LA COUPE D'OR

« Elle tenait dans sa main une coupe d’or, remplie d’abominations
et d’impuretés de sa prostitution ».

Dans la première partie de cette prédication, la lumière qu’a apportée le Saint-Esprit sur cette révélation, a dissipé tout doute qui persistait à l’entendement des saints ; surtout en ce qui concerne la figure de la femme utilisée pour représenter l’Eglise.
Parlant maintenant de cette coupe que la femme de la présente prophétie tient dans sa main…
Avant de chercher à comprendre le langage de Dieu qui caractérise Sa sagesse mystérieuse et cachée, je veux attirer l’attention des saints sur le fait qu’une seule église sur la terre accorde autant d’importance, dans son culte, à la coupe d’or : l’église catholique romaine ! Ici aussi, il ne s’agit pas d’une simple coïncidence.
En effet, cette coupe d’or est prépondérante dans le rituel de la messe pendant l’eucharistie. Encore appelé : « communion » ou « cène du Seigneur ». 
Les élus de Dieu doivent absolument savoir que la différence entre la coupe que le Seigneur leva au jour de la cène et donna à boire à ses disciples et la coupe d’or que la grande prostituée lève dans son culte contenant l’eucharistie est sans équivoque.
Car, je l’ai déjà dit dans la prédication « Le Mystère de l’Iniquité » et je le répète encore aujourd’hui : La coupe dans la cène du Seigneur Jésus-Christ révèle l’alliance de Dieu avec les hommes qu’Il est venu sauver. Alliance attestée par l’aspersion de ce précieux sang, sans lequel il n’y a pas de pardon de péché. Et que le Seigneur a versé pour notre rédemption, en vue de l’héritage du salut que Dieu nous accorde grâce au sacrifice du corps et du sang de Jésus-Christ.
C’est cette Vérité que le Seigneur a voulu que Son église maintienne présente à l’Esprit, de génération en génération. Et, qu’Il a voulu nous rappeler, chaque fois que nous célébrons la Sainte-cène en mémoire de ce qu’Il a fait pour nous.
Oui, en « célébrant Sa mort et Sa résurrection, jusqu’à ce qu’Il vienne » nous nous rappelons qu’en mourant, Il a obtenu pour nous le pardon du péché, et a enseveli avec Lui notre vieil homme du péché. Ressuscitant des morts, Il nous a régénérés pour une nouvelle vie. Nous sommes donc devenus des nouvelles créatures en Christ (2Cor.5 :17).
Or, la prophétie dit que la coupe que cette Grande prostituée tient dans sa main, est une "coupe d'or" débordant d'abominations et des impuretés de sa prostitution. Quoi donc ?
L’église catholique romaine, devenue la prophétesse des nations, au lieu d’annoncer le salut qui est en Christ – Rédempteur, s’est octroyée l’autorité du Christ, et annonce maintenant le salut qui est octroyé aux hommes par l’ « église-Mère ». Cette église prostituée a remplacé les préceptes du Christ par ses propres dogmes et a fait sa propre alliance avec les hommes.
L’église catholique romaine a donc remplacé la cène du Seigneur par l’Eucharistie dans laquelle, par la transsubstantiation ou le passage du pain et du vin en corps et sang de Jésus-Christ. Selon ce dogme donc, le pain et le vin gardent leur apparence, alors que, pendant le rituel, la substance se modifie et devient le propre corps et sang du Christ. Ce qui rend, je cite : « la présence de Jésus-Christ durant l’eucharistie, réelle, véritable et substantielle, d’une manière unique et incomparable dans son corps, sang, âme et divinité ». Selon ce rituel catholique romain, il s’agirait donc ici du fameux « Jésus Eucharistique » présent, sous les espèces eucharistique du pain et du sang : l’ « hostie consacrée ». Dans quelle Bible êtes-vous allez puiser cela, messieurs ?
C’est vraiment cela qu’on appelle de l’ « interprétation particulière »… et dire que c’est nous qu’on accuse de mal interpréter la Bible… d’avoir de l’imagination fertile, et que sais-je encore…
Le comble de malheur, ce que les croyants catholiques pensent que «c’est dans l’Eucharistie que l’action sanctificatrice de Dieu atteint son point le plus élevé ». Et que : « c’est ici que se réalise la communion de la vie éternelle et l’unité du peuple de Dieu qui s’unit avec la liturgie du ciel et anticipe la vie éternelle ».  
Où êtes-vous allez trouver cela ? C’est archifaux, voyons ! Et, seule une âme sans intelligence peut ne pas se rendre compte que les enseignements de cette église sont en flagrante contradiction avec les préceptes et ordonnances que le Seigneur nous a prescrits. Il s’agit ici d’un renversement de l’Évangile annoncé par le Seigneur Lui-même, puis confirmé par les témoins qui L’ont entendu.
Convaincu que l’eucharistie constitue la source et le zénith de toute vie chrétienne, tout catholique doit passer par la « première communion » qui occupe une place de choix dans la foi catholique. Et le catéchisme de l’église catholique romaine enseigne que, pour recevoir la communion :
« Il faut être pleinement incorporé dans l’église catholique et être en état de grâce, ou soit, sans conscience du péché mortel. Celui qui est conscient d’avoir commis un péché grave doit recevoir le sacrement de la Réconciliation avant de s’approcher de la communion. Importants sont aussi l’esprit de recueillement et de prière, l’observance du jeûne prescrit par l’église et l’attitude du corps (gestes, habits), en signe de respect à Christ ».

