LA GRANDE CORRUPTION A L’HEURE DU CRI AU MILIEU DE LA NUIT

Deux messages et deux esprits différents à l’œuvre

 « Levez-vous et allez vous-en ! Car, ce n’est pas ici le lieu de repos, à cause de la souillure qui amène la ruine : la ruine est terrible ! 
S’il y a un homme qui marche selon le vent et le mensonge, qui mente, disant : je te prophétiserai au sujet du vin et de la boisson forte ! Il sera le prophète de ce peuple»  (Mi.2.10, 11) – Traduction Darby

Ces cultes-là exaltant des faux Christs ont en vérité une apparence de piété, mais en niant ce qui fait la force de la vraie piété. Et, la satisfaction que produit ces rassemblements en vous n’est que charnelle et sans mérite, ni récompense pour l’âme.
« Josué entendit la voix du peuple, qui poussait des cris, et il dit à Moïse: Il y a un cri de guerre dans le camp. Moïse répondit: Ce n'est ni un cri de vainqueurs, ni un cri de vaincus; ce que j'entends, c'est la voix de gens qui chantent. » (Ex.32.17, 18)
Les fils d’Israël chantaient ? Ce n’était pas de la joie produit par le Saint-Esprit. Ce sont plutôt les effets des boissons fortes et du vin que vous prophétise un homme qui marche selon le vent et le mensonge. Ce sont ces mêmes cris de joie que poussaient les apostats d’Israël, pendant qu’ils adoraient leur veau d’or à la place de l’Eternel. Et à cause de cette souillure-là (l’idolâtrie), tel prophète vous conduit à la ruine ; une ruine terrible.
« Moïse dit à Aaron: Que t'a fait ce peuple, pour que tu l'aies laissé commettre un si grand péché? Aaron répondit: Que la colère de mon seigneur ne s'enflamme point! Tu sais toi-même que ce peuple est porté au mal. (Ex.32.21, 22)
            Oh oui ! Aujourd’hui encore, un peuple porté au mal prend plaisir dans ces faux messages exaltant des faux Christs.
Si j’ai bien compris, il y a quelqu’un sur la terre en ce moment qui veut se présenter aux yeux de l’Eglise du Christ comme l’unique prophète de Dieu dans cette génération, et en même temps affirme lui-même qu’il est le cri au milieu de la nuit en accomplissement de Mat.25 :6.
Laissez-moi vous dire qu’en ce jour de la fin, il s’est levé d’en bien d’endroits de la terre, beaucoup de gens qui affirment la même chose d’eux-mêmes et en rapport avec d’autres écritures de la Bible. Je ne peux tout simplement pas me permettre de citer leurs noms ici. Chacun de nous peut enseigner ce qu’il veut. Dieu en tiendra compte en ce jour à venir où : chacun rendra compte POUR LUI-MÊME (et non par rapport aux autres), selon l’écriture de Rom.14 :12. Je n’en fais donc pas mon affaire.
Vous y avez cru, vous, en cette chose-là ? C’est votre affaire ! Moi, je ne crois qu’au témoignage des écritures. Non, pas aux interprétations particulières que les gens en font. Je m’efforce à présenter Jésus-Christ dans ma prédication, comme étant le Seul Seigneur de l’Eglise qui est Son Epouse et Son corps : le Seul Auteur et surtout Consommateur de notre foi. Auteur : parce que c’est Lui, Jésus-Christ qui est le chef, le créateur et concepteur, le bâtisseur ou promoteur de la foi. Consommateur : la version anglaise traduit « the finisher » pour identifier Jésus comme étant la personne qui finit ou complète l’œuvre de la foi. Voici l’Alpha et l’Omega : Celui qui commence et Celui qui termine. Maintenant, si vous venez me dire qu’Il (Jésus) a envoyé un substitut pour terminer Son œuvre, je ne vous croirez JAMAIS. C’est contre les écritures. C’est contre le témoignage des apôtres.
Si vous me demandez : est-ce que je m’associe de quelque forme que ce soit à cette interprétation-là de Mat.25 :6 ? Ou, y a-t-il une ressemblance entre ce que j’ai prêché touchant le cri au milieu de la nuit et cette tendance-là. Je dirais : CATEGORIQUEMENT NON ! Car, comme nous l’enseigne la Bible, la différence entre ces deux messages… ces deux enseignements sur le CRI AU MILIEU DE LA NUIT se résume en ces paroles du Seigneur :
« Ma doctrine n'est pas mienne, mais de celui qui m'a envoyé.  Si quelqu'un veut faire sa volonté, il connaîtra de la doctrine si elle est de Dieu, ou si moi je parle de par moi-même. CELUI QUI PARLE DE PAR LUI-MÊME CHERCHE SA PROPRE GLOIRE; mais celui qui cherche la gloire de celui qui l'a envoyé, celui-là est vrai, et il n'y a point d'injustice en lui. (Jn.7.16-18) - Darby

En ce qui nous concerne (et je crois que c’est le cas avec tous les vrais serviteurs vraiment envoyés de Dieu) nous ne rendons pas témoignage de nous-mêmes. Tel témoin est faux, son témoignage aussi ! Notez que ce n’est pas moi qui le dit ; c’est plutôt le Seigneur Lui-même qui certifie que : celui qui cherche la gloire de Celui qui l’a envoyé, celui-là est vrai, et il n’ya point d’injustice en lui. Donc, l’autre (c’est-à-dire : celui qui parle de son chef et cherche sa propre gloire) doit-être faux et son témoignage est injuste… donc injustifié. C’est ce que dit le Seigneur. Moi, je Le cite seulement.
Par ailleurs, le Seigneur affirme aussi ceci en Mat.12.30 :
« Celui qui n'est pas avec moi est contre moi, et celui qui n'assemble pas avec moi disperse
Moi, qui ? Le Seul Seigneur et Sauveur. Moi : la Parole de Dieu, en même temps Dieu-Créateur. Moi : Le Fils de l’homme, en même temps Le Fils de Dieu… Fils  Unique. Moi : La Vie éternelle ; celle qui est venue du Père. Moi : La lumière véritable qui éclaire tout homme.
Donc, le vrai témoignage est reconnu dans tout cela : il doit rendre ou rechercher la gloire de Celui en qui tous ces attributs sont manifestés. Mais lorsqu’un message insiste… je dis bien insiste à vous présenter un homme ; ce témoignage est faux ! Donnez à cet homme tous les noms glorieux que vous voulez… comme les catholiques le font avec leur pape : saint ceci ou saint cela ; ça ne change rien. Et ce n’est même pas aussi une nouveauté pour nous car, l’onction du Saint-Esprit nous a enseigné que tel homme est un anti-christ. Voilà tout!
Les prophètes de Dieu dans l’ancien testament, ainsi que les apôtres et autres enseignants de la doctrine de Dieu que nous trouvons dans les écritures nous ont formellement mis en garde contre l’adoration ou la vénération d’autres dieux. Même quand dans ces rassemblements il est encore fait référence au Nom de l’Eternel comme dans le culte du veau d’or en Exode 32.
