LA FOI DANS LA MANIFESTATION DE DIEU

         Dieu est Celui que vous croyez qu’Il n’est pas. Il est là ou vous croyez qu’Il n’est pas! Depuis les temps anciens, à plusieurs reprises et de plusieurs manières, Il s’est manifesté aux hommes dans toutes les générations qui se sont succédé sur cette terre et a traité avec eux. A plusieurs reprises et de plusieurs manières, Il a été incompris et rejeté par la majorité des hommes dans tous ces âges. Pourquoi? A cause de la manière qu’Il a toujours choisit pour Se révéler aux hommes et traiter avec eux.
         Avant le déluge, il y avait plusieurs hommes sur la terre, mais un seul trouva grâce à Ses yeux et devint la porte obligatoire pour le salut de son monde: NOÉ. Si les hommes de ce temps-là sont demeurés incrédules, c’est sûrement à cause de ce qu’était en réalité Noé. Pas du genre de ce que le monde honore; ceux-là le monde les écoutes, alors qu’il rejette tout ce qui est méprisable à ses yeux. C’est bien cela: le monde rejette toujours ce qui n’est pas impressionnant, attirant. Et Noé ne l’était pas. Figurez-vous qu’il n’était même pas un charpentier. Il était un laboureur, c’était cela la profession de ses pères, de sa famille. Pourtant, c’est lui que Dieu a choisit pour construire l’arche. Vous pouvez dire: “Non, cet homme n’est pas qualifié pour enseigner la Parole de Dieu... Il n’a pas une formation académique... je l’ai connu quand il était ceci ou cela...”. Voyez-vous, cela ne change rien. Car, Dieu a fait Son choix. Et vous êtes d’accord avec moi au moins sur ce point: DIEU NE SE TROMPE JAMAIS.
         Le monde ne se laisse pas influencer par ce qui est faible, vil, méprisable...bref, tout ce qui va à l’encontre de sa sagesse. Pourtant, c’est cela qui attire Dieu. Voici ce qu’Il choisit Lui pour confondre les puissants, les sages et intelligents de ce monde (1Cor.1:27,28). Dieu et le monde sont placés aux deux extrêmes contraires; ils sont ennemis l’un de l’autre, voilà! Ce que l’un choisit, l’autre le rejette et vice-versa. Il appartient à tout homme de faire un choix entre: voir les choses à la manière de Dieu ou celle du monde.
         Il y avait beaucoup d’orateurs excellents en Israël, Dieu choisit Moise, un begailleur pour s’adresser au Pharaon. Et celui-ci se moqua de lui et de ses paroles. Israël aussi: “Qui t’a établit juge entre nous”? Il y avait beaucoup de personnes mûres en Israël, mais Dieu choisit Jérémie, un gamin pour s’adresser à Son peuple. Elie avec son vêtement en peau d’animal, tout comme Jean-Baptiste, ressemblaient plus à des barbares dans un monde civilisé plutôt qu’à des ministres de Dieu. Même dans la nouvelle alliance, il y avait dans le temple et synagogues d’Israël beaucoup d’hommes intelligents et lettrés, mais Dieu choisit un charpentier nommé Jésus, issu d’une des familles les plus pauvres de la descendance de David. Pierre était un illettré, cependant c’est à lui que le Seigneur dit: “Je te donnes les clefs du royaume”. Alors qu’il y avait beaucoup d’hommes pieux qui ont marché avec Lui depuis le début de Son ministère sur terre, le choix du Seigneur pour Son oeuvre échu justement à Paul qui était l’un des persécuteurs le plus acharné de sa doctrine. Ce même Paul était un invalide, déambulant d’un bout à l’autre et guérissant plusieurs malades alors qu’il avait lui-même une plaie inguérissable. Les voies du Seigneur sont vraiment incompréhensibles!
