L'ALLIANCE ENTRE LA RELIGION ET L'ETAT

Mat.27:11-24: "Jésus comparut devant le gouverneur, Celui-ci l’interrogea: «Es-tu le roi des Juifs?" Jésus lui répondit: «Tu le dis ».  Mais il ne répondit rien aux accusations des chefs des prêtres et des anciens. Alors Pilate lui dit: "N’entends-tu pas tous ces témoignages qu’ils portent contre toi?". Mais Jésus ne répondit sur aucun point, ce qui étonna beaucoup le gouverneur.
A chaque fête, le gouverneur avait pour habitude de relâcher un prisonnier, celui que la foule voulait. Ils avaient alors un prisonnier célèbre, un dénommé Barabbas. Comme ils étaient rassemblés, Pilate leur dit: «Lequel voulez-vous que je vous relâche, Barabbas ou Jésus qu'on appelle Le Christ". En effet, il savait que c'était par jalousie qu'ils avaient fait arrêter Jésus.
Pendant qu’il siégeait au tribunal, sa femme lui fit dire: "N’aie rien à faire avec ce juste, car aujourd'hui j’ai beaucoup souffert dans un rêve à cause de Lui". Les chefs des prêtres et les anciens persuadèrent la foule de demander Barabbas et de faire mourir Jésus. Le gouverneur prit la parole et leur dit: «Lequel de deux voulez-vous que je vous relâche ?" Ils répondirent : «Barabbas". Pilate répliqua: «Que ferai-je donc de Jésus qu'on appelle le Christ?". Tous répondirent: "Qu’il soit crucifié !". «Mais, quel mal a-t-il fait? », dit le gouverneur. Ils crièrent encore plus fort: ««Qu’il soit crucifié! ».
Voyant qu'il ne gagnait rien et que le tumulte augmentait, Pilate prit de l’eau, se lava les mains en présence de la foule et dit: «Je suis innocent du sang de ce juste. C’est vous que cela regarde ».

Apoc.2: 14: "Mais j'ai certaines choses contre toi: tu as là des gens attachés à la doctrine de Balaam, qui enseignait à Balak à tendre un piège aux Israélites, pour qu’ils mangent des viandes sacrifiées aux idoles et se livrent à l'immoralité sexuelle. "

Que Dieu nous donne l'intelligence pour comprendre Sa Parole! Car, aujourd'hui, nombreux sont ceux qui écoutent la Parole de Dieu, sans la comprendre. Ce manque de discernement fait que de bien des gens sont maintenues prisonnières des dogmes et philosophies religieuses fondés sur les rudiments du monde et des commandements d'hommes (Col.2:18.19). Des prétendues doctrines du Christ, mais qui ne conduisent nullement ces gens dans la véritable adoration, dans la sainte présence de Dieu ; ni les maintiennent liées à la tête qui est Christ. Car, nombreuses sont les «vérités» des églises, mais qui contredisent la Vérité de Dieu. Et la Bible nous enseigne que ces cultes ont une apparence de piété et de sainteté ; mais en vérité, n’ont aucun mérite. Etant fondés sur une apparence d'humilité et la discipline du corps ; pour la satisfaction de la chair.
Ne vous contentez pas seulement d’être sincères dans votre manière d’adorer, il faut être sincère dans ce qui est en accord avec la Parole de Dieu.
         Voilà le but de toute ma prédication et mon témoignage de l'Evangile: attirer votre attention (vous, l'Église du Christ) sur le moment prophétique dominé par la grande apostasie dans lequel nous vivons. Ce temps caractérisé par une grande obscurité qui couvre le peuple, et les ténèbres qui se sont abattues sur toute la terre (spirituellement parlant) en accord avec l'Ecriture de Es.60: 1,2.
Et sachant qu'il n'y a rien de nouveau sous le ciel, le Saint-Esprit, en nous, essaie d'établir un parallélisme ici... une analogie entre les derniers moments qui caractérisent la vie et le ministère de Jésus-Christ, et les dernières heures de Son Eglise (Epouse) sur la terre.
