L’interpellation

Un jour, assis devant mon poste téléviseur, je me sentis profondément interpellé par ces paroles dont j’ignore l’auteur : « Pour que le mal triomphe, il suffit seulement que ceux qui savent faire le bien ne fassent rien ». Et, ma conscience confirma combien il avait raison de dire cette chose-là.
Faisant de ceci une application à l’œuvre de Dieu pour le salut, face à l’apostasie généralisée qui triomphe au sein de l’Église des nations, je ne puis m’empêcher de me demander, où sont passés les vrais ministres de Dieu ? Pourquoi se taisent-ils, alors que les prophètes du mensonge, dans leur zèle pour le mal, sont de plus en plus arrogants ? Les fils de la promesse doivent-ils tout simplement se taire, et se limiter à murmurer timidement par peur d’être persécutés ? (Gal.4.29  - et de même qu'alors celui qui était né selon la chair persécutait celui qui était né selon l'Esprit, ainsi en est-il encore maintenant.)
Oui, devons-nous nous taire, alors que ceux-là qui veulent s’éloigner du mal sont dépouillés ou maltraités ? (Es.59.15  - La vérité a disparu, Et celui qui s'éloigne du mal est dépouillé.)
Pire, ces fils des ténèbres nous reprochent, nous, d’être de fauteurs de trouble par notre prédication. Alors que ce sont eux qui jettent la confusion sur le dessein de Dieu ; et empêchent les gens d’obéir à la Vérité de la Parole. Rendant ainsi impossible, l’héritage du Royaume des cieux à tous ceux qui leur prêtent oreille.  (1R.18.17, 18 - À peine Achab aperçut-il Élie qu'il lui dit: Est-ce toi, qui jettes le trouble en Israël? Élie répondit: Je ne trouble point Israël; c'est toi, au contraire, et la maison de ton père, puisque vous avez abandonné les commandements de l'Éternel et que tu es allé après les Baals. Act.16.19, 20-Les maîtres de la servante, voyant disparaître l'espoir de leur gain, se saisirent de Paul et de Silas, et les traînèrent sur la place publique devant les magistrats. Ils les présentèrent aux préteurs, en disant: Ces hommes troublent notre ville).
         Que faire donc, chers frères ? Le peuple périt par manque de connaissance ! Et, ceux-là qui ont de la connaissance trouvent refuge dans un silence forcé ; prétextant l’humilité pour justifier leur timidité.
Oui, alors que les fils (serviteurs) du malin sont extrêmement zélés dans leur action, ceux-là qui connaissent la Vérité ne font rien. Voilà pourquoi le mensonge et la fausseté triomphent à ce jour dans les églises.
Quant à moi, Dieu m’a oint, en ce jour de la fin, de l’Esprit de justice et de force pour leur faire connaître leur péché ; lorsque Sa Parole me fut ainsi dirigée : « Combattre l’action des esprits séducteurs et rétablir la Vérité : voici l’œuvre à laquelle je t’ai appelé ». Je ne puis donc me taire !
Les bâtisseurs des églises ont tenté de me dompter d’abord ; puis de m’empêcher de prophétiser par la force. Mensonges et calomnies se sont multipliés contre ma personne ; cependant, j’ai tenu bon dans ce ministère. J’ai compris et déjoué cette astuce du diable ; ayant appris de Dieu à ne pas perdre courage, mais plutôt à me rendre recommandable à tous comme serviteur de Dieu : dans la bonne comme dans la mauvaise réputation. Même lorsque nous sommes regardés comme imposteurs quoique véridiques. Selon qu’il est écrit en 2 Cor.4.1-3 : 
« C'est pourquoi, ayant ce ministère, selon la miséricorde qui nous a été faite, nous ne perdons pas courage. Nous rejetons les choses honteuses qui se font en secret, nous n'avons point une conduite astucieuse, et nous n'altérons point la parole de Dieu. Mais, en publiant la vérité, nous nous recommandons à toute conscience d'homme devant Dieu. Si notre Évangile est encore voilé, il est voilé pour ceux qui périssent ».
            Oui, à ce jour, les preuves de ce ministère que nous avons reçu de Dieu, ont abondé. Témoignant ainsi de l’onction manifestée dans la connaissance, par l’intelligence que nous avons reçue sur les mystères de Dieu. Nous parlons aujourd’hui de ces choses, selon la sagesse que nous avons reçue par une révélation du Seigneur. À tel point que, s’il y a encore quelques doutes sur l’authenticité de notre message, comparé au témoignage de tous les saints prophètes de Dieu qui nous ont précédés à l’œuvre ; telles doutes ne peuvent persister qu’à l’entendement de ceux qui périssent. Nous prenons Dieu à témoin, Lui qui sonde nos cœurs.        
Notre gloire ? C’est d’abord, le témoignage de notre conscience devant Dieu de ce que nous ne prêchons pas par souci de gain, ni ne falsifions l’Evangile, comme le font certaines personnes. C’est aussi notre témoignage à la conscience de tout homme ayant reçu l’amour de la Vérité pour être sauvés. Car, nous savons que tout celui qui est de la Vérité nous écoute.
Aussi, lorsque vous entendez le son de cette trompette, nous vous exhortons chers frères à vous débarrassez de la crainte que vous avez de ces ouvriers trompeurs. Comme Israël se débarrassa de la crainte des disciples de Baal, après la prédication d’Elie au Mont Carmel… ou encore de la peur des philistins après que Goliath fut vaincu par le ministère de David. Ne les craignez donc point ! Ils ne peuvent rien contre les oints et tous élus de Dieu. Craignez seulement Dieu !
C’est pour annoncer la fin de la captivité que je suis venu aujourd’hui ! Pour dire à tous ces serviteurs de Dieu qui sont encore maintenu captifs dans les mensonges de leurs « pères spirituels », « pasteurs-présidents » ou « représentants-légal » ; et sont incapables de prêcher la Vérité qu’ils aiment par crainte de représailles et autres sanctions que : voici venue l’heure d’abandonner les campements ; de se placer aux bords des chemins et de chercher L’ancien et bon chemin qui mène au salut. Car, c’est aujourd’hui le jour de la délivrance promis pour tous ceux-là qui se réjouissent du nom du Seigneur (Mal.3 :15-18). Jour de la délivrance, mais aussi jour de la différence !
Bientôt la confusion s’abattra  sur ces mercenaires déguisés en serviteurs de Dieu, et ils tomberont ;  comme le dit la prophétie de Jérémie :
« Car depuis le plus petit jusqu'au plus grand, Tous sont avides de gain; Depuis le prophète jusqu'au sacrificateur, Tous usent de tromperie. Ils pansent à la légère la plaie de la fille de mon peuple: Paix! paix! disent-ils; Et il n'y a point de paix; Ils seront confus, car ils commettent des abominations; Ils ne rougissent pas, ils ne connaissent pas la honte; C'est pourquoi ils tomberont avec ceux qui tombent, Ils seront renversés quand je les châtierai, Dit l'Éternel. Ainsi parle l'Éternel: Placez-vous sur les chemins, regardez, Et demandez quels sont les anciens sentiers, Quelle est la bonne voie; marchez-y, Et vous trouverez le repos de vos âmes! » Jer.6 :13-16

