DE LA PENTECÔTE AU PENTECOTISME:

DEUX VISIONS DÉCISIVES SUR LA CHUTE D’UN SYSTÈME

Je commençai à avoir des visions, peu après ma conversion en juillet de 1992. Et, comme à l’époque, j'étais peu expérimenté dans les choses de Dieu, je me limitai à conter ces visions à mes pasteurs et autres frères, beaucoup plus avancés que moi dans la foi. Chacun essayait d'interpréter ces choses qui m’étaient données à sa manière; parlant tantôt d’une manière, tantôt d’une autre. Si bien qu’à la fin, je finis par être surnommé l’ "homme de révélations", sur un ton de moquerie et de mépris, bien sûr. Mais qui est donc celui-là qui, par sa seule volonté, peut produire une prophétie; que ce soit en paroles, vision ou songe? Ce fut donc dans cette ambiance-là que je reçus les deux visions que je vais conter ici:   

 

C’était en 1993… je fréquentai encore une assemblée pentecôtiste où je m’étais converti au Seigneur une année auparavant. Nous avons été invités à assister à une réunion (séminaire biblique, comme on appelle cela) de réveil, guérisons et miracles, ayant pour thème : "Qui me délivrera de ce misérable corps de péché"? Je regardais le pasteur, très attentif à son sermon, quand la chose est arrivée: J'ai vu une grenouille géante, sur la chaire, devant le pasteur. Je sursauta sur ma chaise: "Peut-être que je me suis distrait un peu et que j'aie somnolé sans m’en rendre compte", pensais-je en moi-même… Mais, j'avais à peine changé de position, que cela arriva de nouveau: Le pasteur était en train de prêcher son sermon là, à la manière pentecôtiste, mais bien devant lui… sur la chaire où reposait la Bible et la hauteur de sa bouche, MES YEUX ONT VU UNE GRENOUILLE. La vision s’est fixée quelques secondes et puis… plus rien. "C'est l'esprit d’orgueil et de vanité", me dirait-on plus tard par la majorité des personnes que j’ai consultées. Cela pouvait bien avoir quelque sens ; surtout quand je connus plus tard et de plus près ce prédicateur (c’était le genre d’hommes qui passe beaucoup de temps à parler d’eux-mêmes, dans le genre de "Moi j'ai fait .., j'étais… je suis", etc.). "C'est l'esprit rétrograde - me dirait un autre frère - parce que quand la grenouille saute, elle regarde toujours en arrière d’où elle est venue… ".    
Trois ans plus tard, le Seigneur m'ouvrit l'intelligence pour comprendre la vision qu'Il m’avait donnée: LA GRENOUILLE EST UN ESPRIT IMPUR DANS LA BOUCHE DES FAUX PROPHÈTES; ESPRIT DE DEMONS QUI OPÈRE LES SIGNES ET PRODIGES MENSONGERS POUR LA SÉDUCTION (Apoc.16:13-15). Aujourd'hui, j'ai observé attentivement les cultes dans les milieux pentecôtistes ; là où le Parole est méprisée par les pasteurs et leurs auditeurs en quête des signes et de quelques solutions miraculeuses pour satisfaire leurs convoitises et passions ("la démangeaison d’écouter des choses agréables"), et j'ai compris la VISION DE LA GRENOUILLE. Aussi, tout comme le prophète Michée l’a fait en son jour, je m’efforces aujourd'hui, moi aussi, à éveiller l'entendement de l’Église du Christ sur cette chose: Il y a UN ESPRIT DE MENSONGE DANS LA BOUCHE DE CES PROPHÈTES qui font leur apparition au milieu de nous en cette dernière heure, animés d’onctions étranges et singulières, pour séduire avec des signes et prodiges mensongers tous ceux-là qui - comme le roi Achab – n’ont pas reçu l'amour de la vérité pour le salut. Les prophéties de Mat.24:24; 2Thes2:7-9; 2Pi.2:1-3, etc. sont en train de s’accomplir au milieu de nous. Heureux l’homme qui ne se laisse pas fasciner!   