"Aucun disciple n’est plus que grand que son maître. Car, s’ils ont fait cela au maître de la maison .... ". Des mots simples, profonds et pourtant pleins de Vérité que nous lisons souvent sans comprendre. Le Seigneur Jésus voulait juste dire ici que : ce qui Lui est arrivé, arrivera aussi aux Siens. Aussi, sommes-nous en train de méditer ici sur ce qui est arrivé à Jésus en cette nuit-là d'angoisse ; puis essayer par analogie (parce que ces choses sont allégoriques) de comprendre ce qui se passe avec l'Eglise en cette nuit-ci qui caractérise le temps d'apostasie généralisée. Nuit dans laquelle Jésus fut trahi par l'un de ceux-là qui, un jour, ont communié dans Sa doctrine, et s’est vu renier par cet adorateur qui, un jour aussi, fit une excellente proclamation publique da sa foi.
Judas L’a trahi, non pas parce qu'il ne Le connaissait pas ; car en fait, il Le connaissait mieux que beaucoup ; et Pierre Le renia, non pas parce qu'il ne l'aimait pas, mais par peur de défendre la raison de son espérance devant une foule d'adversaires à la doctrine du Christ; irritée contre la Vérité de Dieu. Cependant, il y a un jour déterminé par Dieu où toute la création qui sera confrontée à ce même Jésus, établi Juge sur toute chose: pour la gloire ou l’ignominie. En ce jour-là certains seront exaltés ; d'autres humiliés.
Et, tout comme Eliezer envoyé à la terre de Laban, ne revint pas seul, mais plutôt accompagné de l’épouse du fils de son seigneur ; ainsi le Saint-Esprit a été envoyé pour préparer l'Epouse du Fils de Dieu et le conduire en Sa présence. Et, aussi longtemps que durera le ministère du Saint-Esprit, le mystère de l'iniquité sera détenu jusqu'à ce que l'Esprit et l’Epouse soient tirés du milieu. C’est seulement après cela que paraîtra l'Anti-christ qui sera révélé en son temps.
Tout ce que nous avons dit dans le chapitre précédent sur la fausse adoration est confirmé aujourd'hui. Car il est notoire que là où l'Evangile de Vérité est annoncé afflue peu de gens, car la multitude d’adorateurs (adeptes des églises) sont plus intéressés par leur bien-être (considérant la vérité comme une source de gain) que par le salut. Tout comme Judas, il y a beaucoup qui veulent expérimenter les avantages visibles et immédiats de leur foi. Et, ce qui pour beaucoup semblerait  un geste d'amour et zèle pour l’adoration n'est rien d'autre qu'une façade ou hypocrisie religieuse. Voici le baiser de Judas.
Ils n'aiment pas Jésus pour le salut ; mais parce que le Nom de Jésus procure du gain. Et aujourd'hui, beaucoup de gens vivent et survivent du nom de Jésus comme d’un gagne – pain.
Maintenant, considérons cet autre chose qui s'était passé à cette époque-là: l'alliance entre la religion et l'État.
Premièrement: la Vérité a été emprisonné, maltraité, humilié et méprisé dans la maison du souverain sacrificateur et sa cours. Ce qui est une allégorie de l'époque actuelle où la vérité maintenue captive de la religion des hommes qui outragent Christ, Sa doctrine et ceux-là qui sont vraiment Ses disciples et qui gardent cette doctrine telle que nous a été transmise depuis le début.
Les prêtres ou sacrificateurs et les prophètes ; ces faux oints du temps de la fin (faux Christs), séduisent beaucoup de gens après avoir affaibli la Vérité. Ceci, afin que s’accomplisse aussi pour nous, en ce temps de la fin,  l'Ecriture qui dit: «Je frapperai le berger et les brebis du troupeau seront dispersées»
Voyez que la séduction ne peut pas fonctionner là où la vérité est annoncée, et tant qu'il existerait une véritable onction agissant dans un instrument de Dieu. Par conséquent, la stratégie du diable est simple: humilier l'oint de Dieu pour affaiblir et décourager les adeptes ou disciples de la Vérité ; comme il l'a fait avec Jésus cette nuit-là. Par conséquent, un vrai serviteur de Dieu doit être prêt à supporter tout affront, et ne considérer que la gloire qui lui est réservé après cette tribulation légère et  momentanée à laquelle nous sommes soumise dans ce temps présent.
Lorsque Jésus quitta cette cour-là… de la maison du souverain-sacreificateur. Les principaux sacrificateurs et les pharisiens l’emmenèrent où? Devant Pilate, un gouverneur mondain qui n'avait rien à voir avec la foi. Car, il n’adorait même adoré le Dieu des Juifs ; tout comme il n’était pas compté parmi les disciples de Jésus. Pilate était engagé seulement dans les questions politiques ou socio-économiques du pays. Cependant, la bataille du diable pour la destruction de la vérité devrait également impliquer le pouvoir politique. Par conséquent, la religion s’allia l'Etat pour détruire la Vérité. Que l’intelligent comprenne! Car, ceci ne peut pas passer inaperçu à la compréhension des élus. C‘est seulement ainsi que nous pouvons discerner et d'interpréter ce qui se passe aujourd'hui dans le domaine de la politique religieuse, dans le concert des nations et qui culminera, en son temps, au règne de l'Anti-christ.
