L’ÉGLISE DU CHRIST ET LES DEUX SEMENCES: 

     EDIFIÉE SUR “PETRA” OU SUR “PETRUS”?

“Qui dit-on que Je suis, moi, le Fils de l’homme? Ils répondirent: les uns disent que tu es Jean-Baptiste; les autres, Élie; les autres Jérémie ou l’un des prophètes. Et vous, leur dit-il, qui dites-vous que Je suis? Simon Pierre répondit: Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant. Jésus, reprenant la parole, lui dit: Tu es heureux, Simon, fils de Jonas; car ce ne sont pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais c’est mon Père qui est dans les cieux. Et moi, je te dis que tu es Pierre, et que sur cette pierre je bâtirais mon église, et que les portes du séjour des morts ne prévaudront point contre elle ”. - Mat.16:13-18

“Qui dit-on que je suis, moi, le Fils de l’homme?”. Ils croyaient peut-être qu’il s’agissait d’une réincarnation de Jérémie, Élie, Jean Baptiste ou quelque autre prophète… tout, sauf Dieu en action. Le ministère du Fils de l’homme était comparé à celui d’un homme mortel qui aurait servi Dieu en son temps. C’est ce même esprit qui séduit et corrompt l’Église jusqu’à ce jour. Combien dans une génération donnée reconnaissent-ils ce passage du témoignage dont nous avons parlé ici? Les vrais adorateurs de Jésus; ceux-là qui, dans un âge donné, sont enseignés par Dieu Lui-même – et non pas par les hommes. Comme dans le cas de Simon Pierre, ils reçoivent de Dieu Lui-même, la RÉVÉLATION de l’accomplissement des Ses promesses au temps marqué d’avance, et reconnaissent l’œuvre que le Seigneur est en train d’accomplir au milieu d’eux.
Jésus n'a-t-Il pas dit que le royaume des cieux était semblable à un trésor caché dans un champ? Mais, qui a donc révélé ce secret à l'homme qui l’a trouvé? "Heureux es-tu, parce que ce ne sont pas la chair et le sang – quelque homme que ce soit – qui t'ont révélé cela, mais c’est mon Père qui est dans les cieux". C’est Lui seul qui opère le salut et augmente à Son troupeau, ceux qui sont sauvés dans le nom de Jésus-Christ. Comme il est écrit: "Il n’y a de salut en aucun autre nom " (Act.2:47b;4:12).  
Oui, je vous le dis, par la parole de la vérité: il faut absolument une révélation directe du Seigneur Lui-même pour éclairer ceux qui parlent, tout comme pour donner de l’entendement à ceux qui écoutent les paroles de Dieu. Car, ces choses que Dieu a préparées pour ceux qui L’aiment, n'ont jamais pénétrées dans le coeur de l'homme ; elles n'ont jamais été vues ni entendues, et seul le Saint-Esprit  peut les révéler à Ses disciples qui composent le "Petit troupeau" (1Cor.2:9,10).    
"À QUI irons-nous? Nous avons cru que tu es Le Christ et que Tu as les paroles de la vie éternelle". À qui irons-nous? C’est ici  la pertinente question qui se pose dans toutes les générations des fils des hommes, lorsque le Seigneur se révèle ou se manifeste aux églises. Et la réponse est claire : à celui que Dieu a sanctifié et a envoyé dans le monde avec l'onction véritable. C’est cet oint qui a les paroles de la vie éternelle pour les hommes de sa génération. "Là où se trouve le corps - le tabernacle temporaire de la Parole de Dieu - là se rassembleront les aigles". Les vrais aigles représentent ceux qui confient dans le Seigneur et ne déposent pas leur foi dans les hommes (Es.40:30). Ceux qui se nourrissent de la manne cachée donnée au temps opportun et volent dans les hauteurs, trouvant dans la demeure de la Parole; LE ROCHER DES AGES, un véritable refuge et soutient de leur foi. Et le Rocher des âges sur lequel repose tout l’édifice c’est Jésus-Christ, Dieu bénit éternellement. Pas un messager. J’ai cru aussi j’ai parlé.   
Et moi, je te dis que tu es Pierre (PETRUS), et que sur cette pierre (PETRA)  je bâtirais mon église (EKLESIA), et que les portes du séjour des morts ne prévaudront point contre elle.
Pierre n’était-il pas l'homme qui a reçu la révélation du Dieu vivant, du propre Père qui est dans les cieux, et l'a transmise aux autres dans sa génération? Malgré cela, en aucun moment, Jésus aurait déclaré, affirmé ou promis de bâtir l’"Assemblée", cette EKLESIA qu'Il a appelé hors du monde, sur "PETRUS", mais plutôt sur "Pétra". La "Pétra" sur laquelle est bâtie la vraie Église du Christ, c’est cette révélation donnée en son temps, et qui constitue la Pierre angulaire dans l’oeuvre d’édification de Son église dans la foi et dans la connaissance parfaite de Celui qui est le Vrai Auteur et Consommateur de notre foi pour le Salut. JÉSUS CHRIST REVELE DANS TOUTES LES AGES qui caractérisent la dispensation de l'Église des nations: c'est ici  le solide fondement de la Vérité pour l’édification d'un temple spirituel pour Dieu.  
Cependant, au cours de ces sept âges successifs, deux semences ont marché côté à côté dans l'église. Et tel le blé au milieu de l’ivraie, la vraie semence est demeurée debout dans cette révélation qui a été rejetée par les bâtisseurs des dénominations qui ont paru tout au long de ces époques. Synagogues qui regroupèrent au long des âges, la fausse semence composée par ces fils du malin qui se cachent au milieu des fils du royaume et qui renversent l'Évangile du Christ et les voies du Seigneur. Entravant  considérablement l’œuvre d’édification du "Petit troupeau" par les vrais oints.  
 Contrairement à la vraie semence, la fausse, abondante, et représentant l’"église de la multitude", est quant à elle bâtie, non pas sur "Pétra", mais plutôt sur "Petrus": le porteur de la révélation dans une génération déterminée. Tirant ainsi gloire de ces instruments: hommes porteurs des dons ineffables de Dieu, et non pas du propre Dieu qui fait les dons. De cette fausse semence émergent les fanfarons et bavards profanes, qui  se sont déviés de la vérité et renversent la foi de beaucoup, dans un langage qui repose sur les fables, les généalogies et les cultes de la personnalité en l’honneur de ces "Petrus" à qui Dieu pour quelque temps s’est révélé pour éclairer par leur témoignage, les hommes de leurs générations respectives. Le langage de ces ouvriers frauduleux ne s'appuie pas sur la révélation de la Parole de Dieu qui est selon les Ecritures, mais plutôt dans les interprétations particulières de ce qui a été fait par le passé. Suscitant par leurs paroles, des questions folles et autres absurdités qui produisent des querelles inutiles, au lieu d'avancer l’œuvre de Dieu dans la foi. Toutefois: Le fondement de Dieu à travers les sept âges de l'Église est demeuré ferme ; étant sellé par ces paroles: "Dieu connaît ceux qui Lui appartient"; et encore: "Que tout celui qui invoque le Nom du Seigneur s’éloigne de l'iniquité" (2Tim.2:18,19). Oui, malgré l'antagonisme de la fausse semence, le vrai est demeurée dans le fondement. Car, même la grande apostasie dominante qui a conduit les multitudes aux portes de l'enfer dans les âges respectifs, n’a pu prévaloir contre les élus. Aujourd'hui (en ce jour de la fin), je comprends pourquoi la Parole de Dieu m’a été dirigé, à moi aussi, en ces termes: "quoiqu’il arrive, DEMEURE DANS LE FONDEMENT." C'EST AINSI DIT LE SEIGNEUR! Sans révélation (prophétie), le peuple se corrompt! L'honneur est pour ceux qui croient!   
Mais, de la même manière que, lorsque Israël a été appelé hors de l'Egypte (l’EKLESIA ou l’Assemblée dans le désert), une foule des gens mélangées est sorti en compagnie du peuple élu (Ex.12: 38; No.11: 4); ainsi cette vérité qui nous est faite ici en figure, se vérifie aussi pour nous.  
À tel point que l'ÉGLISE dont traite la prophétie, et à qui le Seigneur se dirige dans Ses messages, représente tout ceux-là qui, indépendamment des religions ou dénominations, croyances, dogmes, rites, credos, etc. se réclament de Jésus-Christ. Tout comme Eve - et non Adam - était la mère de tous les vivants; ayant enfanté de mêmes entrailles, le religieux et le croyant; le faux et le vrai adorateur représenté par Caïn et Abel; l'Église – l’Eve spirituelle, épouse du second Adam – est elle aussi, la mère de tous les adorateurs: les vrais comme les faux.
 Ici se vérifie aussi cette réalité: de Abraham est sorti deux types des croyants: Ismaël, le fils né selon la volonté de la chair qui, prétentieux, vécu dans l'illusion d'hériter les promesses. Et, dans la présomption d'être celui qu’il n'était pas en réalité, persécuta et il affligea le vrai héritier: Isaac, le fils né selon la promesse. Plus tard, du même Isaac naquit Esaü le profane, qui méprisa l'héritage divin à cause d'un aliment - étant passionné par les choses matérielles et temporaires -, et Jacob le visionnaire qui, par la foi, désira les choses invisibles qui sont éternelles. Aujourd'hui, dans l'Église du Christ, le Seigneur nous révèle dans la "parabole du blé et de l’ivraie", l'existence de deux semences apparemment identique, mais qui réellement n’ont rien en commun; bien que croissant ensemble, à se confondre. Deux esprits différents en action: Le Saint Esprit qui donne la croissance au blé, illustrant les fils du royaume ; la vrai vigne qui forme le Corps du Christ; et l'esprit anti-christ qui alimente l’ivraie, caractéristique de la fausse semence qui donne la vie à ces fils du malin qui abondent au milieu de nous.
Entre-temps, toutes les deux semences prétendent connaître Dieu et servir Son Christ. Tous prophétisent, chassent les démons, font des miracles au nom de Jésus… Tous jeûnent, font des veillées de prière, croient au baptême d'eau et du Saint Esprit, aux dons spirituels, etc. Toutes ces semences donc, croient en quelques vérités qui les unissent, en même temps qu’ils s’opposent en d’autres. Toutes elles croissent ensemble dans le même champ (ici représenté par l'Église). Quand vient la maturité, chacune d’elles manifeste par ses fruits, la nature de la semence qui l’a engendrée. L’ivraie, malgré tous ses efforts, ne peut pas détruire le blé. Tout comme, le blé pour sa part, ne saura jamais amener l’ivraie à la repentance, malgré toute sa compassion et bonne volonté.   
À la fin des siècles, l’ivraie mûrit par l'Apostasie; allant du mal au pire. Les enseignements de l'esprit antichrist conduisent cette semence au rejet total de la Vérité de la Parole de Dieu et dans la rébellion contre Le Christ. Nous assistons ainsi en cette dernière heure, au plus grand rassemblement religieux de tous les temps contre la Parole de Dieu. Les mouvements œcuméniques naissent tous les jours dans les diverses tendances des dénominations chrétiennes. Ceux qui se ressemblent s’assemblent en réunions ou conciles, conseils, conventions et conférences anti-parole. Rejetant le Conseil de Dieu et conduisant les âmes de leurs disciples à la perdition. L’ivraie est en train d’être rassemblée et attachée dans le champ, car très bientôt, elle sera brûlée au feu!    
De son côté, le blé mûrit par la RESTAURATION; parvient à l'unité de la foi et à la connaissance parfaite du Fils de Dieu, et  est transformé de gloire en gloire, dans la même image, par l'Évangile de la Vérité. Ici, nous assistons à un phénomène contraire: les vrais adorateurs, enfants nés selon la promesse du jour dont ils sont héritiers, écoutent la Voix du Bon Berger et abandonnent les "camps" des dénominations et autres organisations religieuses. Car, il arrive que dans ces rassemblements: "Toute chair a corrompu sa voie sur la terre".   Je vous le dis en vérité : en cette heure où nous vivons, le blé est en train d’être aussi rassemblé, non dans le champ, mais plutôt pour être emmagasiné dans le grenier du Seigneur. L’ENLEVEMENT EST PROCHE !