LE DÉVELOPPEMENT DE L'ÉGLISE VU À TRAVERS LES SEPT GÉNÉRATIONS  PROPHÉTIQUES

(Le Mystère des Sept Chandeliers et des Sept Étoiles)
   
"Le Mystère des sept étoiles que tu as vues dans ma main droite, et des sept chandeliers d'or. Les sept étoiles sont les anges des sept Églises, et les sept chandeliers sont les sept Églises". - Apoc.1:20
    Les sept générations, âges ou ères qui caractérisent le "temps des nations" - celui des païens ou gentils -, nous sont représentés dans les trois premiers chapitres du livre d'apocalypse, par les SEPT églises d'Asie auxquelles l'ange du Seigneur dédie la RÉVÉLATION de JÉSUS-CHRIST qui dévoile dans ce livre, le Conseil de Dieu jusqu'à la consommation des temps. Ces sept églises ne peuvent nullement être considérées, par ceux-là qui prêtent attention à ces choses, dans un contexte historique, mais plutôt prophétique. Parce que, la raison d'être de cette révélation donnée à Jean dans l'îIe Pathmos vise avant tout: montrer aux serviteurs de Dieu - de tous les temps - les choses qui devraient ARRIVER BIENTÔT. Choses futures - et non du passé - appartenant à un avenir proche. 
  Ces églises ne sont d'aucune manière, des dénominations devant “prêter” leurs noms à nos institutions religieuses d'aujourd'hui. Une mauvaise interprétation de cette prophétie, falsifierait toute la vision et rendrait nul le Conseil de Dieu, tel qu'Il voulait le révéler à Ses saints. Une mauvaise interprétation de cette prophétie, dis-je,  pourrait signifier que toutes ces promesses glorieuses et merveilleuses contenues dans ce livre, seraient un privilège de ces églises seulement, alors que nous savons fort bien que, en cette même époque-là, il existait d'autres communautés des saints dont le modèle de foi a été loué par les apôtres du Seigneur: à Corinthe, Galatie, Colosses, Philippes, Thessalonique, Bérrée… et même à Rome; aussi bien qu'en ce temps actuel dans laquelle nous vivons.   
C'est ici la sagesse qui a de l'entendement: la référence et attachement aux sept églises (EPHESE, SMYRNE, PERGAME, THIATYRE, SARDES, PHILADELPHIE et LAODICEE) est sans aucun doute dû au fait que ce sont des "églises-types" ou modèles qui comprennent les réalités qui se reflètent dans tout le cycle de vie de l'Église. Réalités allégoriques, symboliques ou figurées, qui sont contemplées dans les âges consécutifs, ères ou générations d'adorateurs au sein de l'église des nations. Dès sa fondation, à l'époque primitive, à sa consommation, en ce temps de la fin.     
De même que Salomão, le fils de David selon la chair hérita de son père le royaume terrestre sur Israël et bâtit un Temple (matériel) de Dieu en sept ans; Jésus, Fils de David, selon l'Esprit, a hérité le royaume spirituel et a aussi édifié en sept temps ou âges, une Maison spirituelle pour Dieu dans le monde.   
Sept âges ou générations ont été arrêté pour l'œuvre d'édification de l'Église des nations. Sept âges prophétiques figurés par les Sept églises d'Asie, dont les caractéristiques se projettent dans les générations successives et traduisent les réalités de cette Église des nations tout au long de sa dispensation. Sept générations pendant lesquelles, la lumière de la vérité a été donnée aux nations par l'"Esprit de la révélation qui parle aux Églises". Esprit qui s'exprime à travers les Sept lettres ou messages de La Parole de Dieu dirigée aux Sept anges ou messagers qui ont témoigné dans leurs générations respectives ou âges, de la lumière qui éclaire tous ceux que Dieu a connu d'avance et a prédestiné à participer à Sa nature divine à travers le Corps du Christ. Ce sont donc ces élus, qui sont identifiés comme "vainqueurs" dans leurs respectives générations.    
Cette chose nous est aussi représentée dans le premier tabernacle par le chandelier, d'où l'huile d'olive pure montait du VASE UNIQUE par les SEPT conduits pour alimenter les lampes. Illustrant de ce fait UN SEUL ESPRIT (celui du Christ et pas d'un homme) qui parle par la bouche de tous les messagers; leur donnant la RÉVÉLATION de la volonté de Dieu pour leurs générations respectives.   