         Pourtant tous ces hommes était des instruments ayant trouvé grâce aux yeux du Seigneur et choisit par Lui pour se manifester dans le monde et accomplir sa volonté aux temps déterminés. Chacun d’eux était une porte des brebis, ouverte vers le salut, et aussi… la condamnation du monde. Ils avaient la Parole de Dieu dans leurs générations respectives, et c’est par eux et eux seuls que Dieu traitait avec les hommes. Et, SI LA PAROLE EST DIEU LUI-MÊME selon Jn.1:1; cela veut dire qu’ils étaient avec Dieu: Dieu était caché dans chacun de ces instruments (ces corps humains donc) et accomplissait Lui-même Sa volonté sur la terre. Et nous, nous avons LA FOI EN CETTE MANIFESTATION DE DIEU. Car, dans la Bible, la preuve en cette chose abonde, étant donné qu’à chacun d’eux, Dieu dit: “Je suis avec toi”.
         Soyons un peu plus attentifs maintenant: la Bible ne dit-elle pas que Noé, en faisant l’arche, condamna le monde? (Heb.11:7). Cependant une lecture de Genèse 6 nous montre que c’est en réalité Dieu qui a condamné le monde à cause de la corruption généralisée. Y a-t-il de contradiction en cela? Que non! Dieu étant Esprit SE SERVI DE NOÉ, pour agir dans le monde physique et visible, et MATERIALISER ainsi Son dessein. Donc, Dieu était en Noé condamnant le monde. C’est cela la vérité! Moise est allé vers Pharaon, ses paroles se sont littéralement accomplies et il a ruiné l’Egypte et fait sortir Israël en traversant la mer rouge. Cependant, dans l’écriture Dieu dit: “J’ai vu la souffrance de mon peuple, je suis descendu pour le délivrer, vas JE SERAIS AVEC TOI” (Ex.3:7-12). Je vous dis la vérité: Dieu est descendu sur la terre, Il a foulé le sol égyptien,  par compassion pour Son peuple afin de punir l’oppresseur et libérer la semence d’Abraham, selon la Parole de la promesse (Gen.13:14,15). L’Egypte et Israël ont vu Moise avec un message de la Parole de Dieu, un témoignage. Mais, ce qu’ils n’ont pas vu, c’était Dieu qui se cachait derrière cet homme, mieux se servait de son corps comme d’un voile. C’est Dieu qui fit venir les fléaux sur l’Egypte. Mais, figurez-vous que Pharaon n’a JAMAIS  vu une seule fois Dieu, il voyait seulement un homme qu’il pensait pouvoir balayer de son pouvoir et sa grande autorité s’il le voulait. Voici pourquoi il dit: “Le jour où tu verras ma face tu mourras”. A la mer rouge, Dieu dit: “Ne craignez pas, restez en place, et regardez la délivrance que l’Eternel vas vous accorder en ce jour. Lui-même combattra pour vous” (Ex.14:13,14). Et, le même Dieu dit à Moise:”Lèves ta verge, étends ta main sur la mer et fends-la” (v.16). Je vous pose maintenant une question: Qui donc ouvrit un chemin dans la mer, Dieu ou Moise? Ô, hommes sans intelligence, qui ont des yeux pour voir mais ne voient pas; des oreilles pour entende mais n’entendent pas. Voici la vérité: Dieu était là, devant Israël. Il travaillait avec Moise; Il travaillait en Moïse. Il était la Parole dans la bouche de Moise. Ce dernier savait qu’Il était là; il L’entendait parler; obéissait simplement à cette Parole et Dieu Lui-même agissait. C’est exactement la même chose qui arrive avec tout ministre authentique de Dieu. Le ministère de la Parole par l’action ou l’inspiration du Saint-Esprit, c’est Dieu caché dans l’homme. Le reste est pour la ruine de l’âme. Croyez-moi, je rends témoignage à la vérité.
