« LE FILS DE L’HOMME» DE LA PROPHETIE DES ECRITURES

L’interprétation quoique CORRECTE, mais limitative, du concept « FILS DE L’HOMME » nous Le présente dans la condition du prophète de Dieu ou « Dieu-prophète » de Lui-même ; dans la compréhension de Jn.1 :14.
Or, comme je viens de le souligner, cette interprétation quoique CORRECTE est PARTIELLE pour Celui qui détient « corporellement » la plénitude de la divinité  et remplit toutes choses : Jésus-Christ. Cette conception limitée  a amenée certaines personnes (dans les « églises des prophètes », surtout) à confondre et comparer ou équivaloir certains prophètes et hommes de Dieu au « Fils de L’homme ».
Si nous remontons dans l’Ancien Testament, en méditant attentivement la révélation du « Fils de l’homme », nous comprendrons que ce « Fils de l’homme », des écritures, est beaucoup plus qu’un simple prophète.
Nous Le voyons dans la fournaise ardente en compagnie de Schadrac, Méschac et Abed Nego. Et voici la description que le roi fait de Lui : « La figure du quatrième ressemble à celle d'un fils des dieux»(Dan.3 :23,24). Cependant, Il n’est pas ici dans la condition de« prophète », mais plutôt du « Sauveur ». Connaissez-vous un prophète de Dieu qui sauve ? C’est un blasphème !
Dans la vision de Daniel (Dan.7 :9-14), Le Fils de l’homme apparaît auprès de l’ « Ancien des jours » et reçoit de Lui la domination, la gloire et le règne sur tous les peuples, les nations et les hommes de toutes langues. Une domination éternelle et un règne qui ne sera jamais détruit. Nous comprenons donc que « Le Fils de l’homme » de la prophétie est Roi, Seigneur et Dominateur à jamais. Connaissez-vous un homme prophète qui régnera à jamais sur la terre ? C’est aussi un blasphème !
Oui, ces « super-prophètes » peuvent s’imposer aujourd’hui et amener les gens à les vénérer et servir. Cependant, ils périront ; et ceux qui les auront vénérés, comme tel, seront confus en ce jour-là. Lorsque paraître Le Véritable « Fils de l’homme »
Dans les autres visions de Dieu, « Le Fils de l’homme » apparaît comme un ange glorieux en compagnie d’autres. Cependant, c’est Lui qui détient la clef de la connaissance. C’est Lui qui ordonne à l’ange de donner l’explication de la vision à Daniel. C’est encore Lui et Lui Seul qui a toutes les réponses aux mystères que Daniel, le prophète (je souligne ici le ministère), entend mais ne comprend pas. C’est Lui qui a promis à Daniel sa récompense à la fin des temps.
Dans la vision apocalyptique (Apoc.1 :1), Le Fils de l’homme apparaît cette fois-ci décrit par l’apôtre Jean, de la même manière que Daniel l’a décrit lui aussi.
Et de cette description, nous pouvons retenir entre-autres, ceci :

  1. Le « Fils de l’homme » n’est pas manifesté dans un seul âge ; mais plutôt dans tous les sept. Combien des « Fils de homme » se seront-ils levés sur la terre dans toute la dispensation de l’église des nations ?
  2. Il est un juge
  3. Il se présente comme l’Alpha, mais aussi l’Omega ; Celui qui mourut et est revenu à la vie; l’Agneau immolé, etc.

Toutes ces descriptions de l’âge d’Ephèse à celui de Laodicée, correspondent à UN SEUL : LE FILS DE L’HOMME QUI SE TIENT AU MILIEU DE SEPT CHANDELIERS. Jésus-Christ, Le même hier, aujourd’hui et éternellement.
Si vous évoquez l’hypothèse selon laquelle l’un de ces anges de l’Eglise serait le Fils de l’homme révélé dans la chair ; vous devez en croire autant de chacun d’eux. Combien aurons-nous alors ? Sinon : sept semblables au Fils de l’homme. Si l’apôtre Jean qui a reçu la vision affirme : « Je vis sept chandeliers d'or, et, au milieu des sept chandeliers, QUELQU'UN qui ressemblait à un fils d'homme » (Apoc.1 :12,13). Comment voulez-vous, vous qui interprétez ces choses, contredire celui qui les a vues ? De quelle côté est passée la Vérité ? Vous croyez que Jean a mal vu ? Non ! En vérité, vous interprétez mal… très mal ces choses.
Comparer, confondre ou affirmer d’un serviteur qu’il serait la manifestation dans la chair… une épiphanie (ou théophanie) du Fils de l’homme; pire, dire de lui qu’Il serait une incarnation divine, équivaudrait à l’élever à tous les autres attributs de Jésus-Christ : Celui en qui la plénitude divine a habité corporellement (j’insiste sur cette chose) et en faire son égal. En disant, pensant ou croyant cela, vous élevez un simple homme à la condition de Dieu. Vous faites de lui un « Dieu »… un « faux dieu ». Voilà où conduit le mauvais concept du LOGOS dans les « églises des prophètes ». C’est un blasphème, messieurs ! C’est un culte au veau d’or ; pas à Dieu! Si vous tenez ou aspirez à la vie (éternelle), ne faites pas ça !
Un serviteur est un disciple de son maître. Et « aucun disciple n’est plus grand que son maître ». Si le fanatisme vous aveugle au point de ne pas voir, comprendre et accepter ces vérités, alors vous êtes sous l’emprise de l’esprit d’égarement
Si quelqu’un vous affirme que Dieu aurait envoyé l’une des créatures célestes pour prêcher dans la chair d’un homme ; ou qu’il aurait revêtu l’un des esprits qui se tient devant Lui pour venir annoncer quelque chose sur la terre… alors, vous êtes en total désaccord avec tout le Conseil de Dieu.
Quoi donc ? C’est ici la promesse :
« Ce n'est ni par la puissance ni par la force, mais c'est par mon esprit, dit l'Éternel des armées. Qui es-tu, grande montagne, devant Zorobabel? Tu seras aplanie. Il posera la pierre principale au milieu des acclamations: Grâce, grâce pour elle! »
C’est maintenant que cette promesse s’accomplit ! C’est ici l’œuvre de la restauration de l’Eglise-Epouse dans la foi primitive. Or, on ne peut pas parler de la restauration de l’Eglise sans que la gloire UNIQUE du Christ soit restaurée au milieu de « Son » Église. En d’autres termes : c’est la gloire de l’Epoux rétablie auprès de Son Epouse dont nous parlons. Là où « tous les désirs de cette femme (église)sont portés vers son mari (Christ) et celui-ci domine sur elle ». Telle est l’œuvre de ce ministère du temps de la fin qui caractérise notre prédication. Pour la joie de tous les élus qui, en ce jour, se détourneront de la fausse adoration ; fruit par des fables habillement inventées par les hommes dépourvus d’entendement, et reviendront à l’adoration du Vrai et Seul Dieu-vivant pour Le servir.
Mais, lorsque les désirs de cette « église » que se veut « épouse » vacillent entre l’époux et les « amis » ou « envoyés » de son époux (ces prophètes qui sont vénérés à la place du Christ), et que ceux-ci dominent sur elle ; nous assistons alors à une véritable prostitution spirituelle. C’est ici le mystère de la Grande Babylone.
Heureux êtes-vous, vous qui vivez ces jours, entendez les paroles du livre de la prophétie et comprenez les choses qui y sont écrites. N’y ajoutez rien ! N’y retranchez rien !
Votre frère dans la foi et la persévérance de Jésus-Christ.

Dr. Tiago Moisés