Pilate n'était ni compétent, ni connaisseur de la doctrine de Dieu. Il n'était même pas capable de discerner entre la vraie et la fausse doctrine ; comme c’est le cas de bien de nos politiciens d'aujourd'hui qui sont impliqués dans le tumulte des phénomènes religieux.
Ce jour-là il y eut tumulte à Jérusalem à cause de la doctrine de Dieu, et l’ironie du sort choisit un gouverneur ... un prince païen pour décider du sort de la Vérité de Dieu ; lui qui ne comprenait, ni ne connaissait rien de cette même Vérité. Mais, Pilate avait à ses côtés, des agitateurs. Et ce n'étaient pas des agitateurs politiques, mais plutôt des chefs et leaders religieux qui ont rejeté la Vérité de Dieu. Parce que la doctrine de Dieu menaçait leurs intérêts propres et bénéfices (méditer avec attention Mat. Chap.23). C’est également ce qui est en train d’arriver en ces dernières heures de l'Église sur la terre, où la prophétie d'Apocalypse 12 nous révèle le dragon exerçant pression sur la femme enceinte. Ce qui était c’est ce qui sera!
Pilate n'a trouvé aucune culpabilité en Jésus ; cependant, il a été mis sous pression par le diable lui-même qui agissait derrière les leaders religieux de l'Ancienne Alliance. N’est-ce pas Satan le prince de ce monde? Aussi, lorsque Pilate refusa de condamner Jésus, convaincu de son innocence, il vu son propre siège ou place menacé (Jn.19:12). Il savait que les chefs religieux avaient livré Jésus par jalousie ; cependant, il dut céder par crainte de perdre sa propre influence et privilèges.
Voyons ce qui se passe aujourd'hui: la loi universelle ne reconnaît-elle pas et garantit la liberté de cultes, à condition qu'ils ne dérangent pas l'ordre social et la tranquillité? Mais, pourquoi tout ce tumulte? Pourquoi subissons nous encore des pressions et des tourments? Justement, en raison de l’agitation de ces chefs religieux qui mangent à la table des rois, et qui, par jalousie (aussi), combattent les vrais adorateurs; les accusant injustement d'être des sectes pernicieuses qui menacent et troublent l'identité culturelle de la nation, et de tous les autres maux. En vérité, ce n’est l'identité culturelle qui est menacée par la Vérité, mais plutôt l'ordre religieux traditionnel qui tremble, secoué dans ses fondements par la révélation de la Vérité. Oui, la vérité de Dieu menace le légalisme ou formalisme religieux établi. C'est ce que ces chefs religieux craignent.
Devant le pouvoir politique, ces religieux accusèrent Jésus de tout. Allant jusqu’à inventer des motifs purement politiques ; en renversant l'essence même de la doctrine de Jésus. En Lc.23: 2, par exemple, ils ont prétendu que Jésus interdisait aux hommes de payer le tribut à César. Or, nous savons tous que cela n’est jamais arrivé.
Les mauvaises décisions prises contre l'Eglise du Christ, ainsi que certaines mesures restreignant leur liberté, sont les fruits de l'agitation des leaders religieux animés par le même esprit qui opérait contre Jésus, et maintenant contre nous (Son église), afin d'anéantir la Vérité de Dieu. Ils cherchent des motifs aujourd'hui, tout comme à l'époque ils en cherchèrent contre Jésus. Oui, aujourd'hui encore, le pouvoir politique a une mauvaise conseillère en matière de religion: les chefs religieux qui tentent de persuader les princes de ce monde que l'Église constitue un danger pour la nation ; pour le développement ou pour l'équilibre du pouvoir politique. Alors que la vraie Église est tout simplement engagée dans la lutte pour le salut des âmes.
L'Eglise n'est pas une plate-forme pour parler de politique, des élections... ou quelque chose de similaire. Ici, on ne doit en principe entendre rien d’autre, si ce n'est que le message de la Parole de Dieu, dans le but d'atteindre la foi pour le salut.
