Examinant sans tendances, partialité ni émotions, les  diverses représentations de Jésus en images, la question que tout celui qui aime son âme doit se poser est la suivante: QUEL EST LE VRAI VISAGE DE JÉSUS? Sinon… et je continuerai à insister dans la logique de ceux-là même qui défendent ces pratiques: Si l'image ou la figure n'a aucune ressemblance avec le prototype qu'elle représente; cela devient de plus en plus évident qu’on est en train d’adorer un démon; un ange des ténèbres qui se fait passer pour Jésus-Christ.
         Si Dieu a interdit la fabrication de ces images. Et nous savons que le Conseil de Dieu est immuable. Voici la grande question : l'artiste qui a peint le visage de Jésus, a été inspiré par qui? Que ce soit Leonard de Vinci, Picasso, Heinrich Hofmann, ou un autre artiste : telle inspiration ne vient pas de Dieu! Non, non et non! Ne dites pas que c’est le Saint-Esprit qui a inspiré ces artistes. C’est tout simplement faux!
J'ai lu quelques articles qui parlent d'une jeune artiste Akiane qui aurait affirmé avoir vécu une expérience hors du corps (projection de la conscience), pendant laquelle un esprit l’aurait visité. Et, qu’elle aurait été enlevée au Paradis, une nuit alors qu’elle dormait, et que Dieu aurait répondu à sa demande pour lui montrer l’aspect de Jésus afin de le dessiner. Je vous le déclare, la main sur le cœur : Le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob ne peut faire cela ! Ne croyez pas en ces fables, chers frères!
J’ai aussi lu que la médecine légale a fait une reconstitution du visage de Jésus à partir de la technologie la plus sophistiquée en 3D, etc. Ne croyez pas en ces histoires! Dieu n'est pas dans cette affaire-là! Si vous voulez apprendre quelque chose sur Dieu, apprenez cela à partir de la science de Dieu : Sa propre Parole.
Dans ces IMAGES, les artistes contredisent le témoignage des Écritures. En regardant attentivement les images ou représentations de Jésus, soit par les catholiques, les adventistes, dans les brochures des Témoins de Jéhovah, chez les branhamistes, etc. nous ne trouvons dans aucune de ces figures une représentation qui corresponde à la description que les prophéties des Ecritures font de ce même Jésus.
Un jour, Il est venu dans la chair; lorsque Le Logos S’est incarné en Jésus de Nazareth. La Bible nous enseigne que Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec Lui-même. Jésus a dit: «Celui qui m'a vu a vu le Père». Si l'apparence physique de Jésus était si importante dans notre culte, pourquoi les apôtres et les disciples de la première heure qui L’ont vu et touché n’ont-ils pas pris soin de nous laisser une image de Lui? N'y avait-il personne en Israël en mesure de le faire? Voici, personne ne l'a fait! Pourquoi? Sûrement, à cause du commandement Ex.20: 1-5.
Notez que, même dans le temple et les synagogues des Juifs il n’y avait pas d'images représentant des prophètes comme Moïse ou Élie, le roi David, etc. Ce sont les païens regroupés dans le christianisme corrompu qui ont fait ces représentations-là. Les Juifs à qui les oracles de Dieu ont été confiés se sont abstenus de le faire. Ils savaient que Dieu ne tolère pas l'idolâtrie. Voilà pourquoi dans les assemblées des disciples du Christ dans l’âge primitif, il n’y avait pas aussi des images représentant le Seigneur Jésus dans les lieux de culte… Jusqu’à ce que l’Evangile fut annoncé aux nations ; et que les païens qui (au contraire des juifs) ne connaissaient pas eux les oracles de Dieu, pour ne pas les avoir reçu plus tôt, contaminèrent et corrompirent la foi des chrétiens, en y ajoutant leurs croyances mythologiques.  
A propos de Jésus... `aucun des témoins oculaires de Jésus ne s’est donné la tâche (ou la peine) de nous faire ne fût-ce qu’une simple description de Son apparence physique. Nous avons par exemple, une description du roi Saül dans la Bible qui nous dit qu'il surpassait toute l'armée d’Israël d’une tête. Donc, nous savons qu'il était un homme grand de taille. Nous avons également une description de Éliab, le frère aîné de David; un homme grand de taille avec une bonne apparence. La Bible décrit David lui-même, le jour où il a été oint par Samuel comme un blond, avec de beaux yeux et une belle figure (1Sam.16: 12). L'écriture de 2Sam.14 : 25,26 exalte l’apparence physique de son fils Absalom, un homme renommé dans tout Israël à cause de sa beauté sans défaut, depuis la plante du pied jusqu'au sommet de la tête ; et porteur d’une grande chevelure, etc. Peut-on déduire alors que Jésus de Nazareth serait aussi ainsi?