Quel fut le message en ce jour-là : « Et ils dirent: Israël! voici ton dieu, qui t'a fait sortir du pays d'Égypte. » Notez encore que ce jour-là, Aaron dressa l’autel et s’écria : « Demain, il y aura fête en l'honneur de l'Éternel! ». Et, lorsque le peuple s’approcha tout était là : les holocaustes et les sacrifices d'actions de grâces, comme dans le culte du vrai Dieu. En vérité, on leur présenta un faux dieu… on affirma que c’était ce faux dieu qui les avaient tirés de la terre d’Egypte. Et le peuple tomba dans le piège. Ils mangèrent et burent, et ils jubilèrent, dans un faux culte. Le peuple s’est laissé tromper par la forme du culte qui avait des éléments de la doctrine de Dieu : la manière de présenter les holocaustes et sacrifices… et tout le reste. Mais dans le fond l’enseignement d’Aaron en ce jour-là était une hérésie. Dieu qui sonde les cœurs dit à Moïse :
 « Va, descends; car ton peuple, que tu as fait sortir du pays d'Égypte, s'est corrompu. Ils se sont promptement écartés de la voie que je leur avais prescrite; ils se sont fait un veau en fonte, ils se sont prosternés devant lui, ils lui ont offert des sacrifices, et ils ont dit: Israël! voici ton dieu, qui t'a fait sortir du pays d'Égypte. (v.7,8)

Quoi donc ? Vous n’avez rien noté ? C’est pourtant clair : le peuple a perdu la foi dans le Dieu-sauveur, qui leur a été désigné dans la prédication de Moïse dès commencement. L’adoration honore maintenant un faux dieu élevé au milieu du peuple de Dieu ; dans la maison de Dieu ; à la place de Dieu ; comme Dieu. Oui, un faux dieu que l’on présente au peuple comme  « celui par qui ils sont sauvés ». Voilà ce qui se fait jusqu’à ce jour ! Voilà pourquoi je suis contre et je combats le culte des personnalités (qu’importe le nom qui est élevé ; comme si de Jésus-Christ il s’agissait) dans l’Eglise du Seigneur.
Voilà chers frères, il ne faut pas vous limiter à la forme d’un culte ou d’un message ; il faut en discerner le fond. Sinon, vous tombez dans la corruption sans vous en rendre compte. Vous vous prosternez devant un homme, les fruits de vos lèvres lui offrent des sacrifices de louange ; alors que vous croyez adorer Dieu. C’est cela l’apostasie. Vous êtes corrompu par rapport à la doctrine. Pas en rapport aux hommes. Considérez l’Eglise de Laodicée : un type de l’âge dans laquelle nous vivons… Cette église croit s’être enrichie. Or, en rejetant la doctrine elle s’est en réalité appauvrie. Elle est devenue aveugle. Elle ne sait plus voir la Vérité ni la comprendre. En rejetant la doctrine originelle, elle a perdu le droit d’héritage auprès de Dieu ; comme Esaü au jour où il rejeta son droit d’ainesse.
Voici pourquoi je vous dis que je ne m’associe pas à ces interprétations particulières touchant le cri au milieu de la nuit ; ni quelque autre prophétie de la Parole. Que je le veuille ou pas, je suis dans l’obligation de combattre l’action des ces esprits séducteurs pour rétablir la Vérité de la Parole. Car, c’est à cela que je suis appelé. C’est cela la volonté de Celui qui m’a établit dans l’œuvre. Et, ce n’est pas moi qui a commencé cette guerre-là.
Lorsque vous vous limitez à la forme vous croyez que nous prêchons la même chose. Mais en pénétrant dans la profondeur de ce qui est dit, vous vous rendrez compte que nous, nous prêchons l’avènement du Royaume des cieux. Et le Seigneur Jésus dans cette parabole, nous rappelle la venue imminente de ce royaume. D’où la nécessité urgente de préparer les élus en vue de l’enlèvement qui s’approche. Or l’enlèvement ne s’accomplira qu’avec le retour de Jésus-Christ, dans la condition de l’Epoux ; et non par l’envoi ou l’établissement du royaume d’un prophète-messager sur la terre. Maintenant, si vous croyez que vous devez vous rassembler autour d’un homme-prophète comme condition pour être enlevé, c’est votre affaire. La Parole de Dieu n’a JAMAIS enseigné cela !
Et vous qui aimez le Seigneur… Vous vous demanderez peut-être : pourquoi Dieu permettra-t-il cette chose au moment où les élus se rassemblent autour d’un message de la Parole de Dieu sans mélanges qui doit les préparer et les conduire à la rencontre de l’Epoux ? La Bible nous enseigne ceci en 1Cor.11.19 : « car il faut qu'il y ait aussi des sectes parmi vous, afin que ceux qui sont approuvés soient reconnus comme tels au milieu de vous. ». Qui sont ceux-là qui sont approuvés ? Sinon ceux qui se tiennent en équilibre dans la Parole de Dieu… sans penchants et sans fanatisme.
Lisons Deutéronome 13 :1 à 5 :
« S'il s'élève au milieu de toi un prophète ou un songeur qui t'annonce un signe ou un prodige, et qu'il y ait accomplissement du signe ou du prodige dont il t'a parlé en disant: Allons après d'autres dieux, -des dieux que tu ne connais point, -et servons-les!
Tu n'écouteras pas les paroles de ce prophète ou de ce songeur, car c'est l'Éternel, votre Dieu, qui vous met à l'épreuve pour savoir si vous aimez l'Éternel, votre Dieu, de tout votre cœur et de toute votre âme. 
Vous irez après l'Éternel, votre Dieu, et vous le craindrez; vous observerez ses commandements, vous obéirez à sa voix, vous le servirez, et vous vous attacherez à lui.
Ce prophète ou ce songeur sera puni de mort, car il a parlé de révolte contre l'Éternel, votre Dieu, qui vous a fait sortir du pays d'Égypte et vous a délivrés de la maison de servitude, et il a voulu te détourner de la voie dans laquelle l'Éternel, ton Dieu, t'a ordonné de marcher. Tu ôteras ainsi le mal du milieu de toi.”
 
Je crois de tout mon cœur que Dieu a des prophètes sur la terre ; même au jour où nous vivons. Mais prenez garde à ce que L’Eternel-Dieu nous dit ici : si vous voyez quelqu’un qui se présente devant vous comme prophète de Dieu, et quand bien même son ministère serait accompagné des miracles ; faites plutôt attention à sa prédication. Si son message vous présente des nouveaux sauveurs ou d’autres messies à part Celui qui nous est présenté dans la doctrine originelle et qui était dès le commencement. Ne l’écoutez pas ! Vous êtes devant une épreuve que Dieu Lui-même a permis pour voir si vous aimez votre Sauveur de tout votre cœur ; de toute votre âme. Car, ce Sauveur est votre Epoux ! Ne vous prostituez donc pas spirituellement ! Revenez vers le Seigneur et fuyez la voix de cet étranger ! Voici ce que Dieu recommande à Son peuple, quand vous voyez quelqu’un vous annoncer des nouvelles doctrines : « Vous irez après l'Éternel, votre Dieu, et vous le craindrez; vous observerez ses commandements, vous obéirez à sa voix, vous le servirez, et vous vous attacherez à lui ».