Et, tel Pilate, pris dans les feux croisés de conseillers bon et mauvais… parce que nous avions: d'une part, la femme qui, divinement révélé, essayait de le convaincre de l'innocence de Jésus ; et de l'autre les chefs religieux et leurs partisans fanatiques qui faisait pression sur lui afin de Le crucifier. Aussi en est-il du pouvoir politique aujourd'hui.
Ce sont donc les chefs religieux qui persuadèrent la foule pour exiger la libération de Barabbas et demander la mort de Jésus.
Le Seigneur Jésus dans la lettre à l'Eglise de Pergame (Apoc.2: 14) dit: «J'ai quelque chose contre toi, puisque tu as là des gens attachés à la doctrine de Balaam, qui enseignait à Balak à jeter une pierre d'achoppement devant les fils d'Israël .... »
Lors de l'exode d'Israël de l'Egypte à Canaan, en arrivant aux portes de Moab, l'intention des enfants d'Israël était tout simplement de traverser le pays et continuer leur marche vers Canaan : la terre des promesses. Il n'a jamais été dans l'intention du peuple de Dieu (l’assemblée d'Israël) de s’emparer de Moab et d’y demeurer. C'est aussi ici le problème des vrais enfants de Dieu, car, il n'est nullement question pour nous de conquérir le pouvoir politique de la terre de notre pèlerinage, ou d'y amasser des trésors. Notre véritable objectif est la gloire à venir qui sera révélée lors de la venue de l'Époux. Telle est notre vocation!
Moab était à peine un passage ; mais Balak, le roi, craignant de perdre son pouvoir, son royaume et son trône, en voyant ce peuple s'approcher, fit une alliance avec le faux prophète Balaam qui (il faut le souligner), avait une certaine capacité d’avoir des visions et faire des prédictions, afin de maudire le peuple de Dieu, en vue de le détruire. La Bible dit que Balaam était un devin qui se faisait passer pour un prophète de Dieu. Et, Balaam consacra tout son temps et ministère à rechercher les FAIBLESSES d’Israël pour pouvoir le maudire. Exactement comme les prêtres juifs étaient en quête des motifs pour condamner Jésus.
C'est la même chose qui se produit dans les dernières heures de l'Église sur la terre (voir Apoc.12 - La femme et le dragon). Lors de ces réunions qui rassemblent politiciens et religieux pour légiférer en matière de culte, la véritable Eglise du Christ n'est ni vue, ni connue. Ceux qui mangent à la table des rois sont ces bâtisseurs (les sacrificateurs) qui ont rejeté la Pierre Principale ; devenue pour eux un véritable rocher de scandale.
Aujourd'hui également, le pouvoir politique (comme Balak) craint l'expansion du phénomène religieux ; la prolifération des sectes. Le pouvoir politique y voit un phénomène troublant et inquiétant, une menace pour la stabilité socio-économique et culturelle. Cependant, tout homme bien instruit dans la Parole de Dieu sait que la véritable Eglise de Jésus ne constitue aucune menace (à l'exception de ceux- là qui utilisent le nom de Jésus pour leurs propres intérêts).
Ce que je veux aujourd’hui, c'est que les élus puissent discerner derrière les apparences des choses: qu'il ne s'agit pas d’un combat charnel, mais plutôt d’un combat spirituel pour l'anéantissement de la Vérité de Dieu.
Ce qui arriva dans les dernières heures de Jésus, arrivera aussi à Son Eglise qui, en ces derniers jours, va devenir une pierre pesante, non seulement pour les dirigeants religieux du nouvel ordre mondial, mais aussi pour le pouvoir politique temporel (figuré par Balak). Et, nous assistons aujourd'hui encore, a une alliance Religion – État, qui culmine dans le mouvement oecuménique des églises avec la bénédiction de l'Etat ; et la persécution de tous ceux qui s’éloignent de ce nouvel ordre religieux. Or, ce mouvement œcuménique est un piège pour la véritable Eglise, qui se retrouve prisonnière dans un joug du mal ; se voyant obligé de faire des compromis avec la Parole de Dieu pour plaire aux hommes, et non pas à Dieu, dont la Loi est pourtant claire à ce sujet (lire 2 Corinthiens .6:14-18).
