LA DOCTRINE DE L’INFAILLIBILITÉ DES PROPHÈTES

Le Seigneur Jésus manifesté après Jean-Baptiste, lui a rendu témoignage qu’il était grand (Mat.11 :7-11). Cependant, Il affirme :
« Jean était la lampe qui brûle et qui luit, et vous avez voulu vous réjouir une heure à sa lumière. Moi, j'ai un témoignage plus grand que celui de Jean » (Jn. 5 :35,36)
Oui, malheureusement, dans les « églises des prophètes »en ce temps de la fin, nous avons des gens qui sont restés attachées aux lampes qui luisaient par les ministères des serviteurs de Dieu qui ont déjà achevé l’œuvre qui leur a été donné de réaliser ; et veulent encore se réjouir à cette lumière-là (je ne parle pas ici des présumés « prophètes » que se sont eux-mêmes recommandés comme tel à l’Eglise ; cherchant à dominer sur la foi des faibles). Ce qu’ils ne savent pas, ce que aujourd’hui, nous avons un témoignage beaucoup plus grand ; qui n’a rien à voir avec les intérêts des églises ; mais avec la venue imminente de l’Epoux. 
Paul n’a-t-il pas été aussi accusé, en son temps, de contredire Moïse par les fanatiques juifs ? N’était-il pas lui-même israélite comme tous les autres? Ne savait-il pas qu’il ne s’est point levé en Israël un prophète semblable à Moïse ; selon le témoignage des écritures ? Bien sûr ! Mais, il explique en 2Cor.3 : 7-13, que le ministère apostolique était beaucoup plus glorieux que celui de Moïse et des prophètes de l’ancien testament. Cela pouvait irriter, indigner (et de quelle manière !) les fanatiques juifs. Pourtant, son témoignage est vrai.
Encore vrai, cet autre témoignage de l’apôtre, quand il affirme : « Nous connaissons en partie, nous prophétisons en partie ». La plénitude étant en Christ, Seul. C’est donc Lui et Lui Seul qui détient le pouvoir d’infaillibilité dans toutes les générations. Cependant, Il ne révèle ces choses que par le Saint-Esprit à Son peuple, lorsque les événements, les temps et les circonstances marqués d’avance dans la prophétie s’accomplissent.
Aussi, moi quand Le Seigneur m’envoi prêcher une chose qui a été dit autrement ; ou que ma prédication apporte une correction sur ce qui a été dit avant moi. Je l’annonce sans regarder à l’apparence des personnes. Je ne m’attaque jamais aux gloires. Je n’insulte jamais les autorités établies dans l’œuvre du Seigneur. Quand bien même certains adorateurs attachés à la personne de tel serviteur ou tel autre (et non à Christ) pense le contraire, et voient notre ministère d’un mauvais œil.
Figurez-vous que dans la prophétie de Daniel où les oracles maintenus secrets pour les temps de la fin sont donnés au prophète, Seul « L’homme vêtu de lin » détenait la réponse aux questions sur les mystères qui étaient confiés à Daniel. C’est Lui qui donna l’ordre à l’ange d’expliquer la vision à Daniel. C’est Lui qui révéla à Daniel (en partie) les temps marqués dans la prophétie pour l’accomplissement de ces choses. C’est encore Lui qui révéla au prophète les limites de son ministère, sa fin ; et lui fit la promesse de l’héritage. Dans le livre d’Apocalypse quand le mystère des sept étoiles (les sept anges ou messagers) est révélé à Jean, c’est encore Lui qui ordonna à l’apôtre d’écrire ce qu’il a vu et entendu de Lui et de l’envoyer à chacun de ces sept messagers (Apoc.1 :11-20 e les chapitres 2 et 3). Si ceci n’est pas suffisant pour vous amener à comprendre qui est Celui en qui habite la plénitude, et qui détient le pouvoir d’infaillibilité… Celui qui est supérieur aux prophètes et a reçu un nom beaucoup plus excellent que celui de n’importe quel ange ; alors vous n’avez pas reçu l’amour de la Vérité pour être sauvés.
