Le choix des types

Dans l’interprétation de la prophétie, il est de la plus haute importance de prendre garde aux types choisis. En ce qui concerne la promesse de Malachie 4, nombreux sont ceux qui recourent à Moise et à l’exode pour interpréter l’œuvre accomplie par le ministère d’Elie le prophète en ce temps de la fin. C’est absolument faux!       
         La loi de Moise donnée à Israël lors de son exode vers la terre promise ne s’applique ni ne s’identifie à l’œuvre de la restauration dans l’église, mais plutôt à la sortie de l’église du monde. Et dans ce cas précis, Moise est un type de Christ et non pas d’Elie ou d’un quelconque serviteur envoyé dans l’église.  C’est à quoi rendent témoignage les écritures (Deut.18:15,18). Même dans la préfiguration du premier temple terrestre ou tabernacle, c’est par Moise que Dieu appelait et établissait les hommes dans le service divin, préfigurant ainsi l’œuvre du Christ dans l’église. Et même quand on se réfère à l’Ancien Testament ou l’ancienne alliance il est toujours dit: Moise et les prophètes, ce qui veut dire ici que, d’une certaine manière, son ministère n’était pas compté parmi celui des prophètes qui ont paru en Israël - comme Elie -, mais qu’il était plutôt considérés comme le médiateur d’une alliance entre Dieu et Son peuple. C’est pourquoi quand on parle de la relation entre Dieu et Israël, il est toujours fait mention à la loi de Moise.
Que signifient ces choses pour l’église? L’Eglise ou “Eklesia” s’identifie à l’exode spirituel de la nouvelle alliance dont Jésus-Christ est le seul médiateur entre Dieu et les hommes. En ce qui concerne l’Eglise, notre exode a commencé quand Jésus entra dans le monde – comme Moise en Egypte – avec la bonne nouvelle du Royaume autrement appelé l’Evangile, c’est-à-dire, la VERITE qui nous libère de la servitude de ce monde des ténèbres et de son prince, Satan. C’est cela la doctrine de Dieu contenue dans les prescriptions que Jésus donna à Ses apôtres avec l’ordre d’enseigner ces choses à toutes les nations. Cette doctrine connue couramment à ce jour comme la doctrine des apôtres. Mais, que l’on dise “loi de Moise”, “Évangile de Jésus-Christ” ou “doctrine des apôtres”, il s’agit en réalité de la  propre loi de Dieu et de Sa propre doctrine, identifiée ici par ceux qui ont, premièrement, reçu la grâce excellente de transmettre ces choses en parlant à Son peuple EN SON NOM.
         Cela va sans dire que Dieu n’admet ou n’a pas établit dans la nouvelle alliance un autre médiateur entre son peuple et Lui, si ce n’est Jésus-Christ, Seul.  Et quelque soit la grâce qu’un homme aurait reçue, il est et reste ce qu’il est : un serviteur de l’église parmi tant d’autre, et doit être considéré comme tel. Toute attitude contraire, dans le sens d’une exaltation fanatique ou d’identification d’une partie de l’église à un homme fût-ce un véritable envoyé de Dieu n’est qu’une idolâtrie; une dénomination religieuse comme tant d’autres engendrées par l’esprit de l’erreur qui agit contre le but important de Dieu chez les insensés. Ceux-là qui regardent à l’apparence des personnes et des choses. L’évangile de Christ par la doctrine des apôtres: voilà l’accomplissement de tout ce qui est écrit dans la loi et les prophètes; LE TYPE PARFAIT; de l’ombre à la représentation exacte des choses. Voici pourquoi dans les enseignements de ces apôtres on retrouve plusieurs fois, ces paroles: “Selon qu’il est écrit”; “selon que le dit aussi la loi”; “autrefois”, etc.… Et l’apôtre Paul est plus explicite en 1Cor.10:1-11, quand il dit entre autres :
“Or, ces choses sont arrivées pour nous servir d’exemples, afin que nous n’ayons pas des mauvais désirs comme ils en ont eu… Ces choses leur sont arrivées pour servir d’exemples, et elles ont été écrites pour notre instruction, à nous qui sommes parvenus à la fin des siècles”.