         Toutefois, dans la réponse que Dieu donna à Samuel quand celui-ci vit Éliab (1Sam.7: 16), nous comprenons que Dieu ne se soucie pas de l'apparence physique dans le choix de Ses instruments; mais plutôt de l'intérieur de l'homme. Et, ce n’est pas vers cette polémique que je veux diriger le message d'aujourd'hui.
La seule description biblique de Jésus venu dans la chair est celle qui nous est faite par le prophète Ésaïe (És.53: 2). Cette prophétie prédit avec clairvoyance non seulement la venue de Celui qui est considéré comme le Messie sur la terre; mais parle aussi de Son ministère, Ses souffrances, Sa crucifixion entre le méchant et Sa tombe parmi les riches. Et nous savons tous que ces choses ont été accomplies en Jésus de Nazareth. Absolument !
Maintenant, au verset 2, nous lisons ce qui suit: « Il n'avait ni beauté, ni éclat pour attirer nos regards, Et son aspect n'avait rien pour nous plaire. »  Si nous croyons que toutes ces choses prédites dans la prophétie d’Ésaïe 53 se sont accomplies en Jésus de Nazareth: l'incarnation du Messie. Ce Christ que Dieu a brisé par la souffrance ; livrant Sa vie en sacrifice pour le péché ; et qui maltraité et opprimé, n’a point ouvert la bouche. Il a souffert la croix au milieu des deux bandits (les méchants antérieurement annoncé dans la prophétie), et a reçu un tombeau avec le riche Joseph d'Arimathée. Je disais donc que, si nous croyons que toutes ces choses sont liées au Christ et se sont accomplies en Jésus de Nazareth ; pourquoi ne croirons-nous pas ce qui est dit dans le verset 2 (car, c’est la seule description physique donnée du Messie dans les jours de sa chair)? Pour la simple raison que le Jésus des peintures est un reflet de l’imaginaire collectif qui se Le représente de cette manière-là; ou veut Le voir comme tel.
Cependant, à la lumière des Écritures, nous comprenons que Jésus-Christ n'avait pas cette beauté physique "impressionnante", comme on peut l’imaginer. La version Darby par exemple, traduit: «Il n'a ni forme, ni éclat ; quand nous le voyons, il n’y a point d’apparence en lui pour nous le faire désirer». Si le contraire aurait été vrai, la Bible ne ferait-elle pas la même description de Lui, comme pour Absalom par exemple?
La prophétie ne dit pas qu'il était un homme laid, non! Mais, elle met l’accent sur le fait que, du point de vue humain, Jésus de Nazareth, le Christ, n'avait pas l’apparence de ceux-là qui attirent facilement le regard de l’homme sur ce simple aspect physique. Il n’avait pas cette beauté physique égale à celle qui impressionne ou remue celui qui le voit. Il n’était pas physiquement attrayant ! Voilà ce que veut dire : « Il n'avait ni beauté, ni éclat pour attirer nos regards, Et son aspect n'avait rien pour nous plaire. » ! Dans le jour de Sa chair, Il s’est incarné comme un homme quelconque ! S’étant dépouillé de tout. Y compris gloire et beauté.
Maintenant, en quoi doit se baser sur notre foi? Sinon dans le témoignage des Écritures (car, l'Ecriture ne peut être annulée). Maintenant, si vous regardez toutes ces images ou représentations que les hommes font aujourd'hui de Jésus, aucune d'entre-elles correspond à ce que la Bible nous dit de Lui.
Dans tous ces tableaux représentant le visage de Jésus ; de la dernière Cène; dans les films ; dans les brochures, etc. Jésus nous est toujours présenté comme le plus bel homme au milieu de tous : Un Christ beau et charmant; habituellement aux cheveux longs.