    2. LA DEUXIÈME VISION: VISION DU CHIEN   
   
Cette fois-ci, c'était en 1996: j’étais tout juste revenu à Luanda après avoir passé quelque temps dans l'intérieur du pays. Apparemment une campagne d'évangélisation (à la manière pentecôtiste), avait eu lieu durant mon absence. Je pris connaissance de cela, à partir des nombreuses affiches publicitaires collées aux murs. Mais, c’est justement en regardant  distraitement à l’une de ces annonces que je reçu la vision : Je vis sur l’une de ces affiches, quelque chose semblable à UN CHIEN, avec la langue pendante de la gueule ouverte, assis sur les pattes de derrière. Alarmé, je m’approchai pour la première fois de cette annonce, afin de voir, de près, de quoi il s’agissait. Et là, je vis une prédicatrice (une femme qui se disait pasteur) agenouillée sur la photo ; tenant un micro à la main : il s’agissait bien de l'oratrice principale de cette campagne. Trois jours plus tard, en passant dans une autre rue, je me butai cette fois encore à la même annonce, et une fois de plus la même vision me fut donnée. Et lorsque je m’approcha pour voir de près, je vis la même chose comme la fois précédente… Bien plus tard, je reçu l’interprétation de la vision par l’Esprit à travers l’écriture de 2Pi. 2:17-22.      
Je compris que le mouvement pentecôtiste était définitivement déchu de la grâce de Dieu, et que, tel un chien qui retourne à ce qu’il a vomi, et la truie lavée qui se vautre de nouveau dans le bourbier,  beaucoup de ces pasteurs qui promettent la liberté (guérison, délivrance, etc.), sont eux-mêmes esclaves de la corruption qui a triomphé d’eux ; au point d’abandonner la vraie vocation qui est céleste pour revenir aux rudiments du monde. Et, parlant avec arrogance et selon la vanité, ils incitent les hommes à s’amasser des trésors sur la terre (contredisant ainsi les enseignements du Christ - Mat.6); et par leur "Évangile" (l’"évangile du nouvel âge" ou "la troisième vague", comme on l’appelle), excitent à la convoitise, à la luxure et à l'avidité, à la cupidité et à l’ambition… ramenant ainsi dans la voie de la destruction et de la perdition, ces croyants qui prirent un jour la décision d'abandonner la mondanité et ses passions. Faisant ainsi de ces prosélytes, de fils de l’enfer, deux fois plus qu’eux-mêmes ne le sont. Aujourd'hui, la multitude adore dans le mensonge sans s’en rendre compte; travaillant ainsi pour la nourriture qui périt, au lieu de porter envie à cette bonne nourriture qui demeure pour la vie éternelle. Nous assistons de nouveau à la renaissance du culte du VEAU D'OR : le culte à Mammon, caractérisé dans les églises, par une course effrénée à l'enrichissement et à la recherche du profit, d’une vie facile et abondante. Par le canal de ces pasteurs (conducteurs ou leaders matérialistes, une porte s’est ouverte pour que LE MONDE SE FASSE PRÉSENT DANS l'ÉGLISE. Comme l’a bien souligné quelqu'un: "J'ai trouvé le monde dans l'Église, et l'Église dans le monde". C'est cela la VISION DU CHIEN.