         Nous, c’est-à-dire, l’église du Christ.  Car, les préceptes de la loi, c’était l’ombre des choses à venir, le corps ou l’exacte représentation des mêmes étant accomplit dans les enseignements du Christ.
         Oui, ces mauvais désirs, se sont manifestés plusieurs fois en Israël et ont menés plusieurs fois Israël à l’idolâtrie des peuples voisins. Exactement comme je l’ai démontré tout à l’heure: Babylone la Grande a enivré du vin de son impudicité tous les habitants de la terre, menant le monde religieux qui s’éloigne de l’œuvre de l’Esprit dans la prostitution et l’idolâtrie. Et que vous l’acceptiez ou non moi je  tiens ceci du Seigneur: le branhamisme à l’instar d’autres dénominations est l’une des filles de la grande prostituée. Leur fin est identique. Branham n’a-t-il pas dit que si vous allez dans le champ missionnaire avec son nom vous apportez la mort et non la vie? Qui donc parmi vous peut me convaincre de l’erreur?
         Israël a eu des mauvais désirs notamment quand il a voulu s’identifier à Moise. Ils ne reconnurent pas le jour de la visitation. Ils rejetèrent le message de l’heure apportée par Jésus et repris par ses apôtres et disciples. Même certains disciples de Jean Baptiste qui se sont rencontrés avec Paul à Ephèse ont voulu passer à côté du plan de salut. Parce qu’ils ont oublié que Jean n’était qu’un prophète, un envoyé, un simple homme. Quand bien même dans son humilité et souci de  vérité il a plusieurs fois affirmé qu’il n’était pas le Christ; qu’il fallait que le Christ croisse et que lui diminue. Les gens insensées frappées par sa doctrine oublièrent qu’il n’était qu’un envoyé et s’attachèrent à sa personne. Et vous savez quoi? Lorsque la glorieuse promesse fut accomplie, ILS N’ENTENDIRENT MÊME PAS PARLER DU SAINT-ESPRIT. Comme il y a une analogie frappante entre les deux périodes qui précèdent les deux venues du Christ! En cet âge aussi, les gens insensées, frappées par la doctrine du frère Branham commencèrent à se faire baptiser en son nom; à affirmer qu’il est le Fils de l’homme, l’un des sept esprits devant le trône de Dieu,  et tout ce blablabla qui font mal au cœur et à l’esprit des vrais élus. Et vous voulez vous faire passer pour quelque chose en disant que c’est nous qui ne comprenons rien du conseil de Dieu. De quel côté est donc passée la vérité? Ô, hommes dépourvus de sens!
         Même si je vous concède le type de Moise que vous vous acharnez de nous présenter, laissez-moi vous dire aussi que si tous ceux qui étudiaient Moise et s’identifiaient à son témoignage ne purent être sauvé au jour du Fils de l’homme – ils furent par contre endurcis – comment voulez-vous faire croire aux gens, en prenant le même type, que seuls ceux-là qui s’identifient au message du frère Branham seront enlevés? Une chose est “croire en Moise”, et une autre “être assis dans la chaire de Moise”. Jésus n’a pas réprouvé ceux-là qui croyaient en Moise, parce que Moise était fidèle dans toute la maison de Dieu, comme témoin - alors que Christ y est établit comme Fils sur toute chose -; Il a cependant réprouvé tous ceux qui pensaient que Moise pouvait les mener à Dieu en disant notamment: “Nul ne peut venir au Père que par Moi”. Aujourd’hui encore, une chose est “croire au témoignage du frère Branham”, une autre encore “être assis dans sa chaire”. La seconde option caractérise les vierges folles. Et leur fin est identique. Ne prenez pas cela pour une insulte. Ô, si seulement en parlant ainsi je pouvais ramener quelques-uns dans la voie de la justice!