Mais, réfléchissons un peu sur une chose: Si Jésus était cet homme si attrayant par rapport à tous Ses disciples ; quelqu’un peut m’expliquer pourquoi au jour où les juifs cherchaient Jésus pour l'arrêter, il leur a fallu combiner avec Judas un signe (dans ce cas, un baiser) pour reconnaître l'homme qu'ils cherchaient. N’aurait-il pas été plus facile à Judas de leur dire: "Allez-y seuls et arrêtez le plus bel homme de tous; celui aux cheveux longs et aux yeux bleus (étant donné que peu sont les hommes avec cette couleur des yeux)? " Mais, voici, que les Juifs avaient besoin d'un signe pour reconnaître Jésus au milieu des autres hommes. Et ils ont payé une somme importante pour cela: trente pièces d'argent. Comment expliquer des tels détails, avec toute la gloire qui a précédé Ce Prophète venu de Galilée, dans tous les lieux où Il est passé en ce temps- là; et l’engouement qu'il provoquait dans tout le pays en ces jours-là? L’explication en est pourtant simple; et c’est celle qui nous est donnée dans l'Écriture: «Il (Jésus de Nazareth) n'a ni forme, ni éclat ; quand nous le voyons, il n’y a point d’apparence en lui pour nous le faire désirer». (Ésaïe 53: 2). « Ni forme », c’est-à-dire : ni aspect, ni allure, ni air, ni apparence... Voyez-vous ? 
Le nom de Jésus était devenu si célèbre (Mc.6: 14) au point d'intriguer les autorités. Sa popularité suscitait des sentiments contradictoires chez les gens. C'est le cas d'Hérode le tétrarque qui, soit mû par la jalousie, voulait Le tuer; soit par la curiosité et voulait Le voir. Mais le jour où Jésus comparut devant lui, Hérode Le dédaigna et se moqua de Lui, avec ses soldats. (Luc 23: 8-11) Savez-vous pourquoi? Parce que Jésus de Nazareth « n'avait ni beauté, ni éclat… Et son aspect n'avait rien pour plaire aux humains ».
Notez la surprise du gouverneur Pilate le jour que Jésus comparut devant lui: «Es-tu le roi des Juifs" ? Alors Jésus répondit: «Mon royaume n’est pas de ce monde... ». Pilate demande une seconde fois : «Tu es donc roi? » (Jn.18: 33-37). Quel était le problème de Pilate? C’est aussi simple que ça : cet homme Jésus qui se tenait là devant lui n’avait ni forme (allure ou apparence), ni éclat (majesté) qui puisse justifier un tel titre aux yeux des hommes.
J'ai déjà entendu un prédicateur, faisant l'apologie de la parure extérieure, dire: «Nous devrions nous habiller richement et toujours garder une fière allure. Regardez Jésus: Il était vêtu de fin lin pur ». Mensonge! Jésus apparaît vêtu comme cela dans les visions célestes et glorieuses. Et nous savons ce que cela signifie. Car, il a été donné à Son épouse de s’habiller aussi de la même manière. Aussi bien que les armées du ciel qui accompagnent le Seigneur de gloire (Apoc.19: 8,14). Toutefois, dans les jours de Sa chair, Jésus ne s’ornait pas à la manière d'un roi. La seule fois que, dans la chair, Jésus  fut habillé d'un manteau éclatant et magnifique, ce fut Hérode qui L’en revêtu (Lc.23: 11). Pour se moquer de ce soi-disant «roi», qui n'avait ni beauté, ni majesté (éclat).
Or, ce n'est pas cette impression que nous avons, lorsque nous regardons les tableaux ou images peintes de "Jésus". En fait, en regardant Jésus de Nazareth, on pourrait dire qu'il était « un homme simple » ; tel que le revendiquait les Juifs qui disputaient avec Lui.
         D'où vient donc cette tendance obsessionnelle de représenter Jésus comme nous Le voyons? Certainement pas Dieu! Ne serions-nous pas, par conséquent, en train d'adorer ou vénérer "un autre dieu» que les hommes nous ont présenté comme étant Jésus? Voici la ruse du diable qui a entrainé d'innombrables personnes dans l'idolâtrie! Car, le commandement dit : «Tu n’auras pas d’autres dieux devant moi. »
Rendez-vous donc compte de cela, ô iconophiles! Si ces «Jésus» qui nous sont peints dans les images ne représentent pas le vrai visage humain du Messie (Le prototype)... si l'image n'a pas la similitude de ce qu’elle représente, qui serions-nous en train d'adorer ou de vénérer en ce moment? N’est-ce pas un faux "Jésus"? Donc, un faux dieu; comme le veau d'or fait par Aaron?