Le pentecôtisme est devenu juste une caverne de voleurs et des brigands: ces faux prophètes qui promettent des guérisons miraculeuses, succès financiers, voyages à l’étranger… en échange de quelques avantages (dîmes, offrandes de prophètes, etc.); un véritable repaire des esprits impurs qui se dissimulent sous l’apparence de la piété, mais rejettent la Parole de Dieu et renient le Seul Sauveur, allant après des signes et miracles mensongers. Les faux maîtres ou docteurs introduisent furtivement des hérésies de la perdition et beaucoup les suivent dans leur dissolution. Satan essaie de séduire dans ce milieu (si possible) même les élus. Mais, le Seigneur dit  dans cette révélation: "Voici Je viens comme un voleur. Heureux celui qui veille, et qui garde ses vêtements, afin qu’il ne marche pas nu et qu’on ne voie pas sa honte ! " (Apoc.16:15). Quelqu’un se souvient-il que l’ère de Laodicée dans laquelle nous vivons est caractérisée par la nudité spirituelle? À ce jour, j'ai compris comment le mystère de l'iniquité agit dans ces réunions pentecôtistes, apportant avec elle, la grande apostasie qui s'est installée aujourd'hui dans ces cultes.    
C'était au cours de cette même année de 1996 que le Seigneur éveilla mon attention sur L'AUTEL RESTAURÉ, lorsque Sa Parole me fut dirigée cette nuit-là en ces termes: "La restauration de l'autel ! Quoi qu’il arrive, DEMEUREZ DANS LE FONDEMENT". C’est ainsi que trois ans après avoir reçu le baptême du Saint-Esprit, je me débarrassai des liens du pentecôtisme dont influence dans mon ministère était bien visible au début, et commençai à prêcher le MESSAGE DE LA RESTAURATION. Seul Dieu connaît le combat que j'ai supporté contre ceux qui, jusqu'à alors était mes amis, compagnons et frères; et qui désormais, me considéraient comme un hérétique.   
Avec patience, j’ai tout souffert, convaincu comme l'apôtre Pierre que, toute souffrance qui m’est imposée à cause de l'Évangile de la vérité, témoigne de l'Esprit de gloire qui repose sur moi. Cette même gloire qu'un jour sera révélée pour tous les saints. S'il n’en était pas ainsi, Satan nous aurait laissés en paix. Je me souviens encore de ces visions funèbres qui m'ont poursuivies en cette même époque, annonçant la mort de mon premier-né. J'en parlai à ma femme, et  à quelques-uns de mes proches. Cependant, personne ne peut imaginer cette douleur profonde qui me transperça lorsque, en cette aube du 12 février 1996 mon premier-né s’endormit. J’ai passé la nuit entière avec le rejeton dans mes bras, implorant le Seigneur pour qu'il le délivrât des liens de la mort. Fatigué, j'essaya de m'endormir, lorsque j’entendis cette Voix me dire : "Ne crains pas, l'âme de ton fils est entre mes mains". Je me réveillai en sursaut… juste pour voir mon fils partir. Je remis le corps inerte entre les mains de celle qui était jusque-là sa mère, et sortis pour respirer l’air frais du matin, la tête vide. Le Seigneur ne m'avait-il pas dit en prière : "Je glorifierai Mon nom au lever du jour" ? Aussi, me suis-je laissé convaincre que l’enfant guérirait à l’aube. Mais, Dieu avait décidé de m'humilier devant tous et de glorifier Son nom par le sommeil de mon fils. J'ai pleuré et j'ai enterré le petit au milieu de la moquerie: "Lui qui prie pour les malades… comment a-t-il laissé mourir son propre fils"?     