Seul Jésus décrètera la fin de l’œuvre du ministère, lorsque Le Saint-Esprit aurait conduit l’Epouse dans la salle des noces ; à l’enlèvement. Tant que l’enlèvement n’aura pas eu lieu, il y aura toujours et encore quelqu’un sur la terre pour parler de la part de Dieu. Dans les « églises des prophètes » l’entendement est différent. Ici l’œuvre de Dieu est achevé avec l’ « avènement du prophète».
Aujourd’hui les adeptes des « églises des prophètes » me demandent : « il y a seulement sept messagers. Et toi qui es-tu ? ». « Tu n’es pas un prophète. Or, la Parole ne vient qu’au prophète. Par quelle autorité parles-tu » ?C’est à vous de me le dire… à vous de répondre à ces questions que vos propres dogmes suggèrent. Parce qu’alors que vous croyiez que seul votre prophète détient le monopole de la Vérité absolue, et qu’il aurait achevé l’œuvre du ministère pour l’édification de l’Eglise ; vous êtes maintenant étourdis de nous voir surgir avec un vrai témoignage de la Parole. Vous êtes convaincus que nous prêchons la Vérité. Mais vous vous demandez comment cela serait possible, si nous ne sommes pas « passés » par le « prophète » ? En vérité, nous ne faisons pas partie d’une « église de prophète» ; nous sommes prédicateurs de l’ « Eglise de Jésus-Christ ». Là où Le Saint-Esprit distribue les dons selon Sa volonté, à qui Il veut. Car, personne ne peut recevoir quelque chose si cela ne lui a été donné du ciel (ces paroles-là ne sont pas miennes).
Oui, nous, nous sommes de l’Eglise de Jésus-Christ. Nous prêchons l’Evangile du Royaume, avant que la fin n’arrive (Mat.24 :14). Avez-vous jamais lu et compris ce qui est dit dans la parabole des ouvriers loués à la dernière heure ?(Mat.20 :6-16) C’est ici où nous surgissons dans la moisson. Etant moi-même l’un de ceux-là.
Et, Celui qui m’a envoyé rendre témoignage à ces choses m’a dit : « Dénoncer l’action des esprits séducteurs et rétablir la Vérité : voilà l’œuvre à laquelle Je t’ai appelé »
Et ma prédication se résume en ceci : n’adorez pas celui ou ceux qui ont reçu les dons ; adorez plutôt et SEULEMENT Celui qui a fait les dons. Et savez-vous à qui Il a fait les dons ? AUX HOMMES ! Aussi je persiste et signe : Dieu n’a pas envoyé des esprits divins ou des créatures célestes pour annoncer l’Evangile à l’Eglise ; Non ! Le LOGOS S’est une fois incarné en Jésus-homme, Le Christ, pour réconcilier le monde avec Lui-même. Et, par Lui (Le LOGOS), Dieu a fait des dons AUX HOMMES et les a établi dans le ministère pour l’édification de l’Eglise dans la foi et le perfectionnement des saints. Et, ceci passe par la connaissance parfaite du Fils de Dieu. Tout le reste est chimérique… utopique.  Hors fondement de l’Eglise du Christ. Interprétations particulières de la prophétie des écritures par des hommes dépourvus d’entendement sur le Conseil de Dieu.
Seul Dieu est infaillible. Seul Lui détient le pouvoir d’infaillibilité ; par Sa Parole.