Est-ce que vous avez compris ? Revenez à Dieu ! Ne craignez pas ce prophète ou songeur-là ! Observez ce que dit la doctrine de Dieu, obéissez à cela ; servez le Seigneur et attachez-vous à Lui.Ne vous attachez pas à ce songeur. Malgré, la popularité dont il peut jouir aujourd’hui, Dieu dit qu’il sera puni de mort. Voilà ce qu’Il a promis a Adam et Eve, s’ils s’éloignaient de Sa doctrine. Le prédicateur-serpent a prêché la rébellion contre Dieu et Sa doctrine. Le serpent a juré vous ne mourrez certainement pas. Mais, ils sont morts quand même, et ils ont apporté la mort sur toute leur descendance… sur nous tous. Sachez donc et comprenez que toute doctrine qui ne conduit pas à Dieu parle de révolte contre Le Seigneur. L’Eternel le dit ici ; Jésus le confirme en Mat.12 :30. Si le message que vous prêchez ne rassemble pas les gens autour du Christ et des Ses autres brebis qui sont dans d’autres pâturages ; alors vous dispersez. C’est cela la révolte. Ce message est surement une prédication qui détourne de la voie dans laquelle Le Seigneur, notre Dieu, nous a ordonné de marcher.
Comment reconnaître la bonne voie ? Lisez ce que Dieu dit par la bouche de Son prophète en Jer.6 :16:
« Ainsi parle l'Éternel: Placez-vous sur les chemins, regardez, Et demandez quels sont les anciens sentiers, Quelle est la bonne voie; marchez-y, Et vous trouverez le repos de vos âmes! Mais ils répondent: Nous n'y marcherons pas. » (Jer.6 :16)
Alors vous comprendrez que la bonne voie (celle qu’ont empruntée les pères de la foi) se trouve parmi les anciens sentiers. Pas dans les nouvelles doctrines ; les nouvelles interprétations de l’Evangile ; les nouvelles révélations qui nous sont apportées aujourd’hui sur la terre. Ces choses-là vous détournent plutôt de ce que Dieu a dit au commencement. Lisez de nouveau 1Jn.1 :1-4 et revenez au Seigneur. Revenez à la simplicité qui est en Christ, et qui caractérise notre prédication ou message de l’Evangile.
Que personne ne vous séduise ! L’argument selon lequel Dieu ne parle pas par un pasteur ou docteur, mais seulement par un prophète est un affront ; une injure contre le Seigneur  Lui-même qui, de Sa propre autorité et selon Son bon plaisir, a fait des dons à ces hommes. Souvenez-vous plutôt, que lorsque surgit une discussion autour de la doctrine de Dieu, et qui finit par rassembler les anciens de l’Eglise à Jérusalem (Act.15 :2-20) c’est par la bouche de Jacques que Dieu ramena la paix dans Son Eglise. Or, ce Jacques (le même qui écrivit l’épître portant son nom) n’était pas l’apôtre frère de Jean, mais plutôt un pasteur ; un ancien de l’Eglise de Jérusalem. Car, à l’époque, Jacques l’apôtre avait déjà été mis à mort par Hérode. C’est pourtant vrai qu’à l’époque dans l’Eglise, il y avait des vrais prophètes (Agabus étant l’un d’eux) ; et la grâce du Seigneur sur Pierre par rapport aux autres apôtres indiscutable. Cependant, c’est Jacques que Dieu utilisa ce jour-là.
Sinon, dites-moi… pourquoi Dieu enverra-t-Il Philippe vers l’eunuque éthiopien alors que Pierre et les autres apôtres étaient non loin là ? Ce même Dieu qui avait fait voyager Jonas dans le ventre d’un poisson pour prêcher à Ninive, était-Il tout d’un coup incapable de faire venir Simon Pierre jusqu’au désert ? Philippe après avoir baptisé l’eunuque pouvait bien lui dire : « Ecoutes, je t’ai prêché la vérité, mais si tu ne reconnais pas Pierre, le plus grand apôtre de Jésus dans cette génération… si je ne t’amène pas devant lui, tu ne pourras pas être sauvé » (Je parle comme un insensé) Non, ils sortirent de l’eau et Philippe ne le vit plus. Que dirions-nous de cet homme, était-il sauvé ou non ?
 Voici exactement ce que disent ces insensés : « Si vous ne reconnaissez pas le prophète de notre génération vous ne pouvez être sauvé ». C’est faux ce qu’ils vous enseignent là! Le même Dieu qui a utilisé l’âne de Balaam pour s’exprimer, n’utilisera-t-Il pas un pasteur ou un évangéliste qu’Il a Lui-même établit ; pour opérer le salut en ceux qui croient ?
La chose vous parait si simple que ça… comme un jeu des mots. Mais, en vérité, il s’agit d’une révolte ou d’un soulèvement ; d’une révolution ou d’une insurrection orchestrée dans l’Eglise contre l’autorité de Son Chef : Jésus-Christ. Vous pensez que j’y vais peut-être très fort ? Méditez plutôt les écritures. Le Seigneur a affirmé à l’endroit de ces hommes qu’Il a établit ceci :
« Celui qui vous reçoit me reçoit, et celui qui me reçoit, reçoit celui qui m'a envoyé. Celui qui reçoit un prophète en qualité de prophète recevra une récompense de prophète, et celui qui reçoit un juste en qualité de juste recevra une récompense de juste. » (Mat.10.40, 41)
Donc, en rejetant ces témoins de Jésus, c’est le Seigneur Jésus que vous rejetez et par conséquent Dieu Lui-même. Or, si vous avez bien lu à partir du verset 1, vous comprendrez que le Seigneur envoi en mission Ses disciples appelés apôtres. Cependant, au verset 41, Il les qualifie de « prophètes ». Pourquoi ? Parce qu’en réalité le nom « prophète » s’applique à tout celui qui parle de la part d’un autre. Et, vous verrez que le même ordre de mission est répété en Mat.28 : 18-20, puis en Act.1 :8, cette fois-ci avec la promesse de la descente du Saint-Esprit. Et quand cette promesse s’accomplit le jour de la pentecôte, la Bible nous révèle en Act.2, ils furent tous remplis de l’Esprit. Tous, c’est-à-dire environ cent vingt personnes (donc pas seulement les apôtres) : tous reçurent l’Esprit et tous se mirent à parler du royaume. Les gens essayèrent de se moquer d’eux. C’est alors que Pierre se leva et rappela la promesse de Dieu, selon l’annonce faite par le prophète Joël : en vérité tous ces gens-là avaient reçu l’Esprit de Dieu et, tous prophétisaient. Quoi donc ? Dieu, au jour de la pentecôte, avait presqu’une centaine des prophètes, seulement en Jérusalem. Vous avez noté cela ? Dans une seule ville, environ une centaine de prophètes. Pierre pouvez bien dire aux autres : « Taisez-vous ! C’est à moi que le Seigneur a donné les clefs du royaume, donc c’est à moi seul de parler », Non, il n’a pas fait cela !