Et, si vous avez compris la dispensation de la grâce de Dieu qui m’a été faite pour l’Eglise du Christ, vous saurez que ce n’est pas pour annoncer une fausse paix que je suis venu. Non ! Je suis venu annoncer une guerre : entre le bien et le mal… entre le mensonge et la Vérité. Je suis venu jeter un feu. Et, je me réjouis de ce que ce feu soit déjà allumé ; comme en témoigne la confusion que notre Évangile provoque au milieu de ces apostats.
« Pour que le mal triomphe, il suffit seulement que ceux qui savent faire le bien ne fassent rien »
Chacun de nous est interpellé ici. Et, tout celui qui se reconnait serviteur de Dieu est placé devant sa responsabilité. Ô, vous qui aimez le bien , faut-il rester sans rien faire devant le triomphe du mal ?
Quant à moi, je suis plein de la fureur de l'Éternel, je ne puis la contenir. Je la répandrais donc, sur ces assemblées d’incirconcis d’oreille, qui ne sont point attentifs à la Parole du Seigneur. Ceux-là qui ne trouvent aucun plaisir dans la saine doctrine, qu’ils regardent comme déshonorant et nuisible à leur ambition et cupidité. Car, ils sont animés par le souci du gain et non par le souci des âmes.
Quelqu’un m’a dit en passant : « Prends garde à ces gens-là, avec de telles prédications, ils sont capables de t’empoisonner ». Alors, j’ai compris que bien d’honnêtes serviteurs se taisent par crainte de la mort. Mais, faut-il craindre la mort au point de laisser le mal triompher sans rien faire ? C’est ici où notre conscience nous interpelle. Je dis catégoriquement NON ! Car, selon ce qui est écrit : « Ainsi donc, puisque les enfants participent au sang et à la chair, il y a également participé lui-même, afin que, par la mort, il anéantît celui qui a la puissance de la mort, c'est à dire le diable, et qu'il délivrât tous ceux qui, par crainte de la mort, étaient toute leur vie retenus dans la servitude(Heb.2.14,15).
Ayant donc compris cette chose, j’ai dit : NON À LA SERVITUDE SPIRITUELLE! Je ne veux pas demeurer esclave du mensonge par crainte des représailles ou de la mort.
Aujourd’hui, c’est le jour de décision ! Aujourd’hui, c’est le jour du salut ! Je parle de ce salut qui est individuel ; et non pas lié à une confession… une dénomination ou un groupe.
Je dédie cette prédication, à tous ceux-là qui se sont laissé séduire par le matérialisme triomphant dans l’église … à ceux qui se laissent encore séduire par le faux « Evangile social » ; et qui accourent dans des églises, à la recherche de quelques miracles capables de leur apporter une sensation de bien-être temporel ; sans jamais parvenir au salut de leurs âmes. Je prie pour que Dieu les aide à comprendre leur véritable vocation en tant qu’Eglise du Seigneur, et Épouse du Christ.
         Je dédie cette prédication, à tous ceux qui recherchent le vrai salut qui est en Jésus Christ, avec gloire éternelle.

Dr. Tiago Moisés