LE DERNIER COMBAT DE L’EGLISE

Nous retrouvons l’Eglise du Christ  en Apoc. 12, figurée par la femme enceinte livrant son dernier combat contre le dragon, peu avant l’enlèvement. Et, la femme enceinte symbolise cette église dans sa mission de mère.
La compréhension de cette Vérité nous est donnée dans la figure d’Eve, qui était la mère de tous les vivants (de la race humaine, bien sûr). Or, de cette femme sont sorties deux semences antagoniques: Caïn, le fils du malin, et dans sa nature : un faux adorateur (comme nous le confirme son autel) ; et Abel, le juste, le fils à l’image d’Adam. Or, qui est juste ? Sinon, celui que Dieu justifie par sa foi. Voilà le vrai adorateur. La parabole du blé et de l’ivraie confirme que l’Église du Christ (à la lumière de tous ce qui vient être dit ici) est aussi devenue la mère de tous les adorateurs (les vrais et les faux). Vous noterez que Jésus dit dans la Parabole : « Le royaume des cieux est semblable à un homme qui a semé la bonne semence dans SON champ » (Mat.13 :24).
C’est donc dans l’église du Christ que l’ennemi a semé sa propre semence qui s’est développée pour donner naissance à la fausse religion : l’église romaine fondée par l’empereur Constantin, et qui deviendra plus tard l’église catholique (universelle) romaine. Plus tard, surgiront aussi (dans cette même Eglise du Christ) les églises protestantes ou luthérienne, méthodistes, pentecôtistes, églises de réveils, etc. ; édifiées à l’image de l’Église-mère (catholique romaine) et non, selon le modèle biblique révélé au jour de la pentecôte (les impudiques).
Notez et retenez qu’Eve, n’a pas été détruite après le péché ou le scandale d’Eden, mais elle a été plutôt préservée dans sa mission de mère, même après la persécution qui entraîna la mort d’Abel, jusqu’
à ce que Seth soit manifesté, et qu’Énosch soit introduit dans le monde avec la Parole de Dieu (Gen.4 :26). Ce qui est une figure de la restauration de la foi primitive sur la terre. Quoi donc ? Dieu se tenait de nouveau à la porte avec Sa Parole et frappait à l’époque (une illustration de ce qui arrive en Apoc.3 :20). C’est ainsi que l’enlèvement d’Hénoc fut rendu possible. Ainsi que le salut de Noé au travers du déluge. Amen !
Prenons maintenant une seconde figure pour dissiper tout doute à l’entendement des saints : Dieu n’amena-t-Il pas tout Israël hors d’Egypte et l’établit dans la terre promise ? Cependant aux jours de Roboam, Jéroboam, l’imposteur, séduit le royaume et entraîna dix tribus et demie dans la rébellion contre l’ordre divin. Il fonda, ensuite, une nouvelle religion autour de Samarie et non de Jérusalem. Dieu préserva donc les juifs, quand bien même plus tard ceux-ci tombèrent aussi, rejetèrent la loi de Dieu et fondèrent une nouvelle religion : le judaïsme. Pourquoi donc, Dieu préserverait-Il les juifs malgré tout ? Car, c’était d’eux que devait venir Schilo, le dominateur, qui rendrait le salut accessible à tous ceux qui aiment Dieu. Ce que confirme le Seigneur Lui-même en affirmant : « Le salut vient des juifs » (Gen. 49 :10 ; Jn. 4 :22 ; voir aussi  Rom.3 :1,2 et 9 :4,5).
 Si nous comprenons maintenant pourquoi Eve a été préservée malgré la chute… si nous comprenons pourquoi les juifs ont été préservés dans la même condition ; alors nous comprendrons aussi pourquoi l’Eglise du Christ a été préservée dans sa mission de mère, malgré la perte de la vocation qui entraîna sa propre chute sous Constantin. Le mal a évolué vers le pire, jusqu’à la grande apostasie du temps de la fin.
Donc, malgré la contamination, c’est cette église qui devrait engendrer la semence du sacerdoce royale ; la race élue (1Pi.2 :9). Elle devait donc être protégée jusqu’à la naissance de l’ « enfant mâle qui doit paître toutes les nations ». C’est qui est une métaphore de l’enlèvement de ces élus qui, selon le dessein de Dieu, doivent s’asseoir avec Christ sur son trône pour exercer, avec Lui, autorité sur les nations ; lorsque le temps sera accomplit.
Dieu a commencé à prendre soin de cette semence-là, depuis l’époque de la réforme en la justifiant par la foi à l’époque de Luther, puis l’a sanctifiée lors du réveil spirituel de J. Wesley, l’a baptisée du Saint-Esprit lors du réveil pentecôtiste, l’a ramenée dans la vraie Parole dans l’âge de la restauration qui débuta à l’époque de W. Branham et aujourd’hui, par notre prédication, parvient à la maturité par l’unité de la foi et à la connaissance parfaite : l’état d’homme fait, à la mesure de la stature parfaite du Christ (Eph. 4 :13). C’est cette chose qui nous est représentée par l’enfant mâle (Apoc.12 :5). Semblable à un fœtus qui parvient à la maturité en atteignant la stature parfaite lui permettant de sortir du sein de la mère. Ainsi est devenue cette semence enfantée dans les douleurs pour l’enlèvement.
Le reste de l’enseignement sur cette prophétie de l’Apocalypse 12 se trouve dans ma prédication : « La Femme et le Dragon ».

♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