Mais, qui était donc le plus grand entre eux ? Cette question-là ne pouvait plus JAMAIS être soulevée parmi les vrais disciples de Jésus. Car, la seule fois que cette question monta au cœur des ses disciples, Le Seigneur trancha ainsi :
« Les rois des nations les dominent, et ceux qui exercent l’autorité sur elles sont appelés bienfaiteurs ; mais il n’en sera pas ainsi de vous ; mais que le plus grand parmi vous soit comme le plus jeune, et celui qui conduit comme celui qui sert. » (Lc.22 :25,26)
Aujourd’hui, à l’instar des rois des nations, ce sont les anti-christs qui  cherchent à dominer sur le troupeau du Seigneur, et au lieu de servir l’Eglise, ils cherchent par contre à exercer leur propre autorité sur elle. Les âmes sans intelligence croient que ces ouvriers-trompeurs sont des bienfaiteurs auxquels on donne des noms glorieux ; louanges et honneurs. Mais les vrais serviteurs de Dieu sont ceux-là qui demeurent humbles, et se souviennent de cet ordre du Seigneur :
 «Ne vous faites pas appeler directeurs; car un seul est votre Directeur, le Christ. Le plus grand parmi vous sera votre serviteur. Quiconque s'élèvera sera abaissé, et quiconque s'abaissera sera élevé. » (Mat, 23.10-12)
Tout celui qui s’élève ou se recommande lui-même est un anti-christ. Et, en ce moment où agit déjà le mystère de l’iniquité, les élus reconnaîtrons tous ces fils de la perdition qui ont entraîné l’Eglise du Christ dans l’apostasie, en les examinant à la lumière des écritures. L’Ecriture de 2Thes.2 :3,4 identifie l’homme du péché, le fils de la perdition qui se présente dans l’Eglise au beau milieu de la grande apostasie qui précède l’enlèvement de l’Eglise comme étant :
« … l’adversaire qui s'élève au-dessus de tout ce qu'on appelle Dieu ou de ce qu'on adore, jusqu'à s'asseoir dans le temple de Dieu, se proclamant lui-même Dieu.
Or, c’est en ce même moment où l’apostasie bat son plein, que  retentit le cri au milieu de la nuit parmi les vierges qui se préparent pour l’enlèvement. Donc, selon la prophétie biblique, c’est en ce moment que doit se manifester puissamment l’esprit de l’anti-christ. Ne vous étonnez donc pas que parmi ceux-là qui croient et attendent l’enlèvement, vienne se lever un anti-christ qui s’élève au-dessus de tout ce que Dieu a confirmé. Il essaie d’éloigner les autres pour s’imposer lui-même. Voilà un homme qui cherche sa propre gloire. Un véritable adversaire qui soulève les gens contre l’ordre établi par Le Seigneur Lui-même dans Son Eglise, désavoue l’adoration véritable (la doctrine primitive), jusqu’à s’asseoir sur le trône du Seigneur et s’approprier les attributs divins que, Seul Christ mérite. Regardez, de près cet homme : il se tient là dans la condition du vicaire du Fils de Dieu ; Son remplaçant donc ! Vous dites : « Le Saint prophète de Dieu » ? Méditez donc les écritures de Marc 1 :24, Luc 1 :35 et 4 :34, Jean 6 :69 et vous en conviendrez avec moi que ce titre-là appartient à Jésus-Christ. Or, un homme qui veut paraitre Dieu est un anti-christ!
Et quand bien-même les écritures de Lc.1 :70 et Act.3 :21 parle des « saints prophètes », notez qu’on utilise le pluriel pour différencier ces hommes du « Saint – l’Unique – de  Dieu » ; Jésus-Christ donc. Jean-Baptiste n’était-il pas un prophète de Dieu ? Cependant quand on lui posa la question de savoir s’il était « Le Prophète », il répondit : NON ! (Jn.1 :21). Si on lui avait demandé : « es-tu l’un des prophètes » ? Peut-être que sa réponse aurait était différente ; mais on lui demanda plutôt : « es-tu le prophète » ? Alors, là il répondit : NON ! Il savait qui était « LE » Prophète. Nous le savons aussi. Voici l’homme ! Comme disait Pilate. Voici Le Prophète qui doit croître et devant lequel tous diminuent. Car, Lui étant d’en-haut est au-dessus de tous et Dieu Lui donne l’Esprit sans mesure. Les autres prophètes tous sont de la terre (Jn.3 :30-34).
Mais, s’ils sont tous de la terre, pourquoi les écritures les appellent « saints prophètes » ? À cause du Saint-Esprit, l’Esprit de Vérité, qui était sur eux. Or, nous savons tous que c’est la Vérité qui sanctifie l’homme pêcheur qui est de la terre aux yeux de Dieu.
Maintenant, quand quelqu’un se fait appeler « saint » et en même temps contredit des vérités enseignées par le Saint-Esprit. C’est une aberration ! Oui, c’est absurde ! Parce que c’est le Saint-Esprit qui a transformé la Parole vivante en écritures et qui, sur un prédicateur-oint, transforme de nouveau ces écritures en Parole vivante. Oui, c’est le Saint-Esprit qui a écrit la Bible. Les hommes peuvent seulement traduire la Bible d’une langue dans l’autre, mais pas l’écrire. Car, ce n’est que par l’Esprit de Dieu qu’on connaît les choses de Dieu.
Le Christ venu du Père ; venu d’en-haut : voilà Le Saint de Dieu… Le Saint Prophète ! Tout homme qui s’attribue cette dignité est un adversaire… un anti-christ. Le pape de l’église catholique romaine, s’est autoproclamé représentant de Jésus, donc de Dieu sur la terre. Etant la seule bouche de Dieu, il peut même changer la Loi de Dieu, Ses commandements et préceptes ; et établir des nouvelles principes de foi dans cette église romaine. C’est ici le vin d’impudicité de Babylone la grande prostituée qui agit par le mystère de l’iniquité et dont l’esprit anime ces églises et serviteurs qui se sont aussi prostitués spirituellement. Et, tout celui qui est animé du même esprit (un mauvais esprit, bien sûr) fera la même chose : il s’attribuera les titres et se réclamera lui-même des attributs que Seul Christ mérite. Il prendra la place du Saint-Esprit et changera la doctrine de Dieu pour établir une nouvelle foi dans l’Eglise. Une foi fondée sur lui et non sur Jésus-Christ. 
A la fin, il établit ses propres prédicateurs, ses propres pasteurs, ses apôtres à lui, etc. L’un d’eux m’a abordé au téléphone en ces termes : « Je suis l’apôtre du prophète untel ». Un autre affirmera : « Je suis le prédicateur du message du prophète un tel autre ». Qui es-tu, toi, pour avoir tes propres apôtres et tes pasteurs ? Qui peut me convaincre de l’erreur ? Un prophète de Dieu a-t-il le droit d’avoir ses propres « prophètes » à lui ? Nous sommes clairement devant la manifestation de l’esprit de Jéroboam qui, à l’époque, a aussi établi ses propres cultes et ses propres sacrificateurs, dans le but de détourner le gens de Jérusalem où se trouvait l’adoration véritable.  J’ai toujours refusé d’avoir des relations avec de telles personnes. Et, je veux que les élus se tiennent loin de tels hommes ; et que les églises des saints s’attachent à Jésus et non aux hommes.
Il ne suffit pas de se dire ou autoproclamer « prophète », il faut l’être en Vérité. Méditez les écritures : Daniel n’a pas dit au babyloniens ni au roi : « Voilà, je suis le prophète de Dieu dans cette génération ». Cependant, nous savons tous qu’il était prophète, quand bien même il travaillait au service d’un roi païen. C’est le cas du roi David, du patriarche Jacob, et de bien d’autres encore… dont les écritures rendent témoignage qu’ils étaient des prophètes. Cependant, ils n’ont rien dit d’eux-mêmes à ce sujet. Comme quoi : les œuvres d’un prophète parlent d’elles-mêmes. Et, elles parlent même après la mort du juste. Méfiez-vous donc de ces gens qui se recommandent eux-mêmes.
Voici pourquoi j’ai dit plus haut que nous ne voulons AUCUNEMENT être associés à un mensonge. Non, il n’y a AUCUNE ressemblance entre ce que j’ai prêché touchant le cri au milieu de la nuit et cette interprétation tendancieuse de l’écriture de Mat.25 :6. Il s’agit en vérité de deux messages ou enseignements différents dans leur contenu ; de deux esprits différents à l’œuvre. Et, si vous avez bien compris la leçon contenue dans cette parabole des dix vierges, je dis ceci : nous ne partageons pas notre huile avec ces gens-là.