         Et que dit Moise par la suite dans son cantique? “Ma main a ouvert une voie dans la mer”? Bien sûr que non! “L’Eternel est ma force... Ta droite ô Eternel a signalé sa force, Ta droite, ô Eternel a écrasé l’ennemi” (Ex.15:2,6). C’est très clair! L’oeil charnel voit Moise étendant une verge sur la mer rouge; tandis que l’oeil spirituel voit la droite puissante de Dieu. Cette même verge, Moise l’avait déjà quand il paissait le troupeau de Jethro. Dieu n’a pas donné à Moise une autre verge céleste, non! Il a utilisé d’une façon surnaturelle une verge que Moise possédait déjà. Où veux-je en venir? A ceci: pour tous ceux-là que Dieu a connu d’avance; ceux-là qui ont été appelé selon Son dessein, il y a quelque chose d’inné; une prédisposition dès leur naissance au ministère de Dieu, Celui-ci attend le moment opportun pour SE manifester d’une façon surnaturelle à travers un don que l’homme possède dès le sein de sa mère et manifesté dès sa naissance; étant connu de Dieu bien avant qu’il ne soit formé dans le ventre d’une mère. Il arrive de fois que l’homme – par l’influence du malin - utilise à tort et à travers ce talent que Dieu lui a donné à dessein dans un zèle sans entendement. Voici ce que j’entends: un véritable homme de Dieu, même marchant encore selon les convoitises de la chair et du monde, a quelque chose qui appartient à Dieu. Et à cause de cela, tôt ou tard, Dieu viendra sur Lui. Au temps marqué bien sûr. Car, c’est bien Lui, le Maître des temps et des circonstances. Amen!
         La Bible n’affirme-t-elle pas que ce Dieu Lui-même qui libère  Son peuple? Figurez-vous que lorsque les philistins asservirent Israël et imposèrent leur dieu (Baal), Israël cria vers Dieu; Celui-ci suscita Samson comme juge. Samson était un homme de plus ordinaire, cependant Dieu était caché dans sa force extraordinaire et surnaturelle. C’est Lui qui fit s’écrouler le temple de Baal et tua les princes des philistins, un homme naturel ne peut faire cela. C’est impossible et impensable! Mais le SURNATUREL dans l’homme c’est Dieu caché dans un corps humain: une manifestation de Sa présence.  Combien savent-ils que Samson était un type parfait du Christ? Samson avait un droit naturel à une fiancée juive, mais il s’éprit de passion pour Dalila qui était une femme païenne et mourut à cause de son amour pour elle; tout comme Jésus-Christ pour une épouse des nations (l’église), après avoir rompu l’alliance avec sa première fiancée, l’épouse de sa jeunesse (Israël). Samson avait sept tresses des cheveux qui caractérisaient l’oeuvre de Dieu, ainsi que Son Esprit opérant dans Son instrument. Lorsqu’on lui coupa les sept tresses, la grâce de Dieu et Son Esprit se retirèrent et Samson  tomba sous la main de ses ennemis. C’est la même chose qui arrive avec l’oeuvre du Christ et l’église: à la fin des sept âges, la grâce se retire, l’Esprit de Dieu unit à l’Epouse s’envole dans les airs et le monde et les vierges folles (une partie de l’Eglise) tombe sous la domination de l’Anti-Christ. Samson ne  mourut-t-il pas les bras étendus entre deux colonnes du temple? C’est là une préfiguration de la croix du Christ. Samson anéantit tous les princes des philistins rassemblés en spectacle ce jour-là au temple de Baal et libéra Israël de l’oppression, par sa mort. Cette chose était une préfiguration de ce qui allait arrivait à la croix avec notre Seigneur lorsqu’Il livra en spectacles les puissances, dominations, principautés du monde des ténèbres en triomphant d’eux par sa mort; déchirant ainsi l’acte de notre condamnation et nous libérant de la puissance du Satan. (Col.2:14,15).