         On peut encore observer que même si tout Israël s’identifie à la loi de Moise, les prophètes qui ont prophétisé après lui touchant la grâce de Dieu, n’ont pas basé leur ministère sur le “Ainsi a dit Moise”, mais plutôt sur le “Ainsi dit le Seigneur”; selon qu’il est écrit dans la loi.  Cette loi, appelée “la loi de Moise” et qui n’est autre que la propre loi de Dieu – pour ceux qui ont de la connaissance – contenait les préceptes et les ordonnances que Dieu a prescrit pour tout Israël (Mal.4:4), a tel point que le “Ainsi dit le Seigneur” venait dans la bouche des prophètes que Dieu a suscité après lui, afin d’apporter la lumière exacte dans la compréhension de ce qui était écrit dans cette loi. Le ministère des différents prophètes qui se sont levés en Israël avait pour finalité, de ramener les hommes de leurs générations respectives  à observer ce que Dieu leur a prescrit dans la loi et à combattre les mœurs religieux contemporaines qui égaraient, corrompaient et détruisaient le peuple de Dieu. De même que la doctrine des apôtres contient à ce jour les prescriptions et ordonnances que le Seigneur a ordonné pour toute l’Eglise; à tel point que toute révélation de l’évangile reçu par un serviteur en vue de l’œuvre du ministère, apporte la lumière nécessaire pour la compréhension de cette doctrine que nous avons dans la Bible comme fondement de notre foi. Tout ce qui s’éloigne de ce fondement est du diable. Il est vrai qu’un prophète qui se place tout près de l’accomplissement, ou mieux, qui vit l’accomplissement d’une promesse, a une vision beaucoup plus exacte que celui qui en est éloigné dans le temps. Mais en tout et pour tout, ils exercent, tous, un ministère unique et complémentaire. Voici pourquoi l’Ancien Testament est identifié à la LOI (de Moise ou de Dieu, selon que vous l’entendez) et aux PROPHETES. Même s’il n’est pas apparu en Israël un prophète puissant comme Moise, le ministère des prophètes étaient indispensables pour la compréhension exacte du plan de salut pour Israël et les nations. De même tous ceux qui, dans l’église, sont appelés et établis selon Ephésiens 4:10:16, exercent un ministère complémentaire à celui des apôtres, indispensable aussi dans la compréhension parfaite du dessein de Dieu.
         Pour en revenir à ce que je disais sur Malachie 4:5,6 (qui est déjà accomplit à l’heure que nous vivons), le type d’Elie le Tschisbite (1R.17:1, et la suite) est celui qui s’applique le mieux dans l’interprétation et la compréhension de la promesse  de Malachie 4; que ce soit dans le cas de la première ou de la seconde venue du Christ. Pourquoi? Parce qu’Israël ayant rejeté la loi de Dieu, tomba dans l’idolâtrie par les doctrines étrangères des nations païennes qui les environnaient. Il fallait donc une œuvre de restauration pour ramener Israël à se détourner de la fausse adoration, afin de revenir à l’autel de Celui qui était l’Esprit du témoignage de la loi : L’ETERNEL, DIEU D’ISRAËL. Il est vrai que ce n’est pas Elie qui a édifié l’autel de Dieu en Israël. Un autre l’a fait avant lui. Lui, il est venu réparé ce qui a été détruit au cours du temps. Rappelant ainsi au souvenir de tout Israël qui avait abandonné l’alliance de son Dieu et renversé Ses autels, ce qui était écrit; cette vérité qui avait disparu sur la place publique.
         Il y avait encore des prophètes de Dieu en Israël du temps du roi Achab. Mais la Souveraineté de Dieu a dispensé ce don à Elie. C’était seulement lui qui devait restaurer l’autel et pas un autre. Pourquoi? Parce qu’il était l’unique dans sa génération à ne s’être pas laissé entraîner dans la fausse doctrine qui corrompait et séduisait Israël? Non! (Méditez 1R.19:18 ou Rom.11:2-4 et vous comprendrez où je veux en venir). Même avant l’œuvre de la restauration, il y avait en Israël sept mille hommes, élus de Dieu - dont une centaine de prophètes qui, fuyant la persécution, se réfugièrent dans des cavernes (1R.18:13) – qui ne furent point séduit. Ce groupe-là appartenait à Dieu. Ils n’ont pas été sauvés par Elie, Dieu seul a fait cela. Il est Souverain dans Ses voies. Mais, c’est aussi Dieu qui a choisit Elie pour rétablir l’autel et combattre l’idolâtrie en Israël. Parce qu'il était un homme surnaturel? Loin de là! La Bible dit qu’il était un homme DE LA MEME NATURE que nous (Ja.5:17). Après avoir affronté Achab et terrassé quatre cent cinquante hommes, il dut s’enfuir devant la menace d’une femme. L’élection ne dépend ni de celui qui veut, ni de celui qui court, mais de Dieu qui fait grâce et miséricorde à qui Il veut. (Rom.9:15,16)
Voyez Elie à la fin: “Je suis resté seul”. Il croyait peut-être être unique dans sa génération. Que non! Dieu avait un petit groupe qui est demeuré dans la sainteté et la Parole de pureté.