Je vous le dis encore, à vous qui avez reconnu la grâce que Dieu nous a faite pour votre édification : Ne vous associez pas à ces idolâtres ! Ne discutez pas les opinions ! Ne vous querellez pas ! Eloignez-vous tout simplement … DETOURNEZ-VOUS DE L’ANATHEME !
Lorsque je reçus l’ordre de Dieu d’expliquer à Son peuple : l’œuvre accomplie par Lui au TEMPS DE LA FIN. J’ai essayé dès lors dans ma prédication d’aider le peuple de Dieu à comprendre comment, d’accomplissement en accomplissement, les promesses divines se succèdent à d’autres en ce temps de la fin, jusqu’à ce que la chose nous conduise dans la salle des noces.
Dans les quatre prédications auxquelles j’ai fait référence ci-haut, notamment: « L’œuvre de Dieu au temps de la fin », « Le message du temps de la fin et l’Esprit de l’erreur », « De l’appel du temps du soir au cri au milieu de la nuit », et puis « Le cri au milieu de la nuit » ; je me suis aussi et toujours efforcé d’être faible avec les faibles et forts avec les forts. Non pas pour discuter les opinions, mais plutôt pour en gagner quelques-uns à Christ. Faisant attention de me maintenir moi-même loin de toute personnalisation de la prophétie biblique. Car, c’est justement cette particularisation des écritures par rapport aux individus et non à Christ qui a engendré les cultes de personnalités et autres hérésies dans ce que certaines personnes identifient comme message de l’heure ou du temps de la fin.
Imitant l’exemple de l’apôtre Paul en 1Cor.9 :20-22, lorsque je me suis trouvé au milieu de ceux-là qui croyaient en un message de Dieu au temps de la fin ainsi qu’a la promesse de la lumière au temps du soir, je me suis fait comme l’un d’eux. Car en vérité, je crois vraiment en l’heure tardive dans laquelle nous vivons et en la Parole de la promesse. Cependant je me suis efforcé à leur montrer à la lumière de l’enseignement du Seigneur contenu dans la parabole des dix vierges que : si je croyais à un appel de Dieu qui a retentit sur la terre au temps du soir où les vierges sortirent avec leurs lampes ; je ne croyais cependant pas que c’est au temps du soir où tout s’accomplissait. Il fallait donc poursuivre la marche à la lumière de la Parole qui éclaire le chemin des vierges pour arriver au but. Lequel ? la rencontre avec l’Epoux. Les gens ont essayé de me confondre avec les branhamistes, ma réponse est on ne peut plus catégorique : NON, je ne suis pas un branhamiste! Je crois en la promesse des écritures, c’est tout. Je crois et je fais attention en la parole prophétique qui, comme nous le conseille l’apôtre Pierre en 2Pi.1 :19-21, est une lumière qui brille dans l’obscurité qui couvre les peuples de la terre. Et, en même temps je prends garde de ne pas croire aux interprétations particulières de la prophétie biblique, ni d’y ajouter moi-même une pensée humaine.
Le Seigneur ne nous enseigne-t-Il pas dans la même parabole que comme l’Epoux tardait à venir, l’assoupissement tomba sur les corps et le sommeil spirituel sur les vierges ? Surtout que les lampes commençaient à s’éteindre. Comprenne qui pourra ! Le message est venu sur la terre, mais l’enlèvement n’a pas encore eut lieu, car l’Epoux n’est pas encore venu. Mais, des gens obstinées se sont arrêtés dans le temps et dans leur marche et continuent à crier sans discernement : « Au temps du soir il y aura de la lumière ». Oui, de la lumière, mais pas encore l’enlèvement. Le temps passe et les lampes commencèrent à s’éteindre. Tous ceux qui ont reçu le message de la Parole sans avoir le Saint-Esprit sont tombés à cause de leurs propres interprétations de ce message de la Parole. Car le message il faut le reconnaître avait de l’onction (les lampes avec de l’huile dans les vases) mais les vierges folles par contre n’avait pas l’onction de l’Esprit (l’huile dans des vases). Je voulais de tout mon cœur gagner à Christ quelques-uns de ces frères qui croyaient en cette promesse de la lumière au temps du soir ; selon Zac.14 :7. La même promesse qui est figurée dans la parabole, en Mat.25 :1. Je désirais ardemment qu’ils puissent comprendre que le message annoncé n’avait pas pour but de les lier au messager ; mais plutôt de le conduire dans la présence de l’Epoux. Et pour ce faire, il fallait comprendre la suite de choses et continuer la marche. Et j’ai même attiré l’attention de ces frères sur le fait que, le prédicateur qu’ils reconnaissent comme prophète de Dieu a clairement laissé une brèche, dans la pyramide qui caractérise sa prédication touchant les âges de l’église, entre le ministère du septième ange (Laodicée) et la pierre de faite qui représente Christ. Et, dans cette brèche il a écrit : Saint-Esprit. Démontrant on ne peut plus clairement que ce n’est nullement le ministère du septième ange de l’Eglise qui allait rattacher l’Eglise (corps) à Christ (la tête) ; mais plutôt un autre ministère après : celui du Saint-Esprit par lequel nous parlons. Rien à faire ! Les obstinés sont restés pétrifiés devant ce messager en criant : « Au temps du soir… Au temps du soir ». Un prédicateur de ce mouvement m’a même affirmé devant plusieurs autres, ceci : « le soir et la nuit, c’est pareil, rien n’a changé. C’est vous qui ne voulez pas le comprendre ».
Quand je me suis rencontré avec des gens qui croyaient qu’après le temps du soir et qu’avec la durée de la nuit, Dieu avait établi un serviteur fidèle pour distribuer la nourriture afin que les vierges ne s’évanouissent de faim et de soif, j’ai dans ma prédication intitulée : La nourriture emmagasinée (dans la brochure : L’œuvre de Dieu au temps de la fin) essayé de les persuader que j’y croyais en partie. Car, les lampes représentant la Parole et l’huile, l’onction ; il devait donc y avoir encore une onction qui parlait selon ce message, tant que les lampes étaient encore allumées. On chercha alors à m’associer à ceux-là qui s’identifiaient au ministère d’Ewald Franck, et qui défendaient que cet homme soit le serviteur fidèle de Mat.24 :45,46. Et que, selon l’interprétation faite de ce dernier verset, il ne mourra point jusqu’à ce que le Seigneur revienne pour l’enlèvement. Je me suis alors efforcé de ramener quelques-uns à Christ qui est l’accomplissement de la prophétie du royaume que devrait hériter les vierges sages. Je m’appliquai à démontrer qu’il ne fallait pas essayer de pérenniser ou d’immortaliser un homme qu’ils croyaient porteur de cette onction pour le conduire en présence du Seigneur. Pourquoi ? Parce que dans la parabole, Le Seigneur nous révèle qu’il y a un autre appel qui se fait entendre cette fois au milieu de la nuit ; lorsque retentit le cri (Mat.25 :6).