Cette RÉVÉLATION UNIQUE pour chacune de ces générations se retrouvait ¨miraculeusement¨ dans la bouche de tous les vrais oints de Dieu. Parce que personne ne peut connaître le Père, ni le Fils et parler de Lui, sinon celui à qui Dieu veut Se révéler (Mat. 11:25-27). Cette révélation unique dans chaque génération constitue la MANNE du jour pour les élus au temps marqué. La nourriture spirituelle donnée au temps convenable à l'homme de Dieu (Mat. 24:45) pour: nourrir, soutenir, aider, encourager et fortifier l'Église dans les jours mauvais, contre toute la malice dans les moyens de la séduction utilisés par le diable pour détruire la vraie foi.    
Sept époques, âges ou ères pendant lesquels l'arche de la nouvelle alliance (l'Évangile de la gloire du Christ) est resté captive dans ce Babylone spirituel qui a enivré les nations, leurs rois et habitants, et leur a enseigné à aller après d'autres dieux (Apoc. 17).    
Pendant tout ce temps, le Conseil de Dieu révélé dans les Ecritures a souffert amplement les influences négatives des traditions humaines dans les sociétés où l'Évangile a été annoncé et cru. Ces influences ont changé le culte et l'adoration véritable, et ont fini par renverser L'ORIGINAL de la doctrine  du Christ. Donnant lieu aux copies non-conformes à l'original: les interprétations particulières de la prophétie biblique, produites cette fois-ci par la volonté humaine; quand des hommes impies commencèrent à parler de la part de Dieu, animé par l'esprit de l'erreur. Ce sont là les "doctrines étrangères" qui ont fini par éloigner l'Église du Christ, appelée du milieu des nations, de sa véritable vocation, ainsi que de la foi chrétienne primitive.   
Les vainqueurs sont tout ceux-là qui, tout au long des générations caractéristiques, surent se défaire des liens de l'apostasie qui a triomphé de leurs temps, par la foi dans le message de la Parole de Dieu qui leur furent envoyé opportunément. Ceux-là qui surent discerner le "son de la trompette" qui, en son temps, annonçait le DEPART ou ABANDON des camps des religions, afin de poursuivre la marche, à la conquête des promesses révélées (No.  10:1-10; Ps. 89:15). Ce sont aussi tout ceux-là qui ont su abandonner toute forme de dogmatisme religieux. Ceux-là qui, par la foi dans la Parole révélée, s'éloignent du SYSTEME FORMALISTE dans lequel, l'église organisée par les hommes (et non pas guidée par le Saint Esprit) autour de personnalités ou d'individualités (et pas du Christ) est tombée, pour revenir dans l'original de la Parole de Dieu.    
         De même qu'Israël a marché à son temps, derrière la nuée de la gloire; ainsi firent les mages venus de l'orient, marchant derrière l'Étoile qui les conduisit à la promesse du jour; ainsi marchons nous aussi, en obéissant à l' "Ainsi dit le Seigneur " par la Parole vivante et révélée dans le jour de l'accomplissement que nous vivons. Cette révélation que nous apportent les témoins fidèles que le Seigneur élève au milieu de nous, au temps convenable ou propice.
De l'autre côté, les vaincus sont tout ceux-là qui, ayant méprisé l'"Esprit" qui parlait au milieu d'eux, n'ont pu se dégager de la corruption par le mensonge qui s'imposa en dogmes dans leurs générations respectives. Ceux-là qui se sont laissés emprisonner dans les liens de l'apostasie, par manque de la révélation (Prov. 29:18). Ils se sont fait disciples d'hommes qui ont trafiqués de leurs âmes en utilisant le nom de Dieu;  obéissant ainsi à des préceptes qui sont commandements et conseils humains, dupés et séduis par l'apparence de la piété qui caractérise ces cultes volontaires.   
C'est bien vrai que, à chaque fois qu'un de ces envoyés de Dieu se reposait, ses prétendus disciples s'éloignaient de sa ligne de pensée et tombaient dans le formalisme ou légalisme. Dans un autre temps déterminé, Dieu élevait d'autres instruments pour appeler Son peuple élu hors de la corruption installée. Ces nouveaux prédicateurs apportaient toujours quelque chose en plus. Et, telle une pierre placée sur une autre, ainsi se poursuivait l'oeuvre d'édification de la maison spirituelle de Dieu. Les conservateurs, ceux-là qui se réclament toujours des grands noms et figures des serviteurs de Dieu qui se sont déjà endormis, se tiennent aveuglément aux écrits et paroles des présumés "fondateurs" de leur nouvelle religion (dignité à laquelle sont élevé - surtout à titre posthume - les précurseurs de ces mouvements de réveil ayant la propre main ou le témoignage de Dieu), se lancent dans une campagne de dénigrement et d'opposition contre l'oeuvre de Dieu et les instruments qui parlent de Sa part dans un autre temps marqué. Cela se passe comme ceci, parce que ces opportunistes, qui se font disciples d'hommes et non du Christ oublient une chose, que selon ce qui est écrit: "nous connaissons en partie et nous prophétisons en partie", selon la mesure que Dieu a donné à chacun de Ses instruments. Et que: "quand vient ce qui est parfait, alors, ce qui est partiel disparaît" (1Cor. 13:9,10). Eloignez-vous de tels hommes!   