Elie parti, il fallait que l’œuvre de Dieu se poursuive. Aussi donna-t-Il le même Esprit à Elisée. Ce n’est pas Elie qui a fait le don, il a seulement prophétisé sur ce qu’il allait arriver. Mais dites-moi donc, si l’autel était déjà restauré, si Israël avait déjà reconnu par le ministère d’Elie que “C’est l’Eternel qui est Dieu”. A quoi servirait le ministère d’Elisée? C’est parce que ceux qui ont de l’intelligence savent qu’après avoir reçu la révélation par Elie, même certains de ceux qui étaient présent au Mont Carmel en ce jour-là – qui ont vu et entendu - ne purent malheureusement pas se libérer des liens de l’apostasie. Que celui qui peut recevoir cette parole la reçoive. Aussi je ne me glorifierai pas si je disais que je ne connaissais rien sur Branham lorsque Dieu m’a donné le message de la restauration, avec la recommandation formelle de DEMEURER DANS LE FONDEMENT ORIGINEL. Je glorifierai plutôt le ministère du Saint-Esprit qui est encore à l’œuvre parmi nous. Amen! C’est ça la vérité!
Elisée n’est pas le type de l’église. C’est le type d’un ministre de Dieu, un oint après Elie, ayant reçu du Seigneur une mission particulière. La même chose est arrivée dans notre âge comme nous le verrons dans le prochain chapitre. S’il y a un type parfait pour l’église dans ce cas, c’est Israël, pas Elisée.
Autre chose, Israël a vu la colonne de feu par le ministère d’Elie au jour de la restauration de l’autel. Elisée avait lui un ministère complémentaire pour la continuité de l’œuvre de Dieu, MEME SI DU TEMPS DE SON MINISTERE LA COLONNE DE FEU N’EST PLUS APPARU EN ISRAËL. Ceux qui sont intelligent savent qu’elle était toujours là, dans Sa forme primitive: l’INVISIBILITE. Malheureusement, tous n’ont pas cette connaissance.
Dans l’église au temps de la fin, le prophète Elie promit dans Malachie 4 est “le prophète de la restauration” pour ramener, par ses enseignements,  l’église dans la doctrine des apôtres, qui est tombée et a été ensevelie sous les décombres des doctrines étrangères et des démons engendrées par l’idolâtrie des nations païennes. Cependant, même de son vivant, il y avait des gens sur la terre, oints par Dieu qui croyaient de la même manière que lui; qui aimaient et prêchaient la vérité au petit troupeau depuis l’âge de la sanctification, bien que n’ayant pas la connaissance parfaite de ces choses qui ne devaient et ne pouvaient être révélées que par l’accomplissement des temps, par l’homme ayant été prédestiné pour  cela. Voici pourquoi ce groupe des gens reconnurent l’œuvre de Dieu et acceptèrent Son messager et le témoignage de la vérité. Pourquoi?  Parce qu’ils n’ont pas plié les genoux devant les fausses doctrines.
