L’EGLISE APOSTATE DU TEMPS DE LA FIN

Mais là où Satan réussit encore un coup de maître, c’est quand il fait croire à certaines gens qui se penchent sur l’étude de ce qui s’est passé dans l’église, comme quoi ces choses appartiennent au passé. Que non ! Si nous analysons le comportement de l’église chrétienne aujourd’hui, nous pourrions alors donner sa véritable définition à la grande apostasie dans laquelle cette Eglise s’est embourbée. Nous comprendrions alors que nous vivons dans l’âge où toutes les deux semences (le blé et l’ivraie) atteignent la maturité. Car, le comportement de cette église aujourd’hui est manifestement la somme de tout ce qui est arrivé dans les précédentes générations ou âges de l’église.
C’est ici donc la sagesse qui a de l’intelligence : la grande apostasie est le mélange de la séduction à la persécution et à la contamination qui sont des caractéristiques de la ruse du diable dans les moyens de la séduction pour la destruction de la foi. Moyens ou stratégies qui ont finit par introduire le paganisme dans l’Eglise chrétienne et l’ont conduit à la mort spirituelle jusqu’à ce jour.
Les œuvres de nicolaïtes ainsi que leur doctrine sont flagrantes à ce jour dans la pratique de ces ouvriers trompeurs qui abondent dans la moisson du Seigneur et qui prouvent que ce phénomène n’a pas disparu du tout ; mais bien au contraire a pris des proportions alarmantes et sophistiquées. En effet, ces fameux « serviteurs de Dieu » et leurs églises sont, à ce jour, détenteurs des gros moyens financiers avec lesquelles ils font recours aux médias et à la communication sociale pour attirer des foules nombreuses vers ces organisations religieuses dépourvues de Vérité et évoluant clairement en dehors de la révélation divine. La conquête (Niko) des peuples (Laos) est faite donc au moyen des publicités évangéliques, et des prédications présomptueuses basées ou s’appuyant sur des miracles et prodiges, promesses de vie abondante et bien-être social, succès dans les affaires, mariage, délivrance de mauvais sort, etc. En ce jour où la prophétie de Act.20 :28,29 s’accomplie encore.
Personne ne s’importe de la repentance, de la sanctification, du salut et de l’héritage de la vie éternelle. Ce n’est plus le Seigneur qui ajoute des nos jours à l’Eglise ce qui sont sauvés, car ces foules mélangées amorcées par toutes sortes des passions impures, s’approchent des églises et non de Dieu. Ce sont des gens qui n’ont fait aucune expérience du salut avec le Seigneur. Ils sont donc membres des églises et non des enfants nés de Dieu (Jn.1:12,13).
Les faux serviteurs devenus beaucoup plus charismatiques que les vrais ambassadeurs de Jésus, ont conquit des multitudes et les ont séduit avec un faux évangile. « La mauvaise compagnie ne corrompt-elle pas les bonnes habitudes » ? Aussi, beaucoup les suivirent dans leur immoralité et dissolution. (Méditez Apoc.12 :4 et comprenez ce que veut dire ces paroles : « Sa queue entrainait le tiers des étoiles du ciel, et les jetait sur la terre »).
Non seulement, beaucoup de serviteurs ont été séduit par le faux évangile et, tombés ont perdu la vision et vocation céleste au profit d’un évangile terrestre et matérialiste ; aussi, pour éloigner les gens de la révélation de la Parole de Dieu, ces ouvriers trompeurs se sont organisés et ont crées un nouvel ordre sacerdotal au moyen des écoles de théologies ou autres « écoles de ministères » qui renie le sacerdoce divin (Heb.5 :4). C’est là où se multiplie la semence des faux-ouvriers formés et instruits pour pérenniser ou perpétuer  leurs hérésies (la doctrine des nicolaïtes); pour la ruine des âmes. Le péché domine dans ces églises devenues des véritables synagogues de Satan sous prétexte que nous vivons au temps de la grâce.
« Tous ceux qui veulent vivre pieusement » sont encore persécutés et soumis à toutes sortes de tribulations dans cet âge. Les vrais hommes de Dieu qui comme nous, gardent leur conscience pure devant Dieu, ne parleront jamais de la persécution au passé.
Quand bien-même nous ne vivons plus le temps des empereurs romains, l’objectif du diable dans son combat contre la Vérité demeure le même : faire taire les vrais « prophètes » de Dieu, pour permettre au mensonge de gagner du terrain.