Je défie n’importe quel dessinateur, artiste ou peintre de nous dire: qui lui aurait révélé "Jésus" pour le dessiner ; puisque personne ne L'a vu dans la chair. Aussi je le répète: telle inspiration ne vient pas de Dieu ! Comment donc Ce même Seigneur qui a ordonné, en disant: «Tu ne te feras point d'image taillée, ni de représentation quelconque des choses qui sont en haut dans les cieux…, pourrait-Il maintenant inspirer un dessinateur ou peintre à faire ce qu’Il a Lui-même interdit et tomber dans l’anathème? C’est Dieu qui est en contradiction avec Lui-même, ou alors quelqu'un essaie de nous tromper? Pour ceux qui pensent que ces images pourraient être inspirées par Dieu, nous voulons rappeler que, selon ce qui est écrit:
« Toute grâce excellente et tout don parfait descendent d'en haut, du Père des lumières, chez lequel il n'y a ni changement ni ombre de variation. » (Ja.1: 17).
Ceci est extensif à tous, en ce qui concerne les choses de Dieu : si vous prétendez qu’une grâce divine vous a été faite, ou que vous affirmez avoir un don de Dieu en vous ; celui-ci doit s’accorder dans ses réalisations, actes ou faits à tout ce qui est arrêté, prescrit ou ordonné dans Le Conseil (ou Dessein) immuable de Dieu. Dans le cas contraire, nous sommes devant une fraude. Maintenant, ce don que vous jugez excellent ou presque parfait et qui caractérise un dessinateur humain ou un artiste ne peut pas dessiner ou représenter Dieu; contre Sa propre volonté. Non! Et, voici le témoignage que L’Eternel-Dieu donne de Lui-même: «Car je suis l'Éternel, je ne change pas » (Mal.3: 6).

 

Voici le deuxième argument qui nous amène à douter de tous ces Jésus que nous sommes représentés dans les images: le port des cheveux longs. Je ne veux pas remettre sur le plateau un débat sur ​​un sujet qui est bien évident.
L'apôtre Paul a enseigné ceci dans l'Eglise des gentils (païens): « La nature elle-même ne vous enseigne-t-elle pas que c'est une honte (déshonneur) pour l'homme de porter de longs cheveux… » (1Cor.11: 14)
Cet apôtre n’a-t-Il pas affirmé avoir vu Le Seigneur? Comment Paul peut-il enseigner que c’est une honte (ou déshonneur) pour l’homme de porter les cheveux longs, si le Seigneur lui était apparu ainsi? Si Jésus portait une longue chevelure le jour où Il se révéla à cet apôtre ; alors Paul serait en train de témoigner contre Le Seigneur en parlant ainsi.
En Israël, dans le cas particulier de la loi de "Naziréat", le port des cheveux longs revêtait un caractère obligatoire en signe de dévotion pour toutes ces personnes qui faisaient leur vœu de consécration à Dieu (Nu.6: 5). Cependant, une fois accomplit le temps du naziréat, le naziréen se présentait devant le Souverain-sacrificateur. Et, à l’entrée de la tente d’assignation, il rasait sa tête consacrée ; et les cheveux étaient brûlés sur le feu qui est sous le sacrifice d’actions de grâce (Nu.6: 13-18).
Et, quand bien même, on a eu quelques naziréens qui ont été consacrés à Dieu dès le ventre de leurs mères: comme dans le cas de Samuel (1Sam.1:11) et Samson (Ju.13:5 ; 16 :17); et peut-être Jean-Baptiste ; la Bible n'a jamais enseigné que Jésus de Nazareth serait un "Naziréen". Un certain trouble engendré par certaines traductions qui confondent « naziréen » au « nazaréen » serait à la base de ce mauvais entendement. Cependant, l’écriture de Mat.2 :23 confirme qu’on appelait Jésus : le Nazaréen ; non pas à cause d’un vœu de consécration à Dieu, mais plutôt à cause de la ville de Nazareth où Il a passé son enfance avec ses parents charnels :
« …et vint demeurer dans une ville appelée NAZARETH, afin que s'accomplît ce qui avait été annoncé par les prophètes: Il sera appelé NAZAREEN. »
 Les Naziréens, étaient, soit consacrés par leurs parents dès le ventre maternel (comme Samuel, Samson, Jean-Baptiste) ; ou, ils faisaient eux-mêmes ce vœu de consécration. Si Jésus de Nazareth était en Vérité Le Christ, comment pouvait-il encore être considéré comme un Naziréen. Ne serait-ce pas contradictoire: Dieu Se consacrant à Lui-même?