Supportez encore un peu de folie de ma part pour que je vous dise que, même du vivant d’Elie, il y avait des prophètes de Dieu qui exerçaient leur ministère sur la terre. Tel, celui qui prédit à Achab la victoire sur Ben-Hadad et la Syrie (1R.20:13-42). Ce qui veut dire qu’Elie n’avait, ni le MONOPOLE de l’œuvre du ministère, ni un ministère TOTALITAIRE. Il était seulement ce que Dieu a voulu qu’il soit: le prophète de la restauration. C’était cela sa mission, dans la prescience de Dieu, et PERSONNE D’AUTRE QUE LUI NE POUVAIT, NI NE DEVAIT FAIRE CELA. David n’était-il pas serviteur de Dieu? N’a-t-il pas envisagé de construire un temple pour Dieu? Nathan, le prophète, n’y a-t-il pas consenti? Cependant Dieu a préféré Salomon à David pour l’œuvre de l’édification du temple. David aurait-il cessé d’être l’homme selon Son cœur; celui qui ferait TOUTES Ses volontés? La construction de temple à Jérusalem n’était-ce pas une des volontés de Dieu? Ou encore, Dieu en choisissant Salomon ignorait-Il qu’un jour ce dernier se choisirait milles femmes et tomberait dans l’idolâtrie? (Ça c’est pour ceux-là qui s’acharnent à chercher des “erreurs” dans les prédications et la vie des hommes de Dieu). Ne faites pas ça! Qui es-tu ô toi qui juges le serviteur d’autrui? Jugeras-tu aussi Dieu qui a fait le choix? Si je suis déchaîné ainsi contre l’action de l’esprit de l’erreur contre le message de notre âge, c’est parce que j’ai la foi que Dieu est puissant pour relever ceux qui sont tombés et sa Parole dit qu’Il le fera, LORSQUE RETENTIRA LE CRI DU MILIEU DE LA NUIT. Aussi je ne perds pas espoir pour eux. Je sais qu’au jour de la visitation, ils se libéreront de l’étreinte de diable. Et même si aujourd’hui mes paroles peuvent provoquer en eux de la tristesse, un jour nous nous réjouirons ensemble, dans la gloire.
Qui peut me convaincre de l’erreur lorsque j’enseigne que le prophète Elie promit dans Malachie 4 n’est pas la lumière de l’église. Il est venu seulement pour servir de témoin; rendre témoignage à la lumière (la Parole de Dieu par la doctrine primitive), afin que l’église croie par ce témoignage. Son témoignage devait amener l’église à croire en Jésus-Christ par la doctrine des apôtres dont il était un témoin fidèle: Voilà la lumière. Il n’est pas venu pour éclipser la Bible; c’est-à-dire, la loi et les prophètes, ainsi que le commandement de Jésus qui fait le témoignage des apôtres. Revenir à la doctrine des apôtres : c’est cela la finalité de son message. C’est cela le message de notre âge; celui du temps de la fin.
Que devons-nous faire maintenant, chers frères? Abandonner nos opinions et pensées propres sur la Parole de Dieu et revenir à la doctrine primitive; reconquérir ce trésor que Satan nous a volé; rentrer dans le fondement originel. Voilà ce qui était dans le dessein de Dieu. C’est ici LE VRAI MESSAGE DU TEMPS DE LA FIN que nous annonçons, nous. L’infidélité des uns, l’égarement des autres, n’annule pas la fidélité de Dieu. Ceux qui  ont bronché à cette bonne Parole prêchée par l’Esprit dans notre âge, c’est pour tomber qu’ils ont bronché. Tomber dans cette apostasie qui, selon ce qui est écrit, devait précéder la venue du Christ. Ils sont donc tombés SELON CE QUI ETAIT PREVU DANS LA PAROLE. Dieu savait qu’ils tomberont parce qu’ils ont des yeux pour voir mais ne voient pas, des oreilles pour entendre, mais n’entendent pas. Parce qu’ils regardent et jugent selon l’apparence des personnes et des choses. Comme  Israël au jour où la grâce lui fut manifestée. De même qu’ils ont tour à tour rejeté le témoignage et le baptême de Jean, ensuite le Messie et Ses apôtres; de même en ce jour de la fin, ils rejetteront le   témoignage du septième ange, la doctrine des apôtres et notre témoignage aussi qui, selon Ephésiens 4, doit amener les saints à la perfection et achever l’édification du corps du Christ dans la vérité, jusqu’à ce que l’église du Seigneur parvienne à l’UNITE DE LA FOI et la CONNAISSANCE PARFAITE du Fils de Dieu; le Fils de l’homme qui n’est pas semblable à un prophète; donc à un simple homme, étant Lui-même le Dieu bénit éternellement.