N'est-il pas écrit que: "toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu"? Le temps que j’ai passé en compagnie de GUERSCHOM (c’était son nom; ce qui signifie: "J’habite un pays étranger " - Ex.2:22), a constitué une grande leçon de FOI, et surtout de l'ESPERANCE QUI VA AU-DELÀ DE LA MORT. Parce que, aujourd'hui, plus que je  jamais, j’ai profondément compris le sens de ces paroles de 1Thes.4:13-17, comme aucun sermon dans ce monde ne me l'aurait jamais pu apprendre. Et, s’il y a quelque raison de se glorifier, certainement je me glorifierai sur Satan qui, voulant m’attrister à la mort, m’a bien au contraire, aider à envoyer une âme de plus vers la gloire; réservée pour les jours de noces. Je crois en cela, d’autant plus que, selon ce qui est écrit, cette âme a été sanctifiée par moi (1Cor.7:14). Mon fils dort, en attendant le GRAND JOUR. Ô Mort, où ton aiguillon? Je compris aussi que Dieu, dans Son immense amour pour moi, venait de m'envoyer Son ange dans un petit corps; avec une mission singulière pour moi, afin de me révéler ce que je suis effectivement: UN PÈLERIN SUR UNE TERRE ÉTRANGÈRE! C'est cela le message que m’a été dirigé à travers GUERSCHOM, ce grand prédicateur que le public n’a jamais connu. Mais, dont la vie (huit mois à mes côtés) et la mort, ont marqué considérablement tout mon ministère et ma carrière. Peu importe les circonstances dans lesquelles la leçon m'ai été donnée, aujourd'hui je sais que cet événement a ancré mon âme dans une espérance qui va et regarde beaucoup plus loin que ce que l'homme charnel voit et envie; c'est là où se trouve mon véritable trésor: dans l'invisible. Que craindrais-je donc? Dans ma lutte contre l'apostasie de l'église, je préfère la mort à la corruption. Car, le zèle de Sa maison me dévore aussi! 
        À ce jour donc, rien ne peut m’empêcher de rendre témoigner de ces choses que j'ai vu et entendu (Act.4:20). Car, non seulement, Christ par Sa mort et résurrection, a anéanti le diable qui détenait la puissance de la mort par le péché; mais aussi: "Il délivrât tous ceux qui, par crainte de la mort, étaient toute leur vie retenus dans la servitude" (Heb.2 :15).  
Oui, aujourd'hui beaucoup sont ces croyants, qui préfèrent la corruption de l'apostasie par crainte de perdre cette vie – ignorant que de toute façon qu’ils se condamnent à une mort beaucoup plus certaine. Le diable sait qu'ils ne peuvent pas résister jusqu’au sang, ou à la mort. Raison pour laquelle il continue à les maintenir dans la servitude du péché. Il appartient donc à l'Église du Christ de choisir entre les dures, mais brèves souffrances du temps présent qui précèdent la gloire, de la corruption qui engendre la mort définitive et sans repentance. Plaise à Dieu, que mon témoignage puisse libérer l'élu de cet asservissement: la dépendance du malin.   

 

    Le portrait de cet homme qui nous donné dans la prophétie de l'Apôtre Paul en 2Thes.2:3,4, nous révèle deux caractéristiques essentielles de l'IMPIE, encore appelé: Fils de la perdition qui, loin d'être un esprit ou une figure (personnalité) morale, comme l’affirme certains commentateurs, est plutôt un individu singulier. L'incarnation du diable ou du mal; l'adversaire qui commande la rébellion du monde contre Dieu et Ses voies. Comme il est écrit:
- "il s’élève au-dessus de tout ce qu’on appelle Dieu ou de ce qu’on adore ": l'hégémonie de l'Église catholique, considérée par l'homme charnel comme la détentrice de la vérité absolue sur les choses de Dieu, place son chef: le PAPE, au-dessus de toute autorité ecclésiastique des religions humaines. L’œcuménisme confirme cela.