« Souvenez-vous de ce qui s'est passé dès les temps anciens; Car je suis Dieu, et il n'y en a point d'autre, Je suis Dieu, et nul n'est semblable à moi. J'annonce dès le commencement ce qui doit arriver, Et longtemps d'avance ce qui n'est pas encore accompli; Je dis: Mes arrêts subsisteront, Et j'exécuterai toute ma volonté.(Es.46.9, 10)
Cette infaillibilité de la Parole se trouve dans la révélation que Dieu donne à l’homme ; et non pas dans la « personne» ; ni dans le ministère d’un prédicateur. Lorsque, Le LOGOS (La Parole produit par l’Esprit ou l’onction)se révèle dans sa bouche (non dans sa propre pensée) ; selon qu’il prêche par révélation, par doctrine, par connaissance ou par prophétie (1Cor.14 :6)
Quand Le Saint-Esprit apporte une révélation à l’homme, nous sommes devant la Parole infaillible de Dieu. Cependant, n’oublions pas que si Le Saint-Esprit (Esprit de la révélation) n’est pas soumis à l’homme ; les esprits des prophètes sont eux soumis aux prophètes. Donc, l’insuffisance de l’homme à comprendre la pensée divine et à l’interpréter justifie pourquoi la Parole de Dieu nous recommande de ne pas mépriser les prophéties, mais d’«examiner »toutes les choses qui y sont annoncées et de retenir ce qui est bon (1Thes.5 :20,21). Or, personne ne peut « examiner » la Parole de Dieu ; car Elle est éprouvée et emphatique en soi-même (2Sam.22 :31, Ps.18 :30 ; 119 :140 ; Prov.30 :5). Mais les prophéties qui sortent de la bouche de l’homme, elles, doivent être examinées et discernées. Pour ôter d’elles ce que l’interférence de l’esprit de l’homme (l’esprit du prophète) peut produire dans la prédication. C’est ici la preuve irréfutable que les prophéties et prédictions d’un homme ne sont pas infaillibles ; alors que la Parole de Dieu l’est.  Et lorsque Paul dit : « Nous connaissons tous en partie, et nous prophétisons en partie »,c’est à cause de l’Esprit qui est donné avec mesure  à tous ceux qui ont reçu les dons du Christ ; en accord avec le don et la mission. Contrairement à Jésus de Nazaré (Le Christ) : « parce que Dieu ne lui donne pas l'Esprit avec mesure. » (Jn.3 :34)
On peut donc avoir deux docteurs ou évangélistes, trois pasteurs, quatre prophètes ou douze apôtres ; chacun ayant une mesure différente de l’autre. C’est donc la mission départie à chacun d’eux qui détermine la différence de mesure ; toutefois le même don.
Regardez Daniel… Il reçut les visites des anges, vit Le Fils de L’homme, L’ancien des jours, etc. Les visions qui lui furent données contenaient la révélation des choses à venir. Un ange céleste lui donna l’explication de la vision. Mais que dit-il à la fin : « J'entendis, mais je ne compris pas… » (Dan.12.8). Ceci prouve que, malgré l’excellence de ces choses qui lui furent confiées, Daniel n’avait pas le pouvoir d’infaillibilité. Cependant, les révélations qu’il a reçues étaient quant à elles… INFAILLIBLES.
L’apôtre Pierre, dans sa prédication, confirme cette limitation de l’homme-prophète en 1Pi.1 :10-12 ; en affirmant que les prophètes de l’ancien testament, après avoir prophétisé : « ont fait de ce salut l'objet de leurs recherches et de leurs investigations, voulant sonder l'époque et les circonstances marquées par l'Esprit de Christ qui était en eux. »Jusqu’à ce qu’il leur fut révélé que ces choses n’appartenaient pas à leur temps. Voyez-vous ? Le LOGOS était sur eux et dans leur bouche. Cependant, cela ne leur a pas donné LE PRIVILEGE DE TOUT SAVOIR. Détrompez-vous, vous qui croyez et enseignez aujourd’hui que seuls les prophètes ont le monopole de la Vérité dans leurs générations respectives. Un prophète ne peut pas aussi penser que, le fait d’avoir reçu la révélation de quelque chose lui donne le prétexte d’en être forcément l’enseignant. Non ! Il doit transmettre ce qu’il a reçu et se limiter à cela. Il ne doit pas se mettre à sonder le futur et en parler sans mandat. Soyons humbles !