Vous vous figurez peut-être que Satan ne recours plus à la persécution, à ce jour. Non, je vous le dis : il persécute encore jusqu‘à ce jour, tous ceux-là qu’il ne parvient pas à séduire ; et « dépouille tout celui qui s’éloigne du mal » en ce jour de la grande apostasie où la Vérité a trébuché sur la place publique et a disparu (Es.59 :14,15). Les fils du Royaume sont livrés tous les jours aux tourments ; semblables à des brebis livrées à la boucherie, ils sont livrés tous les jours à la mort.
Cependant, de même que le Saint-Esprit (Consolateur) agissant a fortifié l’Eglise lors de « la tribulation de dix jours », aujourd’hui encore, tous ceux qui comme nous subissent constamment les affronts de la part de méchants et des faux-frères déguisés en serviteurs ou disciples du Christ savent que la tribulation ne pourra JAMAIS détruire notre foi.
Combien des fois n’ai-je entendu ces paroles dirigées contre ma personne, chaque fois que Satan frustré dans ses vaines tentatives de détruire mon ministère : « il n’est plus digne de prêcher… il est tombé… il n’est peut plus se tenir devant la chaire, etc. ». Sans chercher à être mon  propre juge, je ne m’importe pas aussi d’être jugé par les hommes, car c’est Dieu seul qui me juge. Cependant, les élus de Dieu savent reconnaître la gloire de l’Evangile du Christ dans notre témoignage. C’est donc aux élus seuls que nous nous rendons recommandables:
« Au milieu de la gloire et de l’ignominie, au milieu de la mauvaise et de la bonne réputation ; étant regardés comme imposteurs, quoique véridiques ; comme inconnus, quoique bien connus ; comme mourants, et voici nous vivons ; comme châties, quoique non mis à mort ; comme attristés, et nous sommes toujours joyeux… » (2Cor.6 :8-10)
 Aussi, peu importe les astuces du diable, et ce malgré la douleur cruelle que nous ressentons dons notre propre chair qui porte les marques du Christ, j’ai fait miennes ces paroles : «Je ne me tairais point (quoi qu’il m’arrive) jusqu’à ce que triomphe la justice du peuple saint ». Oui, il est plus facile pour le diable, d’empêcher les gens de s’approcher de nous pour écouter ce que nous avons à dire de la part de Dieu ; cependant il lui est tout aussi impossible de nous empêcher de prêcher la bonne Parole de Dieu aux élus que Dieu a préparé d’avance pour parvenir au salut par notre message.
Et tenez-le pour dis : une église qui combat et rejette les vrais envoyés de Dieu ne pourrait jamais se libérer des liens de l’apostasie ; donc de la servitude. Car, la vraie délivrance se trouve dans la connaissance de la Vérité de Dieu ; celle qui Jésus-Christ révèle à Ses ambassadeurs (Jn. 8 : 32-36).
N’est-il pas écrit : « L’oppression rend insensé le sage, et les présents corrompent les cœurs » ? (Eccl.7 :7).
Aussi, ceux qui ont peur de porter leur croix se laisse alors contaminer pour survivre.
L’idolâtrie manifeste dans les cultes de personnalités et d’images est toujours présente dans l’église chrétienne, sous plusieurs formes. Et, la prostitution spirituelle engendrée par la culture polythéiste des peuples païens qui composent ces églises aussi. Alors cette église apostate  s’embourbe dans les sacrifices continus dénommés services (de délivrance ou de guérisons), jeûnes et prières, retraites sans fins, etc. L’église chrétienne remplace les fondements de la doctrine du Christ par leurs propres rites et dogmes. Chacune de ces églises chrétiennes a institué ses propres festivités et crédos, etc. Le paganisme est de nos jours manifesté dans l’église chrétienne qui a abandonné sa vocation céleste pour se conformer au siècle présent. Et, je le dirais sans crainte d’être contredit, la grande apostasie de l’église chrétienne l’a conduit dans les profondeurs de Satan.
Satan s’est transformé en ange de lumière. Ses ministres se sont tous transformés en ministres de justice, selon la Parole (2Cor.11 :13,14). En ce jour de la fin donc, les devins, magiciens et autres enchanteurs sont tous devenus « prophètes  de Dieu», et ont contaminé la maison de Dieu, devenue une caverne des voleurs et brigands.

