CES « CHRÉTIENS » QUI DIRIGENT LE MONDE

Un jour, un frère me fit ce reproche :
- « Pourquoi vous, en tant que pasteur, ne voulez-vous pas vous engager pour défendre le peuple qui souffre sous l’oppression d’une mauvaise gouvernance ? »
- Je lui répondis : « Non, je ne peux le faire ; car ce n’est ni ma mission ; ni ma vocation »
- « Pourquoi ? Ne voyez-vous pas que dans le temps ancien, Israël était conduit et dirigé par des hommes de Dieu. Vous pouvez faire la même chose aujourd’hui, non ? »
- « Non, parce que nous ne sommes pas Israël, nous sommes l’ « Eglise » du Christ ; et le Royaume que nous attendons et auquel nous nous identifions n’est pas de ce monde. Et, même dans le cas d’Israël, c’est Dieu Lui-même qui avait déterminé celui qui devait s’asseoir sur le trône. Bien qu’il y eût des usurpateurs comme dans le cas de Jéroboam, Dieu a permis cela dans un but  »
Alors, il me dit pour finir : « Vous n’êtes pas le type des pasteurs dont nous avons besoin dans les circonstances présentes. Nous avons besoin des pasteurs qui sont des vrais « leaders d’opinions » qui se mettent du côté du peuple pour les défendre. Ça c’est la volonté de Dieu »
- « Bien sûr que non ! Je ne suis pas un « leader », je suis un serviteur : un serviteur de Dieu. Ma mission c’est d’annoncer aux hommes le salut que Dieu a préparé pour nous tous ; ainsi que le Royaume des cieux qui est déjà au milieu de nous et Le Royaume inébranlable du Christ à venir. Voici plutôt ce qui est dans la volonté de Dieu pour nous : Ne pas nous conformer au siècle présent. Or, « ne pas nous conformer à ce siècle » signifie aussi : ne pas nous mêler dans la politique de ce monde, de quelque bord que ce soit. Que ce soit dans l’exercice du pouvoir ou dans l’opposition au pouvoir établit. Comment pourrais-je convaincre les hommes à mettre leurs espérances en un autre homme dont les actes, une fois au pouvoir demain, peuvent être pires ? Tous les dictateurs de ce monde n’ont-ils pas débuté ainsi : portés par l’euphorie populaire ? Et à la fin ? Je ne veux pas avoir ce poids sur ma conscience. Je ne veux pas participer au mal. Voici ce que Jésus-Christ a fait aux jours de Sa chair : Il ne s’est pas mêlé. Il a dit : Donnez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu. Voilà !  Sa doctrine nous enseigne à accomplir nos devoirs comme citoyens de la nation dans laquelle nous vivons ; non pas de faire quelques revendications que ce soit; ni briguer l’exercice du pouvoir dans ce monde en Son Nom. En faisant cela, vous mentez contre la Vérité de la Parole »
Bien des gens se trompent en pensant que celui qui ne dit rien consent. Bien sûr que non ! Figurez-vous aussi que, « rien dire » ne veut pas dire « rien faire ». Et quand bien même apparemment nous ne faisons rien ; en Vérité nous faisons bien plus que ce que l’homme charnel peut voir ou penser : Nous prions pour cette humanité déchue. Nous prions pour les pays dans lesquels nous vivons… pour le bien-être de tous les hommes. Sachant que le nôtre aussi dépend de cela. Mais nous refusons de regarder quelque dirigeant du monde, comme une réponse ou solution aux maux de l’humanité. Nombreux de ces hommes luttent pour conquérir le pouvoir séculier, animés des bonnes intentions. Mais, lorsqu’ils y parviennent, ils finissent par se retrouver eux-mêmes prisonniers de systèmes occultes qui véritablement dirigent et gouvernent ce monde.
Un pasteur me demanda un jour : « Vous ne croyez vraiment pas que si nos pays pouvaient avoir beaucoup plus des députés chrétiens, cela aiderait à faire voter des lois qui traduisent la volonté de Dieu ? ». « Catégoriquement, non », lui répondis-je.
Et, un autre prédicateur a affirmé dans une chanson: « Si aujourd’hui vote il y avait et que Jésus soit candidat, je suis sûr qu’il sera couronné ». Bien sûr que non ! Il ne le sera point ! Son Royaume n’est pas d’ici-bas. Et pour cette raison, Il sera encore rejeté et à Sa place, chaque nation se choisirait un « Barrabas ». Et, lorsque le peuple se rendra compte que l’homme qu’ils ont choisi est incapable de leur offrir le bien-être dont il rêvait ; il se soulèvera encore et encore, réclamant à chaque fois un nouveau libérateur. Voici la vanité à laquelle nous sommes soumis aujourd’hui.
