ROME : LA VILLE DE SEPT COLLINES

« C’est ici l’intelligence qui a de la sagesse. Les sept têtes sont sept montagnes, sur les quelles la femme est assisse ».

            C’est bien vrai que Rome n’est pas l’unique ville au monde qui a sept collines. On parle par exemple de Jérusalem, Lisbonne, Yaoundé, etc. Cependant, la compréhension de l’oracle enveloppée dans la prophétie biblique inclue tous les éléments de cette prophétie. Car, il ne s’agit nullement d’une pure coïncidence ; mais plutôt de la préscience d’un Dieu Omniscient qui annonce la fin d’une chose avant son commencement. Et, ce sont donc ces éléments de la prophétie qui écartent les autres villes et nous centralise sur ROME.
    En effet, Rome  a été construite sur une région volcanique. Et, comme conséquence des érosions, elle présente une superficie faite de collines entrecoupées des vallées et dépressions. Voici donc comment se sont formées les sept collines sur lesquelles la ville fut édifiée. Nous avons donc:

Or, comme je l’ai dit plus haut, Rome est, en fait, la capitale de l’Italie, qui est un Etat souverain et indépendant dans le concert des nations. Ceci a donné cours à plusieurs affirmations et contra-affirmation dans l’interprétation de cette prophétie. Étant donné le fait que, s’il faut reconnaître que Rome est la ville de sept collines ; alors la prophétie d’Apocalypse 17 ne s’appliquerait donc pas à l’église catholique. Car, comme l’affirme certains défenseurs du catholicisme romain. Vatican, la capitale de l’ « Église-Etat » n’est édifiée sur aucune de ces sept montagnes.
Certes, car la cité de Vatican est, en réalité, construite sur la colline de Vatican qui se trouve elle, de l’autre côté du Tibre qui formait une limite naturelle délimitant l’antique ville de Rome. 
Cependant, cette polémique ne peut exister qu’à l’entendement de tous ces esprits bornés qui sont lents à comprendre la prophétie et les écritures. Ne nous souvenons-nous donc pas que la romaine païenne donna son pouvoir à la Rome papale qui l’exerça en sa présence ?
Quoi donc ? Ce fut Constantin qui éleva l’ « évêque de Rome » à la dignité de « Pape ». Maintenant ne manquez pas ceci : CELUI QUI EST REGARDE COMME LE PAPE… LE SOUVERAIN PONTIFE ET CHEF SUPREME DE L’ÉGLISE CATHOLIQUE EST EN MEME TEMPS EVEQUE DE ROME. Fonctions qu’il accumulent.
Or, tout évêque dans le catholicisme exerce son autorité à partir de son siège ou trône ; du grec : cathedra dont dérive le nom cathédral. Le siège ou trône de l’évêque se situe dans le sanctuaire de l’église cathédrale du diocèse qu’il dirige.
Donc, si en temps que Pape, il a son trône dans la basilique Saint-Pierre à Vatican ; en temps qu’Evêque de Rome, il a son trone officiel à la Basilique de Saint Jean Latran qui se situe sur la colline Cælius (donc, sur l’un de sept montagnes de Rome), du côté opposé de Vatican. Ceci replace l’église catholique dans la prophétie de la bête aux sept têtes qui sont sept montagnes.
Ce fut au siècle IV (311 ap. J.C.) que l’empereur Constantin offrit l’édifice du Palace Jean Latran (un don de la famille Latran) à l’évêque de Rome. Elle devint donc la plus vielle basilique chrétienne sous le patronage et parrainage de Constantin (voir la première partie de cette prédication, dans la brochure: La perte de la vocation). Voilà pourquoi cette basilique (le siège de l’évêque de Rome) est considérée par certains comme l’ « église-mère » du christianisme. La chrétienté organisée made in Roma, bien sûr !
Si nous comprenons aujourd’hui que c’est l’évêque de Rome dans la condition du Pape ou « Souverain-Pontife » qui règne sur le monde, alors nous certifierons la prophétie biblique, lorsqu’elle affirme : « Les sept têtes sont sept montagnes, sur lesquelles la femme (Eglise catholique) est assisse ».