------------------------------

L’esprit de Jézabel aujourd’hui

L’esprit de Jézabel encore à l’œuvre triomphe et les femmes païennes prennent d’assaut de l’église chrétienne. Ces femmes-pasteurs, évangélistes, prophétesse, et que sais-je encore… ne respectent pas l’ordre divin établi dans l’église, et s’attribuent elles-mêmes la dignité de « sacrificatrices », sous prétexte de cette parité (égalité entre l’homme et la femme), selon laquelle le Saint-Esprit aurait aussi parti pris en distribuant aussi bien aux hommes qu’aux femmes, la dignité de servir Dieu. Combien de serviteurs de Dieu se sont mariés, à ce jour, avec ces « filles de Jézabel » et sous l’influence de leurs femmes sont tombés dans la vocation et se sont déviés de la vision première? Aujourd’hui, beaucoup de ces serviteurs croient et confessent que leurs ministères ne seraient rien sans l’influence des ces femmes païennes, non-converties, mais financièrement et matériellement fortes pour « soutenir » l’œuvre de Dieu.
 Pouvez-vous me donner un seul nom dans la Bible, d’un homme auquel Dieu aurait confié un ministère commun… un don partagé avec sa femme ? Or, aujourd’hui, dans nos églises, les femmes des serviteurs de Dieu se sont vues attribuer la dignité de « première-dame » des églises. Au point de leur accorder voix au chapitre dans les décisions importantes de l’église. Non seulement, ces « Jézabel des temps modernes » usent de la liberté d’émettre leurs opinions dans la vie de l’église, mais aussi (dans le cas extrême) elles en assument la direction à l’absence de leurs époux (et pourquoi pas ?) deviennent les héritières légitimes des ces églises ou ministères qu’elles ont « aidées » leurs maris à fonder ou bâtir. Et tels des véritables « Achab » du siècle présent, ces pasteurs vaincus par l’esprit de Jézabel, vous diront : « Ma femme a vu ceci en songe … Dieu lui a montré ceci ou cela », et tous ces bla-bla-bla. Quoi donc ? Ils tolèrent que ces femmes, à l’image de Jézabel, que se disent « prophétesses » (l’étant devenus par la force des circonstances) séduisent les enfants de Dieu qui se voient entraîner dans la prostitution spirituelle et les sacrifices sans fin de ces fameuses « femmes de prières ». Mais, regardez-les de près : elles n’ont rien des saintes femmes. Que ce soit dans leur parure extérieure, ou dans l’homme intérieur, ces « femmes de prière » méprisent la Parole de Dieu ; la saine doctrine du Dieu vivant. Exactement comme Jézabel méprisait le Dieu d’Israël, ses prophètes et Son culte.
Pourquoi perdre votre temps dans des longues retraites de prière, jeûnes périodiques, etc., si vous négligez ce qui est essentiel : l’obéissance à la Parole de Dieu ? N’avez-vous pas appris jusqu’à ce jour que « L’obéissance vaut mieux que les sacrifices » ? (1Sam.15 :22). « Mon peuple périt par manque de connaissance ! » (Os.4 :6).
N’avez-vous jamais lu que : «  la désobéissance est aussi coupable que la divination, et la résistance ne l’est pas moins que l’idolâtrie et les théraphim » (1Sam.15 :23). Aussi, en rejetant la Parole de Dieu, vous vous livrez à l’impudicité à cause de la divination établie au milieu de vous (même si vous appelez cela révélations ou prophéties)et vos cultes de prières et adorations  deviennent aussi coupables que des sacrifices d’idolâtries. Ceci donne vraiment un sens aux paroles du Seigneur en Apoc.2 :21. Méfiez-vous donc de ces cultes-là.