Le livre de l'apocalypse 17 nous retrace l'image de cette église prophétiquement  représentée par une femme: BABYLONE LA GRANDE, la mère des impudiques (prostituées) et des abominations de la terre. La grande ville qui règne sur les rois de la terre. Comment a-t-elle atteint ce sommet? En s’élevant contre l'adoration de Dieu Véritable. Elle s’est enivrée du sang des saints et du sang des témoins de Jésus, réprimant et persécutant férocement la vraie église de la première heure. Si bien qu’elle finit par s'approprier ou usurper la prêtrise (sacerdoce) suprême du Christianisme (la religion du Christ). Bien plus, la grande ambition de cette église l’amena à conquérir aussi le pouvoir politique qui lui accorda le statut de RELIGION D'ÉTAT dans un empire qui a exercé sa domination dans le monde entier. Rome se servit alors de sa religion, représentée par cette église pour étendre son influence sur toute la terre. La "papauté" surgit sur cette lancée et mena les "croisades" sanglantes contre tous ce qui contredisait ses aspirations, prétentions et ambitions: les vrais adorateurs et les Juifs. Le bilan de ces fameuses et cruelles "guerres saintes" qui se sont réalisées sous l’égide  de l'Église de Rome tourne autour d’à peu près 68 millions d'âmes. Martyrisées pour s’être opposées au Catholicisme romain inspiré des traditions mythologiques gréco-romaines. Ayant concentré entre ses mains, les pouvoirs politiques et religieux, le Pape soumis sous son autorité et celui de son église, les rois du monde, les nations, les peuples et beaucoup de langues… dans le but d'usurper au moment opportun, l'adoration et la dignité du Prince des rois de ce monde; honneur et gloire qui appartiennent de droit,  au Seigneur Jésus-Christ, Seul. Ce qui n’était au commencement, juste qu’un petit enseignement par l’esprit de l’erreur (celui du faux prophète), s’est installé en système avec, à sa tête, un homme couronné : le Pape qui est un FAUX PROPHÈTE d'après la prophétie biblique ; mais d'après les hommes: souverain pontife, saint-père, etc… constituant ainsi, la plus haute autorité religieuse du monde; dominant sur les rois et princes de ce monde et leurs gouvernements respectifs.
- "il s'assoit dans le temple de Dieu, se proclamant lui-même Dieu ": Quelle est la position occupée par la divinité dans Son temple dans la représentation de l’ancien testament? Sinon dans le PROPITIATOIRE DU SAINT DES SAINTS. Aujourd'hui, l'Église du Dieu vivant est le temple du Seigneur. L'homme du péché "place" donc son trône (règne) dans l'église,  dans la fonction du "SAINT PÈRE"; capable d’accorder "ses" grâces et bénédictions à tout celui qui s’approche de lui; d’accorder le pardon des péchés, d’arracher une âme condamnée de l'enfer au "purgatoire" et, plus tard au ciel; de béatifier ou sanctifier (canoniser) les morts, etc... N’est-ce pas seulement Dieu qui a le pouvoir sur la vie et la mort? N’est-ce pas seulement le Seigneur Jésus-Christ qui détient la clé des vivants et des morts ?
Voici maintenant Son pouvoir usurpé par l'INIQUE; le Fils de la perdition qui utilise ses propres clefs pour faire ce qu’il veut dans l'église. Il impose sa propre loi, à son bon plaisir; sa parole est réputée infaillible. Il s’est autoproclamé: VICAIRE (le représentant ou "remplaçant") DU FILS DE DIEU (de latin: VICARIUS FILII DEI). Or, selon la Parole, LE FILS ET LE PÈRE SONT UN. C’est Ici  le blasphème.  Il est aussi considéré comme VICARIUS GENERALIS DEI IN TERRIS (le représentant - "remplaçant" - Général de Dieu sur la terre). C’est ici  la proclamation de sa divinité. Comme le confirme les sources littéraires catholiques:    
"Tous les noms qui sont appliqués dans les écritures à Christ, par le pouvoir desquels Il est établit la tête de l'église, sont applicables au Pape". BELARMINO. ON THE AUTORITY OF COUNCIL, Livro 2, Cap.17,    
"Tu es le pasteur, tu es le docteur, tu es le directeur, tu es un autre Dieu sur la terre" LABRE AND COSSART HISTORY OF THE COUNCILS, publiées en 1672, Vol.44. Col.109   
"Le pape a le pouvoir de changer les temps et de révoquer les lois, de dispenser toutes choses, jusqu'aux préceptes du Christ". DECRETAL DE TRANSLAT, EPISCOP. CAP.   
            CE N'EST PAS UNE COÏNCIDENCE! Non messieurs!