Prêtez bien attention aux paroles de l'ange Gabriel:

« Et voici, tu deviendras enceinte, et tu enfanteras un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand et sera appelé Fils du Très Haut, et le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David, son père. Il règnera sur la maison de Jacob éternellement, et son règne n'aura point de fin. » (Lc.1: 31-33)
C’est bien clair qu’il s’agit de deux choses différentes: dans le cas de Jean-Baptiste, nous avons affaire à un homme consacré pour servir; Alors qu’en Jésus, nous avons le Fils du Très-Haut qui doit venir sur terre pour régner à jamais ; comme cela a également été annoncé par les prophètes.
Comparez maintenant la similitude entre les paroles de l'ange Gabriel dans l’annonce de la naissance de Jean-Baptiste, avec celles de l'ange annonçant la naissance de Samson:
« Voici, tu es stérile, et tu n'as point d'enfants; tu deviendras enceinte, et tu enfanteras un fils. Maintenant prends bien garde, ne bois ni vin ni liqueur forte, et ne mange rien d'impur. Car tu vas devenir enceinte et tu enfanteras un fils. Le rasoir ne passera point sur sa tête, parce que cet enfant sera consacré à Dieu dès le ventre de sa mère; et ce sera lui qui commencera à délivrer Israël de la main des Philistins. » (Ju.13 :3-5)
Nous nous rendons donc compte que le naziréen est consacré pour un service particulier. Jésus-Christ : Dieu-Sauveur, est Un Dominateur et non un naziréen. Par conséquent, l'argument selon lequel Jésus aurait des cheveux longs pour être un naziréen est sans fondement dans les écritures.
Et nous avons vu que, une fois accomplit le temps du naziréat (exceptés les cas de ceux qui étaient naziréen depuis le ventre, et qui étaient appelés à garder les cheveux longs jusqu’à la mort ; comme Samson), ces hommes se rasaient la tête, comme tous les hommes. Ce qui était pratique courante en Israël.
Il est surtout important de souligner aussi ici, qu’en ce qui concerne les sacrificateurs, la loi de Dieu leur interdisait de se raser la tête, et en même temps de porter une longue et abondante chevelure. D’où l’obligation de se couper constamment ces cheveux.  
« Ils ne se raseront pas la tête, et ne laisseront pas non plus croître leurs cheveux; mais ils devront couper leur chevelure. » (Ez.44.20)
Or, si l’on peut avoir quelques doutes sur le fait que Jésus puisse être naziréen ou pas ; on ne peut pas aucunement douter qu’Il soit un sacrificateur… Le Souverain-sacrificateur. Il n’est pas venu pour abolir la Loi de Dieu ; mais plutôt pour l’accomplir (Mat. 5 :17). Et, né juif, il est très improbable que dans les jours de Sa chair, Jésus ait laissé croître les cheveux ; tel que les artistes (dessinateurs, peintres, etc.) nous Le représente aujourd’hui.

 

C’est ici le troisième argument qui nous amène à douter de tous ces Jésus qui nous sont représentés en images:
Avant l'incarnation Daniel L’a vu et fait la description suivante de ce qu'il a vu:
« Je levai les yeux, je regardai, et voici, il y avait un homme vêtu de lin, et ayant sur les reins une ceinture d'or d'Uphaz. Son corps était comme de chrysolithe, son visage brillait comme l'éclair, ses yeux étaient comme des flammes de feu, ses bras et ses pieds ressemblaient à de l'airain poli, et le son de sa voix était comme le bruit d'une multitude. » (Dan.10: 5, 6)
Comparons ces choses (descriptions) avec la vision de l'apôtre Jean, dans l'île de Patmos en Apoc.1: 13-15; cette fois-ci, après l'incarnation du Christ:
« … quelqu'un qui ressemblait à un fils d'homme, vêtu d'une longue robe, et ayant une ceinture d'or sur la poitrine. Sa tête et ses cheveux étaient blancs comme de la laine blanche, comme de la neige; ses yeux étaient comme une flamme de feu; ses pieds étaient semblables à de l'airain ardent, comme s'il eût été embrasé dans une fournaise; et sa voix était comme le bruit de grandes eaux.»