         Mais voyez les hommes! Quand ils parlent de Samson, ils ne regardent qu’à ses faiblesses, à son côté charnel. Ils ne voient pas l’oeuvre de Dieu qui s’accomplit d’une manière PARFAITE dans cet instrument de Dieu. Car, malgré tout ce qu’on pouvait noter d’erroné chez  Samson, il est clair que Dieu était dans tout cela, je veux dire: dans sa force extraordinaire, et aussi dans sa lamentable faiblesse. Un type parfait de Christ, un juge, un libérateur; donnant sa vie pour sauver ses brebis. C’est vrai! Et peu importe comment cela est arrivé. Samson n’a pas faillit, non! Il a accomplit le dessein que Dieu S’est proposé en lui. Dans sa misérable vie, comme par sa mort; dans ses succès comme dans ses faiblesses. C’est Dieu qui écrit l’histoire de toute vie; de tout homme. Il est le Maître absolu de toute destinée. Ceci, afin que nulle chair ne se glorifie devant le Seigneur mais, que seul soit reconnu pour quelque chose le don de la grâce de Dieu qui travaille dans l’homme. C’est la vérité! Ne vous limitez pas chez un serviteur de Dieu à considérer seulement ses faiblesses, c’est Satan qui vous pousse à le faire. Encore une fois: Dieu est là où vous pensez qu’il n’est pas, Il est celui que vous croyez qu’Il n’est pas! Les succès et les insuccès d’un serviteur de Dieu accomplissent la volonté de Dieu: pour la chute des uns et le relèvement de autres. Siméon l’a dit de Jésus. Jésus Lui-même a dit: “Heureux celui pour qui je ne serais pas une occasion de chute”. Il le disait de ceux-là qui le regardaient selon la chair; jugeaient selon les apparences. Comme quoi  Dieu peut permettre que son serviteur trébuche pour qu’un fils de l’enfer ne croie plus jamais à son témoignage et ne se sauve pas. Alors que ses succès seront le relèvement et la joie de beaucoup de fils de Dieu.
Quand Goliath se dressa devant Israël et se mit à coeur de défier et insulter l’Eternel des armées, Dieu décida d’en finir avec lui pour libérer son peuple maintenu captif par la crainte de la mort, mais il Lui faillait trouver un instrument pour accomplir Son dessein. Qui? Vous me direz que Saul était un serviteur de Dieu, oint par Samuel. Considérez ceci: Saul était la volonté de la manifestation populaire, serviteur de Dieu par la volonté des hommes. Aujourd’hui nous en avons beaucoup, mais Dieu n’utilisera jamais un de ceux-là, croyez-moi! C’est Israël qui a exigé que Samuel leur donnât un roi pas Dieu. Tout comme aujourd’hui les gens vont dans les églises pour voter leurs ministres, leurs représentants, etc... Des tels serviteurs peuvent parler AU  NOM de Dieu mais JAMAIS DE LA PART de Dieu. Autre chose, Dieu avait rejeté Saul  parce qu’il se confiait et prenait plaisir aux nombreux sacrifices qu’il offrait à Dieu. Dieu aime, Lui, quelqu’un qui OBEIT simplement à ce que est dit dans Sa Parole. Aujourd’hui, les églises font la même chose, elles rejettent la Parole révélée de Dieu et cherchent à se justifier devant Dieu par des jeûnes, veillées de prières, retraites, etc... Un culte volontaire du corps qui satisfait à peine la chair et n'a aucun mérite pour celui qui s'y applique. Dieu n’est pas dans toutes ces choses, Il est dans Sa Parole. Quand vous sortez de cette vision, Il vous rejette, selon qu’il est écrit: “J’honorerai celui qui m’honore et je mépriserais celui qui me méprise”. Saul a abandonné la vision que Dieu lui a consigné pour faire la volonté de Dieu selon sa propre pensée, voici la raison fondamentale pour laquelle il a été rejeté par Dieu. Il le fait encore à ce jour. Prends garde de ne pas tomber, toi qui crois être débout.
         Aussi Dieu ce jour-là ne pouvait opérer par le canal de Saul. IL NE LE FERA JAMAIS TANT QUE LE  CIEL ET LA TERRE SUBSISTERONT. Dieu utilise seulement l’homme de Son choix, selon Sa volonté; ayant trouvé grâce à ses yeux; agissant ni par la puissance, ni par la force, mais plutôt  par Son Esprit (Zac.4:6). Voici pourquoi Il fit venir David. Dieu ne pouvait rien faire contre Goliath tant que David n’était pas encore arrivé sur le champ de bataille, Il ne pouvait libérer Israël d’Egypte tant que Moise n’était pas encore manifesté; Il ne pouvait sauver Ninive tant que Jonas n’était pas encore là. C’est ainsi qu’Il a vu et déterminé la chose dans Sa prescience (Es.46:10,11). Nous sommes tous prédestinés à faire ceci ou cela dans une circonstance déterminée de temps ou de lieu. Si nous avons été prédestinés dès la fondation du monde à être enfants de Dieu, à l’image et à la ressemblance du Christ (Rom.8:28-36), c’est ce que nous serons. Peu importe le temps que nous passons dans l’ignorance de la vérité, un jour la lumière paraîtra pour nous et nous la reconnaîtront. Aussi Jésus a dit, entrant dans le monde: “Je connais mes brebis, et mes brebis me connaissent... Ils entendront ma voix”. Dieu connaît ceux qui lui appartiennent. Le dessein d’élection de Dieu subsiste indépendamment des oeuvres de l’élu; par la seule volonté de CELUI qui choisit. Au temps marqué par Sa propre autorité, Il l’amènera à sa vraie place et lui fera faire ce qu’Il a résolu d’accomplir.