En arrivant ici, nous pouvons constater que l’onction qui était dans les lampes depuis l’appel du soir s’est éteinte. Lorsque retentit le cri, les vierges sages alimentèrent les lampes avec de l’huile qu’ils avaient en réserve et sortirent pour aller à la rencontre de l’Epoux. Ce qui veut dire que, c’est seulement ceux-là qui ont compris le sens du message de la Parole de Dieu et la direction par elle indiquée (et qui sont représenté dans la parabole par les cinq vierges sages) qui prendront part à l’enlèvement. Ceux-là qui marchent selon l’Esprit de Dieu et non celui de l’homme. Cela m’étonnera maintenant qu’il y ait pareillement des gens qui veulent s’identifier à ce cri et particulariser la prophétie par rapport à un homme encore. Je dis encore… parce que si vous avez fait attention au déroulement, depuis Mat.25 :1, les vierges folles s’efforcent d’identifier la prophétie de Mat.25 :1-13 à l’homme et non au royaume : un prophète nous est présenté au temps du soir (Mat.25 :1), un autre homme (le serviteur fidèle) qui accompagne les vierges jusqu’en Mat.25 :4, et puis un autre prophète en Mat.25 :6. Tous avec un même message en toile de fond : le salut n’opère quand ceux qui se regroupent autour de ces hommes-là. De quelle côté est passée la Vérité. Personne n’a l’intelligence de remarquer qu’au tout premier verset de cette parabole, Le Seigneur dit expressément ceci : « Le royaume des cieux sera semblable… ». Maintenant… comment voulez-vous transformer le royaume des cieux en « royaume du prophète » ou du « serviteur fidèle » ? Nous avons été appelés à aller à la rencontre de l’Epoux ou des ces hommes ?  
Oui, de même qu’en Ex.32 :5, Aaron bâtit l’autel de Dieu, mais à l’honneur cette fois-ci d’un veau d’or, avec les mêmes holocaustes et sacrifices d’actions de grâce qu’on offrait à l’Eternel, nous pouvons noter ici :

Voyez donc, qu’il ne s’agit pas d’un hasard du tout. Nous sommes en vérité devant la manifestation et l’action de ce même esprit rétrograde qui est sorti avec les fils d’Israël d’Egypte, ayant traversé avec eux la mer rouge ; et qui agissait par l’intermédiaire des foules mélangées qui se sont introduites dans la marche du peuple de Dieu. Cet esprit après avoir essayé plusieurs fois de convaincre les fils d’Israël à rejeter Moise et à choisir ses propres « guides » pour le faire rentrer en Egypte, finit en Ex.32 par ramener leur cœur à l’idolâtrie. N’oublions pas que le « dieu » à la forme de bête était caractéristique des divinités égyptiennes. Aujourd’hui aussi, il y a des foules mélangées parmi ceux qui sont sortis des églises organisées pour s’attacher à Christ ; marchant par l’Esprit à la rencontre de l’Epoux. Et, par l’influence de ces foules mélangées, l’idolâtrie de Babylone la Grande est de nouveau manifeste au milieu de ceux qui croient et attendent la venue du Christ. Et cette idolâtrie se résume en ceci : un SEUL homme est élevé sur le système d’adoration, à la place du Christ. Et, c’est cet homme QUI SERAIT L’UNIQUE BOUCHE DE DIEU SUR LA TERRE. Quelle différence faites-vous d’avec la papauté ? Aucune ! Car, en réalité, c’est le même esprit ; avec un même dessein : rejeter Dieu pour qu’Il ne règne pas sur Son peuple et élever un  homme à Sa place. Comme cela est arrivé avec Israël du temps de Samuel
Prenez garde à ceci : lorsque la question Lui fut posée par les disciples qui voulaient connaître les signes annonciateurs de Sa venue, Le Seigneur commence ainsi :
« Prenez garde que personne ne vous séduise. Car plusieurs viendront sous mon nom, disant: C'est moi qui suis le Christ. Et ils séduiront beaucoup de gens. » (Mat.24 :4,5)
Si vous avez bien saisi, alors vous avez certainement compris qu’on ne peut donc pas parler de l’avènement du Christ sans parler de la séduction ; ou de ces séducteurs qui se présentent à nous (ou nous sont présentés) comme si du Christ Lui-même il s’agissait. Et, le Seigneur dit : « ils séduiront beaucoup de gens. ». Donc, ne soyez pas étonnés lorsque vous voyez ces fausses doctrines se répandre rapidement et beaucoup de gens y croire. C’est qui est écrit est écrit ! Et il doit en être ainsi. Mais, si vous êtes un élu, souvenez-vous que Le Maître a dit : « Prenez garde que personne ne vous séduise ». Et, il ne s’agit pas ici de n’importe quelle séduction. Il s’agit plutôt d’une séduction qui, sous la forme, agit « au point de séduire, s'il était possible, même les élus ». Or, pour tenter de séduire les élus, il faut quelque chose de plus fort que les fables profanes : une doctrine ou un enseignement qui, considéré sous la forme semble autant vrai, que précieux pour ouvrir l’intelligence. Alors que dans le fond, cela ne passe pas de la doctrine du prédicateur-serpent. Donc, ne sous-estimez ni ces faux Christ, ni ces faux prophètes qui corrompent le Conseil de Dieu en ce jour.  
Or, dans la parabole de Mat.25, Le Seigneur commence Son enseignement  ainsi: « Le royaume des cieux sera semblables à dix vierges… ». Royaume des cieux et non pas royaume des hommes : c’est ici TOUTE la différence entre notre prédication et la leur. Et l’ange de l’Apoc.19 :10 qui a repris Jean de sa sottise, lui recommandant fermement de se garder de l’adoration des hommes ; a clairement dit ceci : « le témoignage de JESUS est l'esprit de la prophétie. ». Donc, si nous reconnaissons que la parabole des dix vierges fait partie de la prophétie (je le crois absolument), tout enseignement touchant ces choses doit être le témoignage de Jésus. Si vous vous soutenez de ces écritures pour rendre témoignage à un homme, alors vous êtes animés par l’esprit de l’erreur. Car, l’Epoux que les vierges doivent rencontrer dans leur marche c’est bien Jésus-Christ. Et non pas un prophète quelconque. Fut-il considéré par ses fanatiques comme étant le plus grand de tous. Un jour quelqu’un me dit : « Tu sais que le prophète (de son église, bien sûr) est plus grand que Moïse, que Paul et son ministère est beaucoup plus glorieux que celui de n’importe quel autre serviteur qui ait paru sur terre » ? Comment le saurais-je si la Bible ne le dit pas ? Le Seigneur m’a fait témoin de ce qui est écrit. Voilà pourquoi Il m’a dit : « Examines tout ce que Je t’ai donné : c’est confirmé par les écritures ». 
Voilà ce que moi j’ai prêché touchant le cri au milieu de la nuit. Maintenant s’il y a parmi vous, quelqu’un qui veut se réclamer de cette prophétie de Mat.25 :6, ce n’est pas mon problème ! Je n’en fais pas mon combat.
Je veux seulement que les élus (les vierges sages) comprennent que la marche ne s’arrête  pas en Mat.25 :6. Car, la vraie interprétation de Mat.25 :6 nous amène à discerner un appel de Dieu par le Saint-Esprit qui opère le réveil qui conduit les vierges dans la salle des noces (Mat.25 :10). Là où les vierges folles (qui pourtant ont été rendues aussi témoins de ce choses) n’entreront pas (Mat.25 :11,12). Donc, entre le verset 6 et le 10 il y a la marche… y a encore du chemin à parcourir. Ne vous arrêtez donc pas !