-------------------------------------------

LES GOUVERNEMENTS (TÊTES) DE ROME

« Ce sont aussi sept rois : cinq sont tombés, un existe, l’autre n’est pas encore venu, et quand il sera venu, il doit rester peu de temps. Et la bête qui était, et qui n’est plus est elle-même un huitième roi, et elle est du nombre des sept, et elle va a la perdition »

                Sur cette partie de la prophétie, j’ai déjà parlé dans ma prédication intitulée : « Le Mystère de l’Iniquité ».  Aussi, je vais répéter exactement la même chose ici. Croyant qu’à l’aide de cette nouvelle lumière que l’Esprit du Seigneur vient de jeter sur ces choses, tous les ombres s’enfuiront, dissipant ainsi tout doute persistant sur cette matière :
Voici ce qui m’a été donné et que j’ai transmis à l’Eglise de mon Seigneur, à l’époque :
Les SEPT rois à qui la prophétie se rapporte ici sont SEPT REGNES qui se sont succédés sur Rome depuis sa fondation en 753 av. J.C, jusqu’au moment où l'apôtre Jean a reçu la révélation de ces choses. Ces règnes sont:    
1. LA ROYAUTÉ ou pouvoir exercé par un roi;   
2. LE CONSULAT ou pouvoir suprême exercé par un magistrat élu pour une année et qu’il partage avec un autre collègue;   
3. LA DICTATURE: pouvoir suprême exercé par un magistrat investi du pouvoir suprême dans les moments difficiles de la république;    
4. LE DECENVIRAT: pouvoir suprême exercé par un collège de DIX magistrats avec fonctions diversifiées selon les époques;      
5. LE TRIUMVIRAT: pouvoir suprême  exercé par un collège de TROIS magistrats;   
6. L'EMPIRE: autorité exercée par l'empereur romain;   
7. LA PAPAUTÉ: autorité exercée par l'évêque de Rome; le "Pape."   

Quoi donc? Au moment où l'apôtre Jean recevait cette révélation, les cinq premiers règnes avaient déjà cessé d'exister ("CINQ sont tombés"). Rome était dirigée à cette époque par un EMPEREUR (la sixième tête dont il est écrit : "UN existe"). Et, pendant ce temps, la PAPAUTÉ n'avait pas encore paru  ("lAUTRE n'est pas encore venu"). Où est-ce que je veux en venir avec cette démonstration? À ceci: " et quand il sera venu, il doit rester peu de temps". Cela veut dire que le RÈGNE PAPAL DANS SA FORME ACTUELLE CESSERA UN JOUR; comme cela est arrivé avec les autres royaumes qui ont dominé sur Rome par le passé. C’EST ALORS QUE SERA MANIFESTÉ LE FILS DE LA PERDITION; L’ANTI-CHRIST, L'INIQUE OU LA BÊTE, POUR EXERCER SON COURT RÈGNE, AVANT D'ETRE ANEANTIT PAR LE SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST (2 Thes.2:8; Apoc.17:8). Voici ce que veut dire: " la BÊTE qui était et qui n'est plus… et elle va a la perdition! "   
Que dit encore la Bible sur elle? Que la bête "est elle-même un HUITIEME roi, et elle est du nombre des SEPT ''. Quelqu’un peut comprendre cela? Elle - la BÊTE - représente un autre règne: l'exercice du pouvoir TOTALITAIRE de l'Anti-Christ; unique dans son genre : Le HUITIÈME règne de Rome, exercé cette fois-ci sur le monde entier. Un règne qui s’élève cependant de la septième tête représentée par la PAPAUTÉ ("elle est du nombre des SEPT") -, ÉTANT VRAIMENT L'UN D'ENTRE EUX. 
            La suite de ces choses nous la trouvons dans la prédication précitée, aussi je ne voudrais pas y revenir ici.

------------------------------------------------

LE MYSTERE DE VATICAN:

 

Le territoire sur lequel est bâtie la cité de Vatican était connu dans l’antiquité comme « Ager Vaticanus ». Ager traduit du latin signifie terre ou région. Vaticanus est un mot latin composé : Vatic anus.

Vaticanus qui se traduit en français Vatican signifierait « vieille femme de la prophétie » ou encore « vieille femme prophétisant ». Dans le deux cas, ceci confirmerait la prophétie biblique.
Ironie de l'histoire ou simple coïncidence ? Non, messieurs ! La prescience de Dieu a placé ces signes révélateurs pour que nous puissions comprendre ces choses quand les temps seront accomplis (Dan.12 : 4, 9, 10).
Et nous comprenons et croyons que, Vatican serait donc la vieille femme prophétisant. C’est ici le mystère de la  « femme Jézabel qui se dit prophétesse et enseigne et égare les serviteurs de Dieu en les entraînant à commettre la fornication et à manger des choses sacrifiées aux idoles ». Ou encore de la grande prostituée avec laquelle « les rois de la terre se sont livrés à l’impudicité », et les habitants de la terre se sont enivrés  du vin de son impudicité».
Elle serait aussi : la vieille femme de la prophétie de l’Apocalypse 17 ; celle qui a la royauté sur les rois de la terre.