         Je disais donc que David était l’instrument de Dieu en ce jour-là. Comme par hasard, il se retrouva sur le champ de bataille, mais c’est Dieu qui l’avait fait venir en utilisant son père. Il vit Israël atterré, il voulut en savoir la raison... comme par curiosité. Mais lorsqu’il entendit ce qui sortait de la bouche de cet incirconcis, il s’irrita. C’était LA COLERE DE DIEU, manifestée dans l’homme derrière lequel Il se cachait. “Je veux tuer cet incirconcis... je me battrais avec lui parce qu’il a insulté l’Eternel des armées. Voyez- vous cela? Le mobile qui l’a poussé au combat? David n’a pas hésité un seul instant, il n’avait même pas peur. Il savait que Dieu était avec lui, que pouvait donc lui faire un homme, fût-il Goliath? Alléluia! Il est écrit qu’avec Dieu nous ferons des exploits. Et combattre contre Goliath en était un.  La foi en la manifestation de Dieu, voici tout ce dont Dieu avait besoin. David était l’instrument de l’heure, personne d’autre que lui ne pouvait accomplir cette tâche. C’était ainsi dans la prescience de Dieu. De la même manière Dieu était dans Gédéon et tous les autres. C’est encore Lui qui, manifesté en Elie, priva Israël de pluie pendant trois ans et demie, puis dans Son combat contre l’apostasie d’Israël terrassa au Mont Carmel, par la main de Son instrument, les prophètes de Baal et d’Astarté. C’est encore et toujours Lui qui en ce temps de la fin, malgré l’apparente triomphe des forces du mal; malgré la faiblesse des fils du royaume perdu au milieu de l’abondante ivraie, combattra de Son Esprit qui animera Ses oints à dessein, l’apostasie dans l’église en ce  temps de la fin et amènera la vraie Epouse du Christ à l’enlèvement. “Qui es-tu grande montagne devant Zorobabel? Tu seras aplanit ”. Oui, nous devons avoir foi en cette présence de Dieu; cette manifestation du Seigneur promise avant la venue du Christ. MALGRE LE TRIOMPHE APPARENT DE L’APOSTASIE, DIEU LUI- MÊME VIENDRA AU SECOURS DE L’EPOUSE DE SON CHRIST. Il était dans la bouche de chacun de Ses prophètes. IL EST CETTE PAROLE INFAILLIBLE qui sortait de leur bouche et qui s’accomplit encore de nos jours. C’est Lui qui a déterminé et annoncé ces choses, et qui dans une génération agit soudain pour accomplir Son dessein. Mais à chaque fois, il faut qu’Il se couvre d’un voile et cache sa gloire pour que nous puissions Le supporter (Ex.20:19-21). Et, ce voile est toujours un corps humain. Si dans l’ancienne alliance, les choses ont été ainsi à combien plus forte raison aujourd’hui car, il est écrit que notre corps est le temple du Saint-Esprit.
Je vous le dis en vérité: croyez ce que vous voulez mais sachez que  la volonté de l’homme ne peut éliminer ni changer la prescience de Dieu. C’est une folie que d’y penser: Ayez foi en  la manifestation de Dieu et soumettez-vous à Sa souveraine volonté. Ne jugez point selon les apparences. Heureux celui pour qui je ne serais pas une occasion de chute!