Cependant, la corruption en cette heure où retentit le cri au milieu de la nuit est telle que, nombreux sont ceux qui ont déjà perdu l’entendement de ce que Le Seigneur a vraiment voulu révéler à Son peuple, touchant ces choses.
Quand le Seigneur Jésus fait référence aux « vierges folles » dans Son enseignement touchant l’héritage du royaume, et non la venue des prophètes-messies (j’insiste sur cette chose) ; il ne parle pas de la folie comme d’une injure. Or, c’est ce que beaucoup des prédicateurs font en ces jours : ils utilisent le terme « vierge folle » pour insulter et outrager tous les autres qui ne s’identifient pas à leurs propres groupes. Surtout au milieu de ceux-là qui s’identifient au message du temps de la fin. Demandez-leurs : qui sont les vierges folles ? Ils vous diront que ce sont tous ceux-là qui ne sont pas dans leur « message ». Or, en lisant avec attention la parabole, vous verrez que les sages et les folles sont pendant un certain temps ensemble… dans le même lieu. Donc, parmi ceux-là même qui croient et attendent la venue de l’Epoux. Voici ce qui est enseigné dans la Parabole de la Bible en Mat.25.
Non, chers frères, la folie dont parle le Seigneur c’est tout juste le contraire de la sagesse. En lisant Deut.4 :5, 6 par exemple, nous comprendrons que la sagesse consiste à observer et mettre en pratique les lois et les ordonnances du Seigneur. Le sage c’est celui qui reçoit les préceptes de Dieu (Prov.10 :8). Et vous noterez aussi que les vierges sages sont qualifiées de « prudentes » ; alors que les folles sont aussi appelés « insensées ». Or, selon les écritures : la folie est le châtiment des insensés (Prov.16 :22). Ces insensés qui ne prennent pas garde aux ordonnances du Seigneur, mais en tordent le sens. S’il en est donc ainsi… si cette folie est un châtiment de Dieu, alors nous ne pourrions comprendre cela mieux qu’en prenant l’écriture de 2Thes.2 :11-12 :
« Aussi Dieu leur envoie une puissance d'égarement, pour qu'ils croient au mensonge, afin que tous ceux qui n'ont pas cru à la vérité, mais qui ont pris plaisir à l'injustice, soient condamnés. »
N’oublions surtout pas que sur le chemin qui mène à la gloire et parmi ceux-là qui ont reçu la révélation de la Vérité, il y a autant des sages que des insensés.
Vierges folles ? Ce ne sont donc pas les églises des autres qui ne veulent pas croire comme nous confessons, nous. Ce sont plutôt, tous ceux-là qui ont reçu la révélation de la Parole prophétique (la lumière des lampes), mais ont pris plaisir à l’injustice, plutôt qu’à la Vérité. Et en guise de châtiment, Dieu leur envoya une puissance d’égarement pour qu’ils croient au mensonge et soient jugés et condamnés. Voyez dans la parabole… Le Seigneur voit ces vierges venir plus tard et leur dit : « Je vous le dis en vérité, je ne vous connais pas. ».
Voici ce qui a été dit dans notre message touchant le cri du milieu de la nuit. Prenez donc garde à vous-mêmes car, c’est le moment où le jugement commence par la maison de Dieu. Prenez donc garde que la lumière qui est en vous ne soit ténèbres. Aussi, nous vous exhortons à aller à la rencontre de l’Epoux, pas des prophètes !
  « Levez-vous, marchez! car ce n'est point ici un lieu de repos; A cause de la souillure, il y aura des douleurs, des douleurs violentes.
Si un homme court après le vent et débite des mensonges: Je vais te prophétiser sur le vin, sur les boissons fortes! Ce sera pour ce peuple un prophète. » (Mi.2.10,11)
Non, Mat.25 :6, n’est pas un lieu de repos pour les élus qui attendent l’enlèvement. C’est plutôt une trompette qui sonne le départ des camps (pour ceux-là qui comprennent la révélation de No.10 :6). Oui, les trompettes représentent ces messages prophétiques destinés à éclairer notre marche au milieu des ténèbres qui couvrent la terre. Or, lorsqu’elle sonne de la trompette pour la seconde fois (nous parlons ici du cri au milieu de la nuit comme du second appel de Dieu pour aller à la rencontre de l’Epoux, après celui de Mat.25 :1), CES VIERGES QUI CAMPENT DOIVENT PARTIR. Car, LA OU ILS SE TROUVENT AU MOMENT OU RETENTIT LE CRI N’EST PAS UN LIEU DE REPOS. Amen !
Pourquoi donc ce tumulte autour de moi ? Moi, je n’ai jamais dit aux gens que j’étais le prédicateur du milieu de la nuit. NON ! Je n’ai jamais dit aux gens que le thème principal de mon message c’est le cri au milieu de la nuit. NON ! Le Seigneur m’a dit : « Vas dire à Mon peuple : JE REVIENS BIENTÔT ».
Jésus revient bientôt ! Voilà plutôt le thème central de mon témoignage de l’Evangile. Et souffrez que cela soit en accord avec l’Ecriture de Mat.25 :6 ; donc avec le cri au milieu de la nuit. Car, il doit en être ainsi ! Nous croyons que l’horloge de Dieu indique cette heure-là. Et que pour cela, l’heure pour nous a sonné de nous réveiller du sommeil et de nous préparer pour la grande rencontre avec l’Epoux. Et, nous seulement nous nous préparons, mais aussi nous poursuivons notre marche qui a été interrompue pendant un temps ; à cause de l’obscurité spirituelle causée par les interprétations particulières de la parole prophétique. Nous poursuivons donc la marche, maintenant que la lumière nous a été apportée par le Saint-Esprit qui désormais, interprète pour nous la prophétie qui a été écrite sous Son inspiration.
« Alors il reprit et me dit: C'est ici la parole que l'Éternel adresse à Zorobabel: Ce n'est ni par la puissance ni par la force, mais c'est par mon Esprit, dit l'Éternel des armées. Qui es-tu, grande montagne, devant Zorobabel? Tu seras aplanie. Il posera la pierre principale au milieu des acclamations: Grâce, grâce pour elle! » (Zac.4 :6,7)
Oui, maintenant que la vérité de la doctrine primitive est restaurée par l’Esprit (et notre foi aussi) ; nous poursuivons notre marche au milieu des acclamations : « Grâce, grâce à Jésus, la Pierre principale ». Ni par la puissance (violence) ni par la force ; mais plutôt par l’Esprit. C’est ici l’œuvre accomplie par Dieu Lui-même à l’heure du cri au milieu de la nuit. Et, nous acclamons l’Epoux et non des prophètes. Oui, nous disons : « Grâce à Jésus » ; pas « grâce aux prophètes ».  Nous acclamons l’Epoux qui nous est présenté par le Saint-Esprit, et non pas l’homme (qui est un simple instrument) par lequel le Saint-Esprit nous parle. Notre marche ne s’achèvera que dans la salle des noces. Donc, la fin de notre randonnée n’est pas Mat.25 :6, mais plutôt Mat.25 :10. Oui, lorsque Mat.25 :10 s’accomplira, alors l’enlèvement sera consommé. C’est pour cela que nous luttons… c’est pour cela que nous courrons ; non pas comme à l’aventure, mais pour remporter le prix de notre céleste vocation qui est en Jésus-Christ.