John Robinson était le pasteur des puritains qui fuyaient l'intolérance religieuse en Europe, et partirent de la Hollande à la recherche d'un asile dans le nouveau monde (Amérique). Ne pouvant accompagner son troupeau hors de l'Europe, il leur dit ceci dans son discours d'adieu: "Quelque soit la divine providence, je vous en conjure devant Dieu et Ses anges que vous ne me suiviez pas au-delà de ce que moi-même j'ai suivi Le Christ. Si Dieu vous révèle quelque chose par l'intermédiaire d'un tout autre instrument Sien, soyez prêt à le recevoir comme vous avez toujours accueillit la vérité à travers mon ministère, parce que je suis sûr que le Seigneur a plus de vérité et de lumière, irradiant de Sa Parole. De ma part, je ne peux pas regretter suffisamment la condition des églises réformées, qui, en religion, sont arrivées à une période stationnaire, et ils n'iront pas maintenant loin que les instruments de sa réforme. Les Luthériens ne peuvent pas être traînés pour aller plus loin que ce que Luther a vu; ... et les Calvinistes, vous les voyez, ils se sont fixés là où ils ont été laissés par ce grand homme de Dieu, qui n'a cependant pas vu toutes les choses. C'est une calamité à regretter beaucoup; parce que, bien qu'ils aient été des lampes qui brûlaient et brillaient en leur temps, ils n'ont cependant pas pénétré, en tout, le Conseil de Dieu; mais, s'ils vivaient aujourd'hui, ils seraient si disposés à recevoir plus de lumière comme ils l'ont été pour accepter ce qu'i ils ont accueilli premièrement " (Martyn; L'Histoire des puritains)   
Oui, c'est cela l'une des raisons fondamentales qui fait que je ne m'identifie à aucune des dénominations existantes! Je déteste excessivement, l'apparition de "tendances" dans l'Église autour d'une prédication ou de la personne d'un certain serviteur de Dieu. Ceux qui font de telles choses sont, à la lumière des écritures, charnels et enfants en Christ (1Cor.1:10-13; 3:3-6). Ils marchent par conséquent, non pas selon Christ, mais plutôt selon les hommes dans lesquels ils tirent leur gloire. Et, quand bien même nous condamnons cette procédure à la lumière de ce qui est écrit, ils se trompent eux–même en présumant du contraire. Je suis en parfait accord avec le pasteur Robinson, comme quoi, si toutes ces églises que nous avons aujourd'hui n'eussent pas stationnées, mais qu'elles se disposassent à recevoir les nouvelles vérités que Dieu veut révéler à Son peuple  par l'intermédiaire de ces instruments qui parlent de Sa part aujourd'hui, beaucoup de lumière pourraient éclairer l'obscurité où nous nous trouvons plongés à ce jour.
Pourquoi? Parce que, à part ce qui a été dit par ceux-là qui sont regardés par eux comme "fondateurs", "chefs" ou "guides immortels et infaillibles"… aucun croyant, aucune église n'est disposée à accepter la vérité qui vient d'un autre prédicateur qui ne se rassemble pas avec lui sous le joug d'une même organisation ou groupement religieux. "Parce que tu dis: Je suis riche, je me suis enrichi et je n'ai besoin de rien … " (Apoc.3:17). C'est cela l'esprit qui règne dans cet âge de Laodicée que marche vers son terme.