Maintenant, voyons ... Balaam connaissait la Loi de Dieu. Il savait fort bien que Dieu hait ces genres d'alliance : entre le fidèle et l’infidèle; depuis que la recommandation expresse fut donnée à Israël par l’intermédiaire Moïse en quittant l'Egypte. Car, tout celui qui lit attentivement l'Écriture de Ex.23:32,33, sait que l'œcuménisme est un lien pour faire trébucher le peuple de Dieu, dans la Parole qui est sortie de la bouche de Dieu. Qui étaient les Moabites? Sinon, les descendants de Lot. Et les Israélites? Sinon les descendants d'Abraham. Et Lot et Abraham étaient parents. Ce qui veut dire qu'ils avaient quelque chose en commun au début. Exactement comme le christianisme tire son origine de l'Eglise du Christ. Par conséquent, le faux prophète Balaam inspira, incita et encouragea Balak à les pousser dans cette alliance interdite, qui se transforma par la suite en un piège qui fit pécher Israël devant Dieu. Pour la joie de Balak, et des Moabites. Or, cette alliance n’a pas été violente ni forcée... tout commença par une petite invitation, apparemment inoffensive. Pourtant, Satan était derrière cela. Mais, il manqua à Israël le discernement nécessaire ; aussi tombèrent-ils dans la prostitution et beaucoup périrent dans le désert. Ce qui était c’est ce qui sera! Aujourd'hui, l'Eglise vaincue aussi par certains qui, au milieu d’elle sont liés à la doctrine de Balaam (Apoc.2:14) est tombé dans ce piège sans discernement et s’est laissé entraîner dans la prostitution spirituelle, qui écarte qui beaucoup d’âmes de la course pour la gloire promise. Qui peut comprendre cela?
Tout commence par une petite invitation: « Nous sommes tous un, nous adorons tous un seul Dieu ... Unissons-nous donc pour former tel ou tel autre conseil»: conseil des églises de réveil, conseil des églises indépendantes, conseil des églises non reconnues par le gouvernement, etc. Cependant, tout ceci se résume en un mot: l'œcuménisme. Et ces cultes œcuméniques rassemblent les croyants avec les infidèles, les purs avec les impurs ; les saints avec les fornicateurs ; les enfants de la lumière et ceux des ténèbres, etc. ; un véritable piège pour l'Eglise du Christ (une figure de l'assemblée d'Israël dans le désert).
Quel fut le péché de Daniel à Babylone? Ne servait-il pas fidèlement le roi et accomplissait avec dévouement ses tâches? Cependant, Daniel a commencé à avoir des problèmes avec le roi, quand ce dernier a voulu se mêler dans son culte... lorsque ce roi voulut s’imposer comme Dieu dans l’adoration de Daniel, en lieu et place de Celui-là que Daniel adorait. Alors commença la persécution de cet homme dont le seul péché était de ne pas confondre ou mélanger la citoyenneté avec le culte. Il est déterminé qu'une telle chose se reproduise dans la fin des temps, et à cause de cela, beaucoup seront persécutés.
Ce jour-là donc, les chefs religieux (le Sanhédrin) et Pilate, avec Hérode (or, ces deux-là ne s’entendaient pas jusque-là) se sont réunis contre Jésus, l'Oint de Dieu. Afin d'accomplir la prophétie: "Pourquoi ce tumulte parmi les nations, et ces vaines pensées parmi les peuples? Les rois de la terre se sont soulevés. Et les princes se sont ligués contre le Seigneur et contre Son Oint. En effet, contre ton saint serviteur Jésus, que tu as oint, Hérode et Ponce Pilate se sont ligués dans cette ville avec les nations et avec les peuples d'Israël, pour faire tout ce que ta main et ton conseil avaient arrêtés d’avance ». (Sal.2: 1, 2; At.4:25-28).
Le Conseil de Dieu l’avait ainsi déterminé; aussi, ainsi cela arriva (que ce soit pour le Seigneur comme pour Ses oints dans l'âge primitif). Et il est aussi déterminé en ce temps de la fin, que l'Eglise passera par la grande apostasie et ceux qui veulent vivre pieusement seront persécutés. Il en sera donc ainsi (lire Es.59:1-15).
Et Satan, en ce jour de la fin, ne ménagera aucun moyen dans son combat contre la Vérité de Dieu.
Pourquoi donc ce tumulte aujourd'hui? Pourquoi complotent donc les nations et s’irritent-elles aujourd'hui ? Pourquoi les peuples pensent des choses vaines? Nous vivons les dernières heures de l'Église sur la terre. Qui se levera donc dans cette génération avec le zèle de Phinée contre Moab, ou de Pierre et ses compagnons contre le Sanhédrin pour le triomphe de la Vérité de Dieu?

**********************************