Apprenez la leçon de la marche d’Eliezer avec Rebecca qui ne s’est achevée que lorsque la fiancée se rencontra avec l’Epoux. Et, Eliezer ne s’est pas présenté lui-même… il ne parlait pas de lui-même ; il rendait plutôt témoignage à l’Epoux tout au long de leur marche. Voilà en quoi consiste la mission d’un vrai prophète. 
Si quelques-uns se réjouissent dans leur terrestre vocation, d’avoir déjà trouvé dans la personne des prophètes le prix de leur appel, nous les plaignons. Cependant, nous ne voulons en aucun cas nous arrêter avec eux. Et pour aucun motif, nous associer à leur folie.
Souvenez-vous que le vrai cri au milieu de la nuit, selon l’enseignement du Seigneur, a manifesté deux groupes distincts, et qui marchent dans des directions opposées. Les sages refusent de partager leur huile avec les folles. Pourquoi ? Parce que nous ne sommes pas animés par le même esprit. Nous n’avons pas la même onction. Les vierges sages marchent à la rencontre de l’Epoux ; pendant que les folles vont à la recherche de CEUX QUI VENDENT de l’huile. Mais qui sont donc ces vendeurs d’huile au milieu de la nuit ? Que celui qui est intelligent comprenne!
En ce qui concerne les élus (car ce sont eux les vierges sages qui gardent la Parole), personne ne leur a donné de l’huile au milieu de la nuit. Car, ces vierges sages avaient toujours avec eux de l’huile en réserve. Et c’est cette huile qui les éclaira, les sépara des vierges folles et les conduisit dans la salle des noces.
Aussi est-il dit dans le témoignage des apôtres ceci en 1Jn :2.20, 26-29 :
« Pour vous, vous avez reçu l'onction de la part de celui qui est saint, et vous avez tous de la connaissance (…) Je vous ai écrit ces choses au sujet de ceux qui vous égarent.
Pour vous, l'onction que vous avez reçue de lui (Le Seigneur Jésus-Christ - Act.1 :8) demeure en vous, et vous n'avez pas besoin qu'on vous enseigne; mais comme son onction vous enseigne toutes choses, et qu'elle est véritable et qu'elle n'est point un mensonge, demeurez en lui selon les enseignements qu'elle vous a donnés.
Et maintenant, petits enfants, demeurez en lui, afin que, lorsqu'il paraîtra, nous ayons de l'assurance, et qu'à son avènement nous ne soyons pas confus et éloignés de lui. Si vous savez qu'il est juste, reconnaissez que quiconque pratique la justice est né de lui.
 Comprenez maintenant que c’est donc de Jésus, le Saint, que nous avons reçu l’onction qui nous donne de la connaissance (pas un saint prophète-homme au milieu de la nuit). Et nous avons compris qu’aucun mensonge ne vient de la vérité.
Mais qui sont donc ceux-là qui essayent de nous égarer ? Ce sont ces vendeurs d’huile du milieu de la nuit qui, interprètent le message de la Parole de Dieu avec une onction propre à eux ; leur propre huile donc.
 Or, selon le témoignage de la Parole, il est dit au verset 27 que : nous ne pourrons demeurer en Christ que si nous demeurons dans les enseignements de Sa propre onction. Si nous demeurons en Jésus-Christ, alors nous avons l’assurance que quand Il paraîtra nous ne serons pas confus et éloignés de Lui comme les vierges folles. Car, selon 1Jn.2 :24,25, nous devons nous en tenir à ce qui nous a été enseigné et qui a été entendu dès le commencement, pour avoir la vie éternelle. Voici pourquoi, nous prêchons nous : le message de la restauration dans la foi primitive.
Entretemps, sachez comme le dit la Parole, que si vous savez que le Seigneur est juste, vous devez reconnaître aussi que quiconque pratique la justice est né de Lui. Et, la justice consiste à chercher la gloire du Seigneur et non la gloire de l’homme comme certains le font en ce moment qu’opère la corruption à l’heure du cri au milieu de la nuit. Gardez-vous donc de tous ceux-là qui vendent leur propre huile. Considérez ce que dit le Seigneur en Mat.25 :9 :« Les sages répondirent: Non; il n'y en aurait pas assez pour nous et pour vous; allez plutôt chez ceux qui en vendent, et achetez-en pour vous ». Vous noterez que ce ne sont pas les vierges sages qui vont chez ceux qui vendent l’huile, mais plutôt les folles qui ont méprisé l’huile au commencement de la marche. Vous noterez aussi que ces deux groupes de vierges n’ont pas la même onction… qu’elles ne sont pas animées par le même esprit ; et surtout, que les vierges sages NE VEULENT RIEN A VOIR AVEC LES FOLLES et NE VEULENT RIEN AVOIR EM COMMUN AVEC ELLES. Qui peut donc me convaincre de l’erreur quand je dis aux élus : Ne vos associez pas à ces idolâtres ? Ce n’est pas : ainsi dit l’homme ; mais Le Seigneur.
Si vous avez cru que je suis un serviteur de Dieu, qu’on ne vienne pas vous tromper, comme quoi : en ce qui touche le cri au milieu de la nuit, nous prêchons le même message ; ou que nous sommes animés par le même esprit. Non ! Il s’agit en réalité, de deux messages différents et de deux esprits différents à l’œuvre : le Saint Esprit agissant pour le salut de tous ceux qui ont reçu l’amour de la Vérité pour être sauvés ; et l’esprit de l’erreur agissant pour la séduction de tous ceux qui, rejetant la Vérité de Dieu pourtant clairement exprimée, prennent plaisir à l’injustice.
 Qu’on ne vous séduise pas en vous disant : « celui qui n’est pas contre nous et pour nous ». Non ! Ces paroles-là s’appliquent au Seigneur et aux disciples qui travaillent avec Lui dans Son ministère. Nous ne voulons donc pas qu’on en fasse une application avec nous et les groupements religieux qui prennent plaisir à l’injustice ; surtout pas avec ceux qui élèvent un homme à la place de Dieu. Nous ne sommes contre personne, cela ne veut pour autant dire que nous nous accordons ou communions avec ceux-là qui font ces choses. Nous évitons seulement des querelles causées par des questions folles et sans fondement dans les écritures que soulèvent ces gens qui ont déjà fait naufrage par rapport à la foi. Car, cela produit de l’impiété et ne profite en rien à notre foi. Nous veillons sur nous-mêmes et sur la Parole afin de ne pas aussi tomber dans l’extrémisme religieux que nous condamnons. Nous faisons notre part. Le Seigneur fera la Sienne et décidera qui entrera et qui n’entrera pas ; comme cela nous est enseigné en Mat.25 :10-12. En ce jour-là les bons serviteurs… tous ceux-là qui auront été fidèles, non pas seulement dans les grandes choses au point d’être vus et exaltés par les hommes, mais aussi dans peu de choses ; recevront leur récompense. Alors que les serviteurs inutiles, les méchants et paresseux seront jetés dans les ténèbres de dehors. Là où il y aura des pleurs et des grincements des dents. Veillons donc et prions pour ne pas tomber dans la tentation!
Miséricorde divine, épargne-moi cette vie ! Si certains veulent se rassasier de tout l’or du monde ; moi je veux être rassasié de la justice de Dieu. S’il y en a qui sont stimulés à l’œuvre par la popularité dont ils jouissent au milieu des hommes ; moi je veux être stimulée par la révélation de Ta Parole qui réjouis mon cœur. Aussi entre la popularité et la crainte de Dieu dans un ministère discret, j’ai fait mon choix dans la seconde option.