cette montagne ? Dans le ciel ? Vous voulez rire ? Il faut que je le dise en ce jour : Méfiez-vous de ce levain-là.
Ce sont toutes ces choses-ci qui sont contenues dans la prophétie de Daniel, et confirmées dans la révélation de l’Apocalypse.
   
♦♦♦♦♦♦♦♦♦