Mais ouvrez donc les yeux mes frères, ce sont les chrétiens (peu importe la dénomination à laquelle ils appartiennent) qui dirigent ce monde. Nous vivons dans une civilisation dominée par l’occident ; connue comme la « civilisation chrétienne ». Le monde entier est tombé sous l’enchantement des festivités chrétiennes, qui influencent nos modes de vie. Qu’on le veuille ou non ! La Noël, le vendredi saint, la pâque, la saint-valentin, etc. pour ne citer que ceux-là au milieu de plusieurs autres fériés observés dans le monde, sont tous des produits de la foi dogmatique chrétienne, par le biais de l’église catholique : la mère de la chrétienté.
La papauté dirige le monde en accord avec la prophétie biblique (Apoc.17 :18). Le nom de Jésus est sur les lèvres de tous. Oui, c’est depuis bientôt presque dix-huit siècles que les chrétiens dirigent le monde ; mais ils n’ont pas établis le Royaume de Dieu sur la terre. Nous avons des partis politiques chrétiens un peu partout dans le monde ; des chefs d’Etats chrétiens, des ministres et des députés chrétiens, des juges, magistrats ou des avocats chrétiens, etc. Les Etats-Unis d’Amériques ont été fondés par les chrétiens. Cela n’a pourtant pas établi le paradis sur la terre. Bien au contraire ! Ce sont ces leaders un peu religieux, un peu païens qui (au nom des droits de l’homme et de la liberté) ont donné naissance et catalysé l’effervescence des contre-valeurs ; ainsi que d’autres maux qui rongent la terre, tels que : la pédophilie, l’homosexualité, la prostitution, la corruption, le culte aux richesses, l’exploitation de l’homme par l’homme (et pire, au nom de Dieu et de la religion), etc. Je dis bien « chrétiens », pas « disciples du Christ ».
Donc ce que vous, pasteurs, prétendez faire aujourd’hui, a déjà été fait avant vous. Depuis l’époque de Constantin, quand l’Eglise chrétienne s’allia à l’empire pour former une Eglise-Etat. Et, nous connaissons la suite… Ce n’était en tous cas le règne du Christ sur la terre ! Non, messieurs !
Laissons donc Dieu Lui-même établir Son propre Royaume sur la terre ; au temps fixé de Sa propre autorité. Je crois de tout mon cœur que ce qui a été annoncé depuis le temps de Daniel… dans la vision de la statue de Nabuchodonosor et les autres visions qui s’ensuivirent s’accomplira. Voici, pourquoi nous avons embrassé la foi en Jésus-Christ, Le Messie-Rédempteur.
Pasteurs, ne devenez pas des réactionnaires ou des révolutionnaires ; des opposants politiques, et tout… surtout, n’entrainez pas le peuple de Dieu qui adorent dans vos églises dans votre sédition. Ne devenez pas des leaders-Barabbas ! Donc, des gens dans lesquels le peuple de Dieu dépose une fausse espérance de délivrance du joug terrestre.
Et quand bien même, ils finissent par s’entremêler et s’entrelacer dans la vie politique de leurs pays respectifs; ils ne changent rien à la condition des peuples qu’ils prétendent défendre. Car, ce n’est pas cette libération-là ou délivrance que Dieu a promis aux Siens, captifs de toutes les nations. Voici pourquoi je les appelle : « leaders-Barabbas ». Ne regardez pas ces hommes comme des « sauveurs » ou « libérateurs » venus de Dieu. Ils ne le sont pas ! Et à cause d’eux, Le Glorieux Nom du Seigneur Jésus est blasphémé parmi les nations… et le discours des vrais hommes de Dieu est méprisé et rejeté.    
Et vous, ô peuple de Dieu, qui déposez votre foi et espérance dans ces pasteurs-présidents, pasteurs-ministres ou députés pour vous procurer paix et justice ! Vous qui, par manque de discernement, préférez ces pasteurs conformistes aux prédicateurs-disciples du Christ qui s’en tiennent à Ses enseignements. Vous, aux yeux desquels ceux qui parlent de la part de Dieu ne sont que des discoureurs, utopistes ; donc sans réalisme. Je vous le dis en Vérité : vous avez fait un mauvais choix ! Vous avez choisis à votre tour Barabbas, et vous avez rejeté Jésus ! Puisse cette prédication vous ramener dans la vraie espérance ; celle qui n’est pas trompeuse, et qui repose en Jésus-Christ. Car, Seul Lui règnera sur la terre avec Justice et rétablira la vraie paix.

 

***********************************************