C’est un culte qui est  selon les commandements et les enseignements des hommes pour la satisfaction de la chair. Bien qu’ayant une apparence de sagesse en dévotion volontaire et en humilité extérieure. (Col.2 : 22,23),
Nous voyons donc clairement ici, qu’il ne s’agit nullement de l’alliance divine que par le biais du sang que Christ a versé pour nous, mais plutôt d’un pacte entre cette église et les hommes. Une foi produite par des mensonges et des abominations. C’est ici lacoupe d’or, remplie d’abominations et d’impuretés de la prostitution de cette église.
Et, supposons que Jésus soit corporellement présent par son sang dans le vin eucharistique contenu dans cette coupe d’or… Tout bon croyant catholique qui lit la Bible, sait que ce sang a été répandu ou versé pour tous. Pourquoi donc dans ce rituel, tout le peuple ne participe pas au sang ; comme le Seigneur Jésus l’a exemplifié en partageant la coupe avec tous les disciples ? Dans la foi catholique, le sang aurait-il été répandu seulement pour les prêtres? Le Seigneur n’a-t-Il pas dit en donnant la coupe aux disciples : « Buvez-en tous ! » ? (Mat.26 :27).
Etes-vous conscients (je m’adresse aux frères catholiques) qu’en vous soustrayant à cette coupe, vous vous soustrayez à la vie éternelle et à la résurrection du dernier jour ? (Jn.6 :54) Ou, croyez-vous que lorsque les sacrificateurs la boivent pour vous, et à votre place, cela suffit ? N’avez-vous pas lu que le salut est individuel ?
Cessez donc de vous égarer dans des faux raisonnements et interprétations particulières. Revenez à la doctrine primitive qui est selon la Parole de Dieu ! C’est « Ainsi dit le Seigneur » ! Sortez du milieu d’eux et ne touchez pas à ces impuretés. Sauvez-vous de cette génération perverse !
Tout ce qui n’est pas dans la Saine doctrine est impureté. Et, tout ce qui est impur est abominable aux yeux de Dieu. Aussi Jean vu cela e rendit ce témoignage : « Elle tenait dans sa main une coupe d’or, remplie d’abominations et d’impuretés de sa prostitution ». Il ne s’agit de rien d’autre que des doctrines de cette église qui annulent le fondement de la foi primitive et en établit d’autres.
Etant sauvés par la grâce de Dieu, au moyen de la foi, qui nous conduit à la repentance puis à la conversion, nous devenons participants à la nature divine : dans le CORPS du Christ. Pas par la « la première communion ». Nous sommes sanctifiés par la Vérité de la Parole (Jn.17 :17) et non par l’Eucharistie. Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit (par nous) dit à cette église aujourd’hui!