Appelez-le “prophète-majeur”, “messager”, “septième ange” si vous voulez. Mais n’oubliez pas qu’Elie était un prophète comme tous les autres qui se sont levés en Israël. Quand l’ancienne alliance se réfère à “Moise (la loi) et les prophètes”, elle ne met pas Elie à part. De même que le ministère des prophètes est un seul avec plusieurs membres, aussi en est-il aujourd’hui dans l’Eglise. S’il y a un serviteur dans l’église, il ne peut l’être que selon Ephésiens 4, pas en-dehors. Donc si Mal.4:6 est reconnue et saluée comme une promesse pour l’église, elle ne peut s’accomplir qu’en Eph.4:10-12. Tous les serviteurs du Christ y compris les sept anges des églises sont tous choisis selon ce modèle. Paul faisait partie de l’église d’Antioche, comme docteur, lorsque l’Esprit le mit à part pour une mission particulière. Seul le Saint-Esprit établit (Act.13:1,2; 20:18). Celui qui échappe à cette règle est un anti-christ.  Branham n’aimait-il pas répéter: “le Saint-Esprit est venu, Il ma dit ceci… Il m’a montré cela”? Comment voulez-vous aujourd’hui enseigner aux gens que ce “prophète-majeur” est “au-dessus” ou “en-dehors” des serviteurs d’Ephésiens 4? Vous confessez ainsi qu’il n’est pas entré par la porte des brebis dans la bergerie. Or, celui qui ne le fait pas est un voleur, un brigand. Un anti-christ, qui vient pour dérober, égorger et détruire. C’est donc à cause des mensonges du genre que la voie du Seigneur est aujourd’hui blasphémée. Les gens se tiennent loin de la vérité avec méfiance.
Ce qui fait la différence entre les serviteurs de Dieu, c’est la mesure du don de la grâce de Dieu sur chacun d’eux. Tel a reçu cinq talents, tel autre n’en a reçu que trois ou un; selon la volonté de Celui qui fait le don. Toute grâce excellente vient de Dieu. Telle celle qui a échu sur le bien-aimé frère Branham. Mais, il était avant tout un appelé comme pasteur de l’église.  La grâce excellente de Dieu travaillant en lui  a fait que d’aucuns l’ont reconnu comme prophète. Je le crois aussi. S’ils le considèrent comme un “dieu”, l’Ecriture appelle ainsi tous que ceux à qui la Parole de Dieu a était adressée (Ses prophètes donc) : “J’ai dit: vous êtes des dieux”. Cette écriture ne peut être anéantie. Cependant la même Ecriture affirme encore: “Toutefois vous mourrez comme des simples hommes”. (Ps.82:6,7; Jn.10:34,35). S’ils reconnaissent une chose, ils doivent reconnaître aussi une autre car, croire en Dieu, c’est CROIRE EN TOUT CE QUI EST DIT DANS SA PAROLE. Si donc on se met à l’adorer comme “Dieu” (le Fils de l’homme est Dieu), ceux qui ont de la connaissance savent à quel genre d’esprit nous avons affaire; le même qui animait les habitants de Lystre et leur prêtre (Act.14:8-5). Il est vrai que si c’était par l’Esprit de Dieu qu’ils parlaient et agissaient ainsi, Paul et Barnabas ne s’en seraient pas scandalisés. S’ils le considèrent comme le seul interprète de la Bible (parce qu’ils affirment que Dieu en ce temps nous parle par le “prophète”), ils font de lui non seulement le Christ, mais aussi le Saint-Esprit. C’est un blasphème. Pleurez votre misère, ô hommes sans intelligence, lents à comprendre tout ce que les écritures enseignent.