Maintenant… il y a un point en commun entre la vision de Daniel et celle de l'apôtre Jean : bien que l’une soit reçue avant et l’autre après l'incarnation, les deux visions dépeignent l’aspect glorieux du Christ; hors de la chair de l’homme.
Prêtez attention au visage: Daniel dit qu'il a l'apparence d'un éclair. Et, bien que Jean ne mette pas un accent particulier sur l’aspect de Son visage, les deux visions convergent cependant dans l'aspect de Ses yeux. Quand l’un et l’autre disent : « comme une (ou des) flammes de feu ». Les autres éléments de la tête de Jésus se trouvent dans la description de la vision de Jean: « Sa tête et ses cheveux étaient blancs comme de la laine blanche, comme de la neige ». Cette description confirme ce que les trois apôtres ont vu sur la montagne de la transfiguration: « Son visage resplendit comme le soleil » (Mat.17: 2).
L'apôtre Paul, aussi raconte sa vision du Christ :
« Vers le milieu du jour, ô roi, je vis en chemin resplendir autour de moi et de mes compagnons une lumière venant du ciel, et dont l'éclat surpassait celui du soleil. Nous tombâmes tous par terre, et j'entendis une voix qui me disait en langue hébraïque: Saul, Saul, pourquoi me persécutes-tu? (…) Je répondis: Qui es-tu, Seigneur? Et le Seigneur dit: Je suis Jésus que tu persécutes. » (Act.26: 13-15)
On pourrait noter que Paul n’a fait aucune description de ce qu’Il a vu dans cette vision-là. En homme prudent qu’il était, Paul évitait toujours de parler en détails de ces choses ineffables qu’il a vues et entendues dans ses visions :
« Si je voulais me glorifier, je ne serais pas un insensé, car je dirais la vérité; mais je m'en abstiens, afin que personne n'ait à mon sujet une opinion supérieure à ce qu'il voit en moi ou à ce qu'il entend de moi ». (2Cor.12 :6)
Cependant, il est indéniable qu’il ait bien vu Le Seigneur glorifié ; car il affirme :
« Après eux tous, il (Christ) m'est aussi apparu à moi, comme à l'avorton » (1Cor.15 :8)
On peut notez les ressemblances de l’expérience que Paul a connu le jour où Christ lui apparut dans cette vision glorieuse, avec ce que vécut Daniel avant lui. Suivons-les … Daniel en premier :
« Moi, Daniel, je vis seul la vision, et les hommes qui étaient avec moi ne la virent point, mais ils furent saisis d'une grande frayeur, et ils prirent la fuite pour se cacher. Je restai seul, et je vis cette grande vision; les forces me manquèrent, mon visage changea de couleur et fut décomposé, et je perdis toute vigueur. J'entendis le son de ses paroles; et comme j'entendais le son de ses paroles, je tombai frappé d'étourdissement, la face contre terre.» (Dan.10.7-9)
C’est exactement ce qui arriva aussi à Paul, à quelques exceptions près :
« Comme il était en chemin, et qu'il approchait de Damas, tout à coup une lumière venant du ciel resplendit autour de lui. (…) Tremblant et saisi d'effroi, il dit: Seigneur, que veux-tu que je fasse? Et le Seigneur lui dit: Lève-toi, entre dans la ville, e on te dira ce que tu dois faire. Les hommes qui l'accompagnaient demeurèrent stupéfaits; ils entendaient bien la voix, mais ils ne voyaient personne. Saul se releva de terre, et, quoique ses yeux fussent ouverts, il ne voyait rien; on le prit par la main, et on le conduisit à Damas. Il resta trois jours sans voir, et il ne mangea ni ne but. (Act.9 :3,6-9)

La plus grande différence entre ces deux visions, c’est que dans la deuxième (après l’incarnation), Le Christ s’est fait connaître à Paul par le Nom qu’Il a reçu sous le ciel : Jésus. Toutefois, dans aucune de ces visions, Christ n’est apparu sous une figure humaine ; similaire aux peintures et autres images de Jésus  faites par les mains des hommes. S’Il leur était apparu sous une figure humaine, ni Daniel, ni Paul ne serait tombé dans ces états physiques décadents qu’ils décrivent ici, en voyant Son aspect et en entendant Sa voix.

--------------------------------------------------------------------