 ---------------------------------------------------

BABYLONE LA GRANDE

« Sur son front était écrit un nom, un mystère : Babylone la grande,
la mère des impudiques et des abominations de la terre ».

            La racine du nom Babylone c’est « Babel » qui signifie « Confusion ». Le Seigneur ne pouvait trouver un pseudonyme plus juste pour nommer cette église qui jette du trouble dans la foi chrétienne. En effet, elle se présente aux yeux du monde comme étant l’héritière des Apôtres et de leurs doctrines, en même temps qu’elle s’oppose à la vraie foi biblique et établit ses propres dogmes de la foi.
            Babylone ! C’est aussi et surtout une figure de l’oppression et du joug pesant de la servitude à laquelle est soumis le peuple de Dieu. Exactement comme cela est arrivé du temps de Nabuchodonosor ; lorsque les juifs furent déportés dans la Babylone ancienne durant soixante-dix ans. La chose nous est faite en figure avec le retour de Zorobabel et ses compagnons à Jérusalem, après ces septante ans de captivité babylonienne; en vue de la reconstruction de temple. Or, c’est exactement la même chose qui arrive à la fin des sept âges prophétiques qui caractérisent la  dispensation de l’église des nations (pour ceux qui comprennent la Parole prophétique) : les élus de Dieu seront restaurés sur le fondement de la foi primitive, après la captivité spirituelle dans le dogmatisme religieux de Babylone la grande. Cependant, tous n’ont pas reçu cette connaissance.
Babylone : la tête d’or de la vision de Nebucadnetsar (Nabuchodonosor), interprétée par Daniel (Dan.2 :31-48)! C’est aussi le royaume de ce Monarque qui connaissait le Dieu de Daniel et l’honorait, bien que SERVANT SES PROPRES DIEUX (Dan.2 :46,47 ; 4 : 2, 3, 34, 35, 37). Oui ! Qui dira que l’église catholique romaine ne connaît pas le Dieu de la Bible ; le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob révélé en Jésus-Christ? Elle Le connaît, bien sûr, mais ELLE SERT SES PROPRES DIEUX ROMAINS. Voilà la Vérité !
Babylone la grande : le grand arbre coupé de la vision Nebucadnetsar (Dan.4). C’est encore le royaume opulent de ce souverain (la bête représentée par le lion – Dan.7 :4) dont la gloire et la grandeur s'est accrue jusqu'aux cieux, et la domination, jusqu'au bout de la terre : La bête dont le royaume passa et qui fut plus tard rétablit sur son trône. « Dans ce temps-là, mon intelligence me revint, et, pour la gloire de mon royaume, ma magnificence et ma splendeur me revinrent, et mes conseillers et mes grands me cherchèrent, et je fus rétabli dans mon royaume, et ma grandeur fut extraordinairement augmentée ». (Dan.4 :36)
Ce qui est une illustration appropriée à la bête qui reçu une blessure mortelle et fut guérie : « Et je vis l'une de ses têtes comme frappée à mort; et sa plaie mortelle avait été guérie; et la terre tout entière était dans l'admiration de la bête ». (Apoc.13 :3)
 Notez que, que ce soit dans le cas de l’antique Babylone la grande, tout comme, celle actuelle, le pouvoir de son prince fut exercé en trois temps : Nabuchodonosor était, roi ; or il y eut un temps où son royaume lui fut arraché (il n’est plus). Puis, il est revenu d’une espèce d’abime pour régner de nouveau, avant que la mort (physique cette fois-ci) ne l’emporte. Voyez maintenant la ressemblance avec bête sur laquelle la femme est assise :
La bête que tu as vue était, et elle n’est plus. Elle doit monter de l’abime, et aller à la perdition… en voyant la bête, qu'elle était, et qu'elle n'est pas, et qu'elle sera présente. (Apoc.17 :8)
Babylone aux jours de Belshatsar, c’est encore la figure de ce royaume glorieux qui se moqua de Dieu et profana Son temple et Son culte ; et qui s’effondra en une nuit. Non pas par la puissance des armes d’un conquérant ennemi ; mais plutôt, par la détermination de la Parole de Dieu prononcée contre lui :
« Alors a été envoyée de sa part l'extrémité de la main, et cette écriture a été tracée. Et voici l'écriture qui a été tracée: MENE, MENE, THEKEL, UPHARSIN! Voici l'interprétation des paroles. MENE: Dieu a compté ton royaume, et y a mis fin. THEKEL: Tu as été pesé à la balance, et tu as été trouvé manquant de poids. PERES: Ton royaume est divisé, et donné aux Mèdes et aux Perses. Alors Belshatsar donna des ordres, et on vêtit Daniel de pourpre, et on mit une chaîne d'or à son cou, et on proclama qu'il serait le troisième gouverneur dans le royaume. En cette nuit-là, Belshatsar, roi des Chaldéens, fut tué ». (Dan.5 : 24.30).