Je ne cherche pas à minimiser ce puissant ministère qui a révélé la grâce de Dieu accomplissant Son œuvre dans cette génération qu’est la nôtre dans un serviteur qui est avant tout un simple homme. Il faut qu’il y ait quelqu’un pour le dire. Quelqu’un qui prenne parti pour la vérité. Pour moi, il s’agit plus que d’une question des mots qu’on utilise, mais plutôt d’une conception erronée de la chose de Dieu; une interprétation particulière de la Parole prophétique qui cherche à conduire les élus à la ruine. Une opinion erronée sur la personne d’un compagnon d’œuvre du ministère. Ce qu’il a pu être en dehors de l’œuvre de Dieu, peu m’importe. Ce qui est important pour tous c’est que LE SEIGNEUR VIENT, et, l’Eglise doit se présenter devant Lui comme une vierge pure; une Epouse glorieuse, sans tâche, ni ride, ni rien de semblable à ce qu’on trouve chez ces “prostituées” qui ont embrassées des doctrines étrangères. Là où les cœurs sont attachés à l’adoration des créatures au lieu du Créateur. Je ne puis me taire sur cette injustice des hommes corrompus d’entendement qui se sont furtivement glissés parmi nous et font calomnier les voies du Seigneur, car à Son avènement, Il doit trouver une Epouse irrépréhensible en toutes choses, c’est-à-dire sans reproches. Or, nous en avons une du propre Seigneur pour cet âge (Apoc.3:17) et qui s’encadre bien avec ce que je dénonce ici. Aussi nous conseillons à ces frères qui se sont éloignés de la simplicité qui est en Christ pour s’égarer dans des faux raisonnements, “d’acheter du Seigneur de l’or éprouvée par le feu pour qu’ils deviennent riche, des vêtements blancs – la pureté de la vierge, et aussi et surtout- un collyre pour oindre leurs yeux, afin qu’ils voient”. Ce collyre que Dieu leur vend aujourd’hui par notre prédication. Selon qu’il est écrit: “Venez acheter sans argent, sans rien payer”. C’est ici le message de l’heure! Et non seulement ils cherchent à s’imposer aux brebis du Seigneur comme s’ils étaient quelque chose, mais ils veulent aussi nous empêcher de parvenir jusqu’à eux avec notre témoignage comme si nous n’avons pas droit de parler de ces choses que nous avons vues et entendues à l’Eglise du Christ, Son épouse. Nous voulons que tous les saints et les gens de bonne volonté se libèrent du mensonge. Et s’il y a encore quelques-uns qui ne comprennent pas encore ces choses, nous nous recommandons aussi à eux pour ces choses au sujet desquelles nous sommes arrivés à un entendement commun, priant pour eux en ce qui concerne ces choses qui font encore notre différence. Nous sommes faibles avec les faibles, afin d’être fortifié avec eux dans la foi en ces choses que Dieu a préparées pour notre gloire. Nous sommes les serviteurs de ceux qui ont la connaissance et de ce qui en manque afin de gagner le plus grand nombre pour la fête des noces. Dieu en est témoin, Lui qui sonde les cœurs. Nous faisons accueil, selon la recommandation des écritures, à celui qui est faible dans la foi, et nous ne discutons pas sur les opinions. Nous ne cherchons surtout pas à nous élever à leurs yeux, comme si nous possédons un savoir supérieur (car la connaissance enfle, seul la charité édifie); nous cherchons plutôt à leur donner ce qui peut les aider à faire avec nous un pas de plus vers l’édification et la perfection. Car il est écrit: “Que chacun de vous complaise au prochain pour ce qui est bien en vue de l’édification”. Nous repoussons les questions folles et oiseuses; les discussions inutiles qui font naître des querelles parmi les fidèles et produisent de l’impiété, car, il n’est pas bon qu’un serviteur de Dieu ait des querelles, il doit avoir de la condescendance, de la compréhension pour tous, même pour ses contradicteurs. A combien plus fort raison pour les ignorants? (2Tim.2:23-25).
Aussi, même si nous parlons ainsi, nous ne perdons pas espoir, comme quoi, Dieu donnera la repentance à ces frères qui sont tombés dans “le faux message du temps de la fin” engendré par les fausses interprétations inspirées par l’esprit de l’erreur.
Que celui qui est intelligent comprenne et se libère de cette mauvaise influence. Maranatha! Le Seigneur vient!