Nous avons ainsi de nos jours: les Catholiques bloqués là où le dogmatisme papal les a placé; demeurant ainsi dans le traditionalisme romain de l'époque antérieur à la réforme. Les Luthériens pour leur part sont restés… plantés là où Luther les a laissés. Les églises réformées se sont immobilisées dans les enseignements des réformateurs. Les églises évangéliques et pentecôtistes se sont paralysées dans les enseignements des "pères " de ces mouvements, et dans la doctrine des dons et miracles. Les branhamistes et les églises dénommées "Message du temps de la fin" se retrouvent encore aujourd’hui là où Branham les a laissés; si bien que leurs cultes se concentrent autour de ce que ce serviteur a dit ou n'a pas dit. Les adventistes du septième jour, pour leur part se refusent d'aller au-delà des enseignements d'E. Wight. Les scientistes chrétiens s'en tiennent exclusivement aux écrits de Mary Baker et les témoins de Jéhovah dans les enseignements des héritiers idéologiques de Rutherford. Les "tocoistes" et autres " kimbanguistes" ont, quant à eux, juré fidélité dans la prêtrise héréditaire de la famille du fondateur, etc. Personne ne se soucie de la volonté de Dieu pour Son peuple en ce temps présent. Dorénavant, ce qui compte c'est ce que les églises exigent de leurs adeptes ou membres respectifs. De quel côté est passée la Vérité?   
Les nombreuses divisions enregistrées jusqu'à ce jour, autour des témoignages de ces messagers de Dieu qui L'ont servi en leurs temps, sont à peine des imitations des ministères de ces serviteurs qui se sont déjà endormis, par des disciples-partisans qui se prétendent ou autoproclament "successeurs" de leurs œuvres, et qui, au moyen des interprétations particulières, véhiculent des hérésies de perdition qui, à leur tour donnent naissance à plusieurs églises qui s'identifient dans la même dénomination. C'est ainsi que s'explique le récent phénomène des églises dénommées "Message du temps de la fin" qui, bien que trouvant dans la personne de Branham un dénominateur commun (étant considéré par eux tous comme le "prophète messager" de Dieu et l'unique interprète valable de la Bible pour notre temps – exactement comme le catholicisme proclame l'infaillibilité de leur Pape; le luthéranisme celui de Luther, et les autres mouvements celui de leurs fondateurs), sont malgré cela divisées par les interprétations particulières engendrées autour de son message de l'Évangile et autres exagérations et fanfaronnades forgées par le fanatisme aveugle qui regarde dans la personne de l'instrument de Dieu, comme s'il était lui-même Le Sauveur du corps; au lieu de considérer et se limiter à l'objet central de son témoignage. Pire, quelques-uns de ses "partisans" méprisant la Bible et le ministère de l'Esprit qui véhicule la révélation véritable à l'Epouse du Christ et vivifie la Parole écrite, se limitent dans leurs sermons à des "citations" de ses paroles et écrits, dans un ton académique et liturgiques, caractéristique d'un nouveau dogmatisme. (C'est la même chose que faisaient les successeurs de Luther après son départ : ils regardaient comme "ennemis de la reforme" ou contradicteurs du "grand réformateur"; rejetaient catégoriquement et combattaient tout celui qui prêchait quelque chose que le réformateur n'a pas dit ou alors aurait enseigné différemment). Aujourd'hui, dans la folie de l'idolâtrie, les partisans du "prophète majeur" ont placés ses images, aussi bien que d'autres représentant les anges et la divinité (révélée en Jésus-Christ) dans toutes leurs maisons et temples. Exactement comme les choses se passent dans les autres dénominations qui marchent selon les hommes.
Le mystère des sept étoiles est étroitement lié à celui des chandeliers. En observant attentivement cette lampe, nous pouvons facilement vérifier que toutes les lampes sont dépendantes du Vase Unique d'où monte l'huile pour alimenter le feu des lampes. Cette illustration nous enseigne la vérité éternelle que je veux transmettre aux églises aujourd'hui: de la même manière que tous les serviteurs d'Abraham ont été placé sous la dépendance de   Eliezer de Damas, aussi dans l'église tous les serviteurs de Dieu sont dépendants de l'INTENDANT de tous ses biens: Le SAINT-ESPRIT. C'est Lui qui conduit tous les autres serviteurs de Dieu dans toute la vérité. C'est Lui qui prend tout ce qui est au Père et à Son Christ pour en donner à Son épouse (de même que fit le plus ancien des serviteurs d'Abraham, quand il est alla chercher une femme pour Isaac). Voici pourquoi il a été dit: "Que celui qui a des oreilles entendent  ce que l'Esprit – pas un homme; fût- il un ange, messager ou étoile - dit aux églises". Que celui qui peut comprendre comprenne! Comment est-ce que pouvez-vous comparer ou faire pour assimiler une étoile avec Celui qui la tient dans la main - Apoc.2:1 -, ô hommes insensés?