S’il y a quelque doute sur ce qu’un prophète aurait annoncé, plaise au Seigneur et à Lui Seul, d’utiliser celui qu’Il veut pour nous en donner la pleine connaissance ; lorsque l’époque et les circonstances marquées dans ce qui a été annoncé s’accomplissent.
Il en est de même de la science ou connaissance. Quand par l’Esprit de Dieu un serviteur reçoit la connaissance sur une doctrine, il parle avec exactitude de ces choses… beaucoup plus d’exactitude que celui qui essaie de sonder les écritures de lui-même, sans la révélation de l’Esprit. Ce qui rend ce dernier prédicateur susceptible à l’esprit de l’erreur. Il faut donc que Le LOGOS (la pensée du Christ) repose, d’abord,  sur l’homme, pour que celui-ci puisse parler ou enseigner ces choses avec EXACTITUDE. Et, dans ce cas, comme dans les autres, Le LOGOS n’a pas besoin de s’incarner de nouveau. Il suffit qu’Il vous communique Sa pensée et vous recevez de la connaissance ; de l’entendement pour connaître et comprendre Ses voies.
Voyez ce qui est arrivé avec Daniel… Il a entendu et transmis ce qui lui a été révélé. Cependant, lui-même n’a pas compris. Et lorsqu’il voulut comprendre, on lui dira que cela appartenait à un futur lointain. Daniel ne s’est pas égaré dans les prédictions en voulant à tout prix savoir, ou en s’efforçant de lui-même de parler de ce qui allait arriver après lui. Il s’est endormit, et… lorsque viendra le jour, il recevra sa récompense pour ce qu’il a fait pour nous tous. Dans la réponse de « L’homme vêtu de lin » à Daniel (si celui qui lit fait attention), il devient aisé de comprendre que : celui qui commence une œuvre n’est pas forcément celui qui l’achève ; et que l’œuvre de Dieu ne pas dépendante d’un seul individu.
Voilà pourquoi, en ce qui nous concerne, nous l’Eglise du Christ, l’apôtre Paul enseigne ceci en 1Cor.12 :
« Or, à chacun la manifestation de l'Esprit est donnée pour l'utilité commune. » (v.7)
« Un seul et même Esprit opère toutes ces choses, les distribuant à chacun en particulier comme il veut. » (v.11)
« Maintenant donc il y a plusieurs membres, et un seul corps. L'œil ne peut pas dire à la main: Je n'ai pas besoin de toi; ni la tête dire aux pieds: Je n'ai pas besoin de vous. » (v.20, 21)
Nous comprenons donc que contrairement à ce qui arrivé dans l’ancienne dispensation avec Israël ; dans l’Eglise du Christ, la manifestation de l’Esprit est donnée à chacun de ces ministres pour l’utilité  de toute l’Eglise. Et, si les hommes sont différents, ainsi que les dons et les mesures qui caractérisent leurs ministères ; cependant Un Seul et même Esprit opère en tous. Le Seigneur a pourvu à tous les dons qui se complètent comme membres d’un  seul et même corps. Le prophète ne peut donc pas se passer de l’apôtre ; ni le docteur dire pasteur ou à l’évangéliste : je n’ai pas besoin de toi ; e vice-versa. Tous ces ministres appartiennent à l’Eglise du Christ, et ne peuvent donc pas la diviser ; mais l’unir plutôt. Voilà pourquoi je hais les œuvres de ces fanatiques religieux des églises prophétiques. Les œuvres ; pas les hommes. Car, toutes ces discussions autour des personnes des serviteurs n’avancent en rien l’œuvre de Dieu dans la foi.
Maintenant… affirmer qu’un de ces envoyés de Dieu détient le « pouvoir d’infaillibilité » dans sa génération est une aberration. Car, ces hommes ne sont pas « infaillibles » ; ni dans leur nature ; ni dans leurs ministères.