 

« Et la femme que tu as vue, c’est la grande ville qui  a la royauté sur les rois de la terre »

J’avais dit qu’il s’agissait d’une Église-Etat. Faisant de la Ville de Vatican un Etat indépendant  et souverain.
Le pape est un chef d’Etat élu dans un collège de cardinaux appelé « conclave » et dont le mandat est à vie. Il détient dans l’Etat de Vatican les pouvoirs législatifs, exécutifs et judiciaires, depuis la création de Vatican en 1929. Son modèle de gouvernement est une Monarchie élective non héréditaire, dans laquelle le Pape centralise et concentre tous les pouvoirs entre Ses mains ; sans être soumis à aucune censure. Etant considéré comme le successeur de Saint Pierre ; dont un émissaire de Dieu sur la terre exerçant une espèce de monarchie sacerdotale. Un « prêtre-roi » donc.
La confusion vient justement du fait qu’il concentre en sa personne l’exercice des pouvoirs politique et religieux. La cité de Vatican se réfère donc à un Etat politique indépendant, muni d’un gouvernement dirigé par un secrétaire d’Etat, exerçant les prérogatives d’un premier ministre. Alors que le Saint-Siège se réfère au gouvernement de l’Eglise catholique composé du Pape et de la Curie Romaine.
Il s’agit donc des deux entités distinctes ; toutefois, dirigées par un seul homme.  Munies des passeports distincts, le Saint-Siège qui n’est pas un État, émet des passeports diplomatiques et de services ; alors que Vatican émet de passeports normaux ; a sa propre conception de monnaie et des notes d’Euro ; à des ambassadeurs dans tous les pays du monde et siège comme observateur au Conseil des Nations unies. Les ordonnances de Vatican sont publiées en italien et ceux du Saint-Siège en latin.
Nous avons donc ici la figurine d’un Etat politico-religieux avec un chef qui exerce un pouvoir totalitaire sur le monde entier. Un chef d’Etat qui se sert de l’église pour étendre son influence sur des peuples, des foules, des nations, et des langues (« les eaux sur lesquelles la femme est assise »). Faisant ainsi de Vatican : la ville qui a la royauté sur les rois de la terre.
Donc, c’est ce modèle de pouvoir unique exercé par la papauté (la septième tête de Rome), qui prépare le chemin à l’entrée en scène de l’Anti-christ ou la bête (le huitième roi qui est l’un de sept) ; et qui s’encadre parfaitement avec ce pouvoir autoritaire et totalitaire qu’il exercera en son temps ; lorsque la vraie église du Christ sera mise à l’abri, par l’enlèvement. (2Thes.2 : 3-7…)
            Aussi nous croyons que cette prophétie est véritable, et son interprétation aussi ! Nous croyons encore qu’elle marche vers sa fin. Et que bientôt, sonnera l’heure pour nous de rentrer à la maison… Là où le Seigneur Jésus-Christ nous a précédé pour nous préparer une place (Jn.14 :1-4).
Nous croyons d’autant plus que les signes annonciateurs de Sa venue se font de plus en plus évidents. Or, selon la prophétie, le mystère de l’iniquité opère déjà. La bête comme royaume (le royaume politico-religieux incarné par Vatican) a déjà pris place. Seul, l’impie n’est pas encore venu. Jusqu’à ce que ce qui le retient soit ôté du milieu. Quoi donc ? De même que le déluge ne tomba sur la terre que lorsque Noé et sa famille entrèrent dans l’arche… de même que la destruction ne s’abattit sur Sodome et Gomorrhe que lorsque Loth et sa famille furent tirés du milieu ; ainsi en sera-t-il lorsque l’Eglise du Christ sera enlevée. Le malheur s’abattra sur la terre ! Il s’agit ici d’un temps d’angoisse et de détresse sans précédent. Lorsque pendant un temps, des temps et la moitié d’un temps ; les choses annoncées dans la prophétie de Dan.7 : 21, 25b, 26 et 27 n’accompliront totalement.
Heureux donc celui à qui Dieu a donné le pouvoir de comprendre ces choses ; et qui s’éloigne des impuretés de la Babylone, la grande prostituée.