Lisez maintenant la prophétie d’Apocalypse 18 et vous comprendrez la Vérité : quand bien-même la gloire de l’empire (église) catholique romain et de son prince (la bête) s’élèverait jusqu’aux cieux, sa chute viendra en une heure ! « MENE, MENE, THEKEL, UPHARSIN! ». Dieu l’a ainsi déterminée !
Babylone la grande ! C’est aussi et encore la grande ville de ce monarque absolu qui, en son temps, détenait la royauté sur les rois de la terre (Dan.4 :22). Or, c’est la même autorité qu’exerce aujourd’hui l’église catholique romaine (la grande prostituée) sur les rois de la terre (Apoc.17 :18). Aussi, le surnom de « Babylone » lui va comme un gant.
Que celui qui est intelligent comprenne !

-----------------------------------------------------

La Mère des Prostituées

Elle s’autoproclame « église-mère » de la foi primitive. Non, en réalité, et selon la prophétie biblique, elle est la mère des prostituéesou des impudiques. Donc, de toutes ces églises organisées et placées sous un leadership humain ; adorant selon les commandements et traditions des hommes.
Quoi donc ? Nous avons vu ci-dessus comment cette église a remplacé les préceptes et ordonnances du Christ, par ces propres dogmes : les commandements de l’église. Et, tel Israël qui cherchait une propre loi pour sa justification, l’Église du Christ a perdu sa vocation d’épouse du Seigneur, pour s’organiser dans la chrétienté.
Pourtant, Dieu leur fit grâce à l’époque de la reforme ; lorsque, par Son Esprit répandu, Il appelé Son peuple hors du dogmatisme du romanisme, en vue de le ramener à la foi pour sa justification. Cependant, les disciples eurent tôt fait de revenir au même modèle d’organisation religieuse inspirée de la Grande Babylone. Exactement, comme Israël au désert, fit marche arrière et imita l’adoration païenne des dieux sculptés en faisant son « veau d’or ».
La mauvaise interprétation du message de Dieu apporté sur la terre à l’époque de la reforme donna naissance à une nouvelle religion : le luthéranisme. Celui-ci, à son tour, engendra plusieurs dénominations et mouvements que nous connaissons à ce jour dans le protestantisme. Plus tard les Wesleyens empruntèrent la même voie, qui déboucha sur le méthodisme sous ses diverses dénominations connues à ce jour. Les pentecôtistes firent de même… et le pentecôtisme donna cours à plusieurs « églises de réveil » édifiées selon un modèle identique d’adoration. Modèle dans lequel (paraphrasant Jean de La Fontaine, célèbre par ses fables satiriques) : les pasteurs semblables à « des grenouilles qui veulent se faire aussi grosses que le bœuf » veulent tous bâtir comme des « grands seigneurs ». Semblables à des « petits papes » qui dominent à leur guise dans « leurs » propres églises ; selon le modèle de Babylone, la mère. Les continuateurs de W. Branham n’échappèrent point à la règle ; et le branhamisme engendra plusieurs « églises du message » qui essayent, sans discernement, de se regrouper autour « message» annoncé par ce prophète de Dieu.
Ce sont pourtant des vérités que nous connaissons. Cependant, qui peut (dans cette génération-ci) abandonner ses illusions, confesser sa mauvaise voie et revenir au Seigneur de tout son cœur ? Il est écrit :
« Confie-toi de tout ton cœur à l'Éternel, et ne t'appuie pas sur ton intelligence; dans toutes tes voies connais-le, et il dirigera tes sentiers. Ne sois pas sage à tes propres yeux; crains l'Éternel et éloigne-toi du mal » (Prov.3 :5-7)

Je vous le dis en vérité : Dieu nous a encore placés comme des sentinelles pour sonner de la trompette, et indiquer la bonne voie qui conduit à la paix éternelle. Cependant, personne ne veut être attentif à ce que nous disons ; ni marcher dans la voie que nous indiquons. Pourquoi ? Parce que ces églises ont hérité les prostitutions de leur mère.

 

CERTAINS SIGNES CARACTERISTIQUES DES IMPUDIQUES

À l’instar de l’ « Église-mère », ces petites « prostituées » en ont tour à tour rajouté des dogmes au message de la Parole de Dieu qui leur a été donnée.

             Dites donc, qui a enseigné aux hommes que la religion est une affaire lucrative ? Qu’avec une église on pouvait commencer des affaires et se faire de l’argent ? Cette conception-là ne vient pas de la Bible, et tout le monde le sait. Ce que tout le monde ne sait pas ce qu’il s’agit d’un véritable culte à Mammon ; selon le modèle de la Grande Babylone : la femme parée d’or, des perles et des pierres précieuses. Or, elle s’est servie de Dieu et de Sa Parole pour y parvenir. Aussi les impudiques (ces églises qui se sont prostituées aussi) s’inspirent de la prostitution de leur mère.

 

C’est du catholicisme sous une parure nouvelle! Voici pourquoi la prophétie biblique qualifie telles églises des « prostituées ». Et le grand mouvement œcuménique lancé par le deuxième concile de Vatican tend justement à ramener ces « filles » vers leur « mère ». Pareille à la poule qui rassemble ses poussins sous ses ailes ; ainsi détermine ce que ce Concile appelé « Décret sur l’œcuménisme », dans « Réflexions et suggestions concernant le dialogue œcuménique » dont le principe fondamental est de lutter pour l’union des catholiques avec les non-catholiques, nous lisons: « … au fur et à mesure que les obstacles à la parfaite communion ecclésiastique seront dépassés, tous les chrétiens s’uniront dans une même célébration de l’Eucharistie (Messe) dans l’unité d’une Église unique… nous croyons que cette unité réside dans l’Eglise Catholique comme quelque chose qu’elle ne peut perdre ».

Et dans cette dernière génération figurée par l’Eglise de Laodicée, dans lequel l’orgueil spirituel empêche ces églises de se rendre compte de leur réel état spirituel ; heureux l’homme qui accepte le collyre que Dieu, par nous, donne gratuitement à ceux qui veulent avoir de l’entendement sur Son Conseil: 
« Parce que tu dis: Je suis riche, et je me suis enrichi, et je n'ai besoin de rien; et que tu ne connais pas que, toi, tu es le malheureux et le misérable, et pauvre, et aveugle, et nu, je te conseille d'acheter de moi de l'or passé au feu, afin que tu deviennes riche, et des vêtements blancs, afin que tu sois vêtu et que la honte de ta nudité ne paraisse pas, et un collyre pour oindre tes yeux, afin que tu voies ». (Apoc.3:17,18)

 

La Mère des abominations de la terre 

Elle est aussi, la mère de toutes les abominations car, elle a, par ses propres dogmes (comme nous l’avons déjà dit dans les chapitres précédents) transgressé les lois et violé les ordonnances divines. Entrainant le monde dans cette prostitution spirituelle qui a bannit la crainte de Dieu sur la terre. L’alliance éternelle a donc été rompue; entraînant les rois de la terre et leurs habitants dans la profanation qui a précipité la malédiction sur la terre.(Es.24 :6).
« Car toutes les nations ont bu du vin de la fureur de sa fornication, et les rois de la terre ont commis fornication avec elle… »(Apoc.18 :3)
J’ai déjà évoqué ces choses en détails, au chapitre touchant ce vin d’impudicité qui a enivré les habitants de la terre ; et entrainé ses rois dans la débauche et l’immoralité.
« … car, par ta magie, toutes les nations ont été égarées. » (Apoc.18 : 23c)

 

------------------------------------------------