Voyez l’exemple du souverain sacrificateur Aaron et son importance dans le culte. Il était investi par un mandat divin. Cependant il fit un veau d’or. Ce qui est une bavure ! Dieu l’a-t-Il pourtant rejeté pour toujours ? Non !
Le grand prophète Moïse investit d’un mandat divin commit une bévue en frappant le rocher au lieu de lui parler ; comme Dieu le lui a recommandé. Vous voyez cela ? N’est-ce pas ici une mauvaise interprétation  de la Parole et volonté divine par cet homme extraordinairement oint ? Bien sûr ! Dieu l’a-t-il rejeté pour autant ? Non ! Au contraire, Il empêcha que Satan n’emportât son corps.
Voyez Elie, après la mission du Mont Carmel… il s’enfuit devant Jézabel (lui qui avait terrassé quelques jours avant un nombre considérable des prophètes de faux dieux) et dit : « on a tué tous tes prophètes, je suis resté seul ». Mais non, voyons ! Il y avait sept mille personnes qui se tenaient dans la Vérité en ce jour-là. Élie, le prophète, le savait-il ? Non ! Or, le concept « infaillibilité » présume l’ « omniscience ». Que dirions-nous donc ? N’était-il pas dans l’erreur ce jour-là dans sa prédiction ? C’est évident !
Les exemples du genre abondent dans la Bible. Et, tous ce cas prouvent qu’aucun « homme »-serviteur qui parle ou agit de la part de Dieu peut être regardé comme « infaillible »
Abraham a proclamé qu’Eliezer de Damas serait son héritier (Gen.15 :2) ; même après avoir reçu la visite de Dieu (Gen.18 :1), et reçut de Lui d’autres importantes révélations. C’était une fausse prédiction. Nathan, sans consulter Dieu à propos, a dit au roi David qu’il pouvait édifier une maison pour Dieu (2Sam7 :3) ;  bien que de sa bouche David ait entendu beaucoup des choses justes de la part de Dieu, cette prédiction-là était fausse. Voilà ! Ces hommes de Dieu ne détenaient point le pouvoir d’infaillibilité dans leurs générations. Non !
Paul, apôtre des gentils, n’a jamais dit qu’il détenait le pouvoir d’infaillibilité dans le premier âge. Quand on l’interrogea sur le mariage, en homme prudent, lorsqu’il exhorte les hommes à rester comme lui (donc célibataires), ou qu’il exhorte les mariés à des non-croyant à demeurer ensemble malgré les incertitudes, il prend soin de souligner : «Je dis cela par condescendance, je n'en fais pas un ordre… Ce n’est pas le Seigneur, c’est moi ». Mais, lorsqu’il enseigne que la femme doit se tenir en silence dans l’Eglise ou porter un voile quand il prie ou prophétise, il affirme : « C’est ainsi dit le Seigneur ». Et quand il s’agit d’un « ainsi dit le Seigneur », c’est avec assurance qu’il met au défi n’importe quel autre prédicateur, disant : « Si quelqu'un croit être prophète ou inspiré, qu'il reconnaisse que ce que je vous écris est un commandement du Seigneur. » (1Cor.14 :37). Voyez-vous ? Comprenez donc que c’est l’ « Ainsi dit le Seigneur » ou le « commandement du Seigneur » dans la bouche de Son serviteur qui est infaillible. Il n’en est pas de même quand il prédit ou émet son propre point de vue sur une question ou situation informelle qui se présente dans l’Eglise. Dans ce dernier cas, l’apôtre du Seigneur parlait par « condescendance » (ou permission).