------------------------------

L’esprit de Constantin aujourd’hui

        
De même que l’’aide financière de l’empereur corrompit l’Eglise, à ce jour le balaamisme est aggravé par l’argent et les faveurs matériels de l’Etat qui place encore l’Église sous son autorité. Aussi, dans le souci d’entretenir ou préserver ce partenariat entre l’Eglise et l’Etat, qui bénéficie les leaders locaux des églises, aujourd’hui encore, nombreux sont ces prophètes qui ont cessé de communier à la table du Seigneur, pour manger à la table des rois et des princes de ce monde comme au temps du roi Achab, et leurs prophétisent des mensonges (1R.22 :6-28, etc.).
Et, à l’image du mariage entre l’empereur Constantin et l’église chrétienne, nous avons un cas flagrant avec ce qui est arrivé dernièrement en Côte d’ivoire où un président sortant s’entête, et dans sa lutte désespérée de s’accrocher au pouvoir, conduit à la mort bien des vies et plonge son pays dans le chaos. Vous voulez savoir le pourquoi de son entêtement ? Parce qu’un prétendu « prophète de Dieu » lui aurait prédit l’intervention divine qui lui garantirait gain de cause. Dites-moi donc : de quelle côté est passé la Parole de Dieu ? À qui imputeriez-vous le sang de ceux qui sont morts à cause de cette « prophétie » ? Avez-vous mesuré la responsabilité d’un tel « prophète », ô vous qui faites ces choses et approuvez ceux qui le font ?
Figurez-vous donc que le mariage entre l’Etat et la religion a pour objectif premier, de fortifier le pouvoir temporel d’un roi qui fait recours à l’influence que la religion exerce sur les multitudes. Ce qui était, c’est ce qui est ! Et, ceci n’est pas un cas isolé d’un seul pays. Car, bien des princes de ce monde rallient à leur autorité politique, l’influence du pouvoir religieux par le biais des conseils œcuméniques des églises nationales ou locales, qui travaillent en partenariat avec leurs gouvernements respectifs, pour soumettre ou subjuguer leurs « fidèles » respectifs.
En contrepartie, ces chefs religieux qui incarnent cette alliance entre l’Etat et la religion voient leur propre autorité et influence augmenter. Parrainés par l’Etat, ils sont désormais considérés comme les seules « voix obligatoires »  pour parler de la part de Dieu dans leurs pays respectifs. Nous pouvons donc noter que, si dans un premier temps, l’Etat s’est servi de la religion ; les chefs religieux « reconnus » par l’Etat se servent à leur tour de cette « légalité » pour s’élever et s’imposer à l’Eglise. Ils ne sont plus des « serviteurs », mais plutôt des « leaders » qui dominent et tyrannisent les peuples de Dieu placés sous leurs gardes.   Méditez Mat. 20 :25-28, et que Dieu vous aide à comprendre la Vérité.
En vrais ennemis de la Vérité de Dieu, ces « leaders religieux nationaux » combattent contre les vrais serviteurs de Dieu et la vraie église du Christ, peu influente qu’elle présente aux yeux du pouvoir politique comme une secte pernicieuse.  Ici aussi, ce qui était, c’est ce qui est !
Aussi, je ne cesserai de le rappeler à l’intention des élus : Méfiez-vous de ces conseils œcuméniques et de tout autre mouvement du genre ! DIEU N’Y EST POINT ! Méfiez-vous de ces « leaders religieux », ô peuple de Dieu ! Je vous le dis en Vérité : ils ne servent pas Dieu ; ils servent plutôt leurs propres intérêts.

♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