Malgré l’excellence des révélations qu’il a reçues du Seigneur, Paul ne s’est point discuté le « pouvoir d’infaillibilité » dans sa génération avec les autres apôtres et serviteurs du Seigneur avant lui. Ni même avec ceux qui, comme Apollos apparurent après lui. Il nous a enseigné plutôt à ne pas nous perdre en discussions dans des comparaisons entre les serviteurs du Seigneur (1Cor.3 :3-11). Pourquoi ? Car (faites attention au v.5 :
« Qu'est-ce donc qu'Apollos, et qu'est-ce que Paul? Des serviteurs, par le moyen desquels vous avez cru, selon que le Seigneur l'a DONNE à chacun. »
Aussi je répète le commandement ; aux v.21-23:
«Que personne donc ne mette sa gloire dans des hommes; car tout est à vous, soit Paul, soit Apollos, soit Céphas, soit le monde, soit la vie, soit la mort, soit les choses présentes, soit les choses à venir. Tout est à vous; et vous êtes à Christ, et Christ est à Dieu. »
Oui, tous ces apôtres, prophètes, pasteurs, évangélistes ou docteurs… les anges-messagers des églises, etc. sont à nous. Cependant, nous ne les leur appartenons pas ! Nous appartenons à Christ, et Christ à Dieu.
Donc, nous ne sommes pas disciples de ces serviteurs de Dieu ; nous sommes enfants de Dieu, disciples du Christ. 
Si je m’attaque aujourd’hui à la « doctrine d’infaillibilité du prophète », ce n’est pas pour mépriser les autorités et insulter les gloires ; ce n’est pas pour m’insurger contre le ministère des prophètes. Malheur à moi si je le fais. C’est plutôt parce que, d’une « simple affirmation », les gens ont transformé cette conception en « doctrine » dans le seul but de dominer sur l’Église et la corrompre par des faux enseignements. Et, en même temps, empêcher ceux qui veulent écouter et prêter attention à ce que Dieu dit ou fait par l’intermédiaire d’autres instruments choisis et envoyés par Lui dans la moisson ; alors que l’œuvre touche à sa fin.
La « doctrine d’infaillibilité du prophète » place un individu aux côtés du Christ ; dans la condition du LOGOS incarné. Peut-être que vous ne le savez pas ; ou que vous l’avez déjà oublié… Ce fut en 1870, l’Eglise de Rome proclama l’infaillibilité du Pape. À partir de ce moment-là, le pape («prophète-majeur » de l’Eglise catholique) fut élevé à la condition de « Vicarius Filii Dei) ; donc : Celui qui peut prendre la place du « Fils de Dieu » et légiférer à Sa Place. Sa voix étant égale à la voix de Dieu. Et comme je l’ai déjà cité plus d’une fois, l’Eglise Catholique Romaine reconnaît que : « Le pape a le pouvoir de changer les temps et de révoquer les lois, de dispenser toutes choses, jusqu'aux préceptes du Christ ».   
Ce qui fait que cette église, par la voix de son Pape, peut annuler le commandement de Dieu au profit de leurs propres dogmes. Or, c’est ce même principe qui caractérise TOUTES les « églises des prophètes ».
Là où le témoignage des Écritures est annulé au profit des paroles, prédictions et interprétations qu’un homme fait de la Parole de Dieu. Ses propres paroles deviennent des « Ainsi dit Le Seigneur » et sa propre pensée est égalée à la pensée de Dieu. Cette chose-là ne vient pas de Dieu ; mais plutôt des esprits trompeurs, pour la séduction !
Cependant, personne ne se souvient des avertissements contenus dans 2Tim.3 : 16,17 ; 2 Pi.1 :20,21 ; et surtout de la propre affirmation du Seigneur Jésus, comme quoi : L’Ecriture ne peut être annulée ! Aussi, dans cette génération où la Bible est subordonnée et méprisée dans les « églises des prophètes », c’est pour vous exhorter à « garder le dépôt » qui nous a été transmis par les pères de la foi dès le commencement que je parle. Selon qu’il est écrit :
« Ne déplace pas la borne ancienne, Que tes pères ont posée » (Prov.22 :28)